Des blanches et des noires: Pas de pause pour la ségrégation

Des blanches et des noires pas de pause pour la ségrégation Isabelle WlodarczykDans les années 40, une fillette noire donne son premier concert de piano. Ses parents sont fiers de venir la voir jouer. Mais un couple de Blancs arrive et leur demande de céder leurs places…Une histoire émouvante sur la ségrégation, inspirée d’un moment de la vie de Nina Simone.Suivi d’un dossier documentaire faisant écho au récit : la ségrégation et ses liens avec la musique des Noirs américains. Les chants que les esclaves entonnaient pour se donner du coeur à l’ouvrage puis ceux des militants des droits civiques criant leur désir de liberté.

Économe en mots, mais puissant, cet album s’inspire de ce moment où la chanteuse afro-américaine Nina Simone, encore enfant, a été témoin de l’humiliation de voir ses parents devoir céder leur place à un couple de Blancs lors d’un de ses récitals de piano. La moitié de l’album est consacré à ce récit, court et efficace, qui nous touche droit au coeur. Les illustrations aux couleurs froides évoquent la solitude, la mélancolie et la tristesse. Dans une deuxième partie de l’album, on retrouve un dossier très complet la ségrégation aux États-Unis: on y parle du rôle qu’a joué la musique dans l’émancipation des noirs américains, des lois Jim Crow, du Black Face, du KKK, et des leaders de la liberté tels que Martin Luther King et les Black Panthers. On n’oublie pas de souligner qu’aujourd’hui encore, et malgré l’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis, le pays de vit pas dans une ère post-raciale et la couleur de la peau demeure un élément central de la culture américaine. Un livre excellent.

Coup de coeur !

Un livre pour souligner le mois de l’histoire des Noirs.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Isabelle Wlodarczyk & Hajnalka Cserhati
Maison d’édition: Oskar éditeur
Année de publication: 2016Bouton acheter petit
ISBN: 9791021404502
Public cible: 11 ans et plus
Vous aimerez peut-être: De la même auteure, il y a L’Arbre aux fruits amers. Si vous cherchez un livre qui parle aussi de Nina Simone, essayez l’album Nina.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Publicités

La véritable histoire d’Angela qui manifesta au côté de Martin Luther King

Véritable histoire d'Angela qui manifesta Martin Luther KingAngela rêverait de pouvoir emprunter un livre à la bibliothèque. Seulement, elle ne peut pas : elle est noire. Et, à Alabama, les Noirs ont des droits très restreints. Un homme est là pour les aider à se défendre : le pasteur Martin Luther King.

Le roman s’ouvre sur une présentation des personnages et du lieu où se déroule l’histoire. Il s’adresse aux bons lecteurs car il y a la présence de cinq chapitres et de structures de phrases complexes. Les mots difficiles sont définis par un astérisque en bas de page. À l’intérieur même des chapitres, des dossiers thématiques donnent plus d’explications sur le contexte historique : Le commerce des esclaves, être noir aux États-Unis, la ségrégation, le boycott de Montgomery, Martin Luther King, la non-violence, etc.

Angela, le personnage principal est une personne déterminée qui adore lire. Son voisin Steve Taylor, le fils de la famille blanche pour laquelle travaille sa mère, se montre gentil avec elle. La famille Taylor, d’abord ségrégationniste, vient finalement en aide à la famille d’Angela arrêtée pendant une manifestation non-violente. Comme quoi il est possible de changer et que même dans le sud des États-Unis de 1960, des Blancs ont aussi lutté pour le respect des droits civiques. Une histoire d’amitié et d’aventure issue de la collection « Romans Images Doc » conçue en partenariat avec le magazine Images Doc.

Un livre pour souligner le mois de l’histoire des Noirs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Auteures / illustratrices : Laurence Paix-Rusterholtz, Christiane Lavaquerie-Klein & Anne Teuf
Maison d’édition: Bayard Éditions Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782747066112
Lectorat cible: À partir de 9 ans
Vous aimerez peut-être: L’arbre aux fruits amers, un roman historique.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

Le garçon qui n’était pas noir

Le garçon qui n_était pas noirFrannie vit dans le quartier noir d’une ville américaine, de l’autre côté de l’autoroute, au-delà du quartier des Blancs. Un jour, Frannie voit arriver dans son école un nouvel élève. Il est maigre, a de longs cheveux bouclés, et surtout il est blanc. Très vite, on le surnomme « Jésus », et il devient le souffre-douleur de Trevor, un jeune métis craint par tous. Frannie, elle, intriguée par cet étrange garçon blanc, tente de tisser des liens…

Parfois, on tombe sur un roman qui nous habite longtemps après en avoir terminé la lecture. Le garçon qui n’était pas noir est l’un deux. J’ai absolument adoré ce roman !

Les personnages forts et complexes évoluent dans un environnement riche et réaliste. « Jésus », ce garçon blanc adopté par une famille noire se dévoile peu à peu. Trévor, le métis en quête d’identité porte en lui le poids d’incarner deux mondes qui ne se mélangent pas. Frannie, somme tout assez à l’aise en tant que fille noire (personne ne remet son identité raciale en question), doit tout de même gérer sa différence car elle parle la langue des signes avec son frère qui est sourd. L’enseignant des jeunes personnages porte la voix d’un adulte qui souhaite faire d’eux des citoyens compétents et des adultes accomplis.

Les éléments narratifs cohérents donnent du poids au récit. L’autoroute s’impose comme une barrière entre deux quartiers racialement divisés, ce qui n’est pas sans rappeler la séparation raciale présente dans plusieurs grandes villes, y compris Montréal. Chacun rêve l’autre côté par curiosité ou par nécessité. L’école secondaire où évoluent les personnages devient comme une microsociété où on retrouve de tout, même du racisme et de l’ignorance.

Et que dire de ce titre : « Le garçon qui N’était PAS noir », qui place les personnes racisées au centre du récit et leur permet de montrer le monde tel qu’elles le perçoivent. Car l’important n’est pas ce que « Jésus » était (Blanc), mais bien ce qu’il N’était PAS (noir), c’est ce qui faisait sa différence, celle-là même qui a chamboulé tant de choses pour Frannie.

Les éditions Bayard nous offre une mise en page aérée, des pages épaisses et un format robuste qui rend la lecture agréable. Il faut absolument que vous lisiez ce roman. Et ensuite, vous devez absolument m’écrire pour qu’on puisse en discuter plus longuement !

Coup de cœur !

Jacqueline Woodson est une auteure américaine. 

Woodson

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jacqueline Woodson
Maison d’édition: Bayard Éditions
Année de publication: 2011
ISBN: 9782747030182
Public cible: À partir de 10 ans
Vous aimerez peut-être: Le langage secret de Jessica, un roman à lire dès l’âge de 9 ans.

 

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

De petite à grande : Rosa Parks

RosaRosa Parks - De petite à grande La courte échelle Parks a grandi en Alabama, aux États-Unis, où elle a appris à défendre ses droits dès son plus jeune âge. Toute sa vie, elle a travaillé pour que les Noirs cessent d’être moins bien traités que les Blancs. Son courage et sa dignité ont servi d’étincelle au mouvement qui a mis fin à la ségrégation raciale dans son pays.

Cet album magnifique permet de découvrir Rosa Parks sous un angle nouveau. Plutôt que de réduire la lutte de cette femme à ce jour où elle a décidé de ne pas laisser sa place à une personne blanche dans un autobus, on s’intéresse ici à sa personnalité, à sa famille, à ses valeurs et à sa force de caractère. À la lecture de ce livre, on découvre la petite Rosa, une fillette brave qui s’efforçait toujours de faire ce qui était juste et qui savait qu’elle était une personne normale qui avait autant de valeur que n’importe qui, quelle que soit sa couleur. On parle de sa capacité à continuer à essayer et à ne pas baisser les bras.

Les phrases courtes et simples parviennent à expliquer le contexte historique de manière accessible aux enfants. On parle de sa lutte pour obtenir plus de droits pour les Noirs et de l’aide qu’elle travaillait à offrir à ceux et celles d’entre eux qui étaient mal traités. On parle de comment elle n’avait pas peur car elle savait que ce qu’elle faisait était juste. On parle de la manière dont elle a réussi à rallier des milliers de personnes à son combat. On parle de son humilité. Le tout est extrêmement bien mené.

En fin d’album, on retrouve une courte biographie accompagné d’une photo de Rosa Parks, ce qui permettra aux enfants de réaliser qu’il s’agit d’une personne qui a réellement existé.

Coup de cœur !

Un livre jeunesse pour souligner le Mois de l’Histoire des Noirs.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Lisbeth Kaiser & Marta Antelo
Maison d’édition: La courte échelle Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782897741457
Public cible:  À partir de 5 ans.
Vous aimerez peut-être: La détermination de Viola Desmond, un livre jeunesse sur la vie de Viola Desmond, la Canadienne ayant refusé de céder sa place à un blanc dans un cinéma d’Halifax.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Des mensonges dans nos têtes

Des mensonges dans nos têtes1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté.
C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours…

C’est d’abord le sujet du livre qui m’a interpellé. Une histoire d’amour impossible entre deux adolescentes dans les États-Unis en pleine lutte pour les droits civiques, je n’avais jamais lu quelque chose de semblable auparavant. Le roman débute tout de go lors de la rentrée scolaire. Racisme, insultes lancées à tue-tête, ici scandés par la foule d’élèves blancs (« Un, deux, trois, l’intégration on n’en veut pas ! »), là crachés par des dizaines d’élèves croisant le passage de Sarah, jeune fille noire surdouée intégrant une école pour Blancs. « Sale négresse qui pue! » par-ci, ricanements, dénigrements et déchets lancés par-là… C’est très dur à lire et ça dure près de la moitié du roman. Cela m’a agacé, car même si le contexte historique a permis tant de haine, plutôt que de faire avancer l’histoire, l’auteur consacre plusieurs pages à ses effusions de racisme.

J’ai eu un malaise constant en lisant ce roman. Voilà cette femme américaine, blanche, qui fait parler une personne noire (fictive, mais s’inspirant de personnes ayant réellement existées), et qui semble carburer aux insultes racistes. « Black Twitter », ces afro-américains qui échangent en 140 caractère sur les réseaux sociaux (parfois en étant totalement ignorés par la majorité blanche) n’ont pas manqué de le soulever également. Et ce, pour plusieurs raisons (traduction libre de quelques propos recueillis sur Twitter concernant la version originale du roman, The Lies We Tell Ourselves. Notez que ces propos ne sont pas les miens):

  • Quelqu’un peut-il me dire pour qui a été écrit ce roman ?? V’là 100 pages d’insultes en continu envers les Noirs.

  • Auteurs blancs, écoutez ceci: Quand vous écrivez un livre sur le racisme, votre livre est automatiquement catégorisé comme ayant un « White Gaze » [c’est-à-dire un regard Blanc sur la chose, n’abordant que la vision des Blancs sur le racisme].

  • OH MON DIEU, LADY [c’est-à-dire l’auteure], comment as-tu pu penser que c’était ta place d’écrire ceci ?

  • Je deviens vraiment frustrée lorsque les gens donnent de bonnes critiques à ce livre.

Bref, vous l’aurez compris, les gens étaient plutôt furieux. Que l’on soit d’accord ou pas avec cette colère, cette situation fait réfléchir et mérite qu’on y porte attention. L’idée n’est pas d’interdire les personnes blanches d’écrire sur le racisme ou de créer des personnages noirs dans leurs œuvres. L’idée est pour ces personnes blanches d’être conscientes de leur « blanchitude », de leur regard, de leur privilège. L’idée est aussi de réaliser que pendant que les personnes blanches parlent « pour nous », les médias accordent peu de place aux artistes noirs, et qu’il est difficile de parler pour nous-mêmes. L’idée, enfin, est d’être conscient de trois choses cruciales : QUI parle ? POUR QUI parle-t-on? POURQUOI parle-t-on de ceci ?

L’auteure Robin Talley, ayant eu vent de la controverse entourant son roman, s’est par la suite excusée sur sa page officielle, se disant « reconnaissante à ceux qui ont soulevé ses problématiques » et souhaitant « s’excuser profondemment pour les blessures [qu’elle a] occasionnées ». Elle dit avoir « appris » de cette expérience et prend les points soulevés par ses détracteurs « très, très au sérieux. » Elle ajoute que lorsqu’elle a écrit ce roman en 2010, elle a « fait ses recherches », mais n’a pas « pris un moment de recul pour [se] demander si [elle] devai[t] raconter cette histoire en premier lieu. » Elle semble avoir compris que nonobstant les recherches qu’elle puisse avoir effectuées, son écriture était, par nature, limitée par sa propre expérience.

Oh, well.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Robin Talley
Maison d’édition: Mosaic Bouton acheter petit
Année de publication: 2014
ISBN: 9782280338677
Public cible: Ados

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Joujou Turenne raconte Mandela

Joujou Terenne raconte MandelaC’est l’histoire d’un homme fascinant et inspirant. Un homme aux mille et un parcours. Chaque page de sa vie est un enseignement. Né libre… mort libre ! Grand sage rempli d’humilité dont les célèbrescitations traversent les frontières, le temps… les coeurs. Fier combattant de justice et de liberté. Défenseur des droits des Noirs dans un pays dirigé par un gouvernement qui impose un régime raciste nommé apartheid et qui fixe des lois inégales selon la couleur de la peau de ses citoyens.

J’aime Joujou Turenne pour son incroyable capacité à raconter des histoires. Conteuse, elle me fait voyager à chaque fois que je la vois sur scène ou que j’écoute l’un de ses livres. Quelle déception, alors, de ne pas avoir d’accompagnement audio avec Joujou Turenne Raconte Mandela. D’ailleurs, ce livre s’apparente davantage à un documentaire qu’à un roman. On y lit des faits, puis des moments clés de la vie de l’ex-président sud-africain Nelson Mandela. Mi-roman, ni-documentaire, le livre ne présente pas l’information de manière indexée: bien que des chapitres sont présents, il n’y a pas de tables de matières.

La mise en page ne m’a pas particulièrement plu non plus, certains pages sont noircies de texte alors que d’autres semblent vides. L’illustration de couverture est très belle; celles à accompagnement le récit aussi. Toutefois, les deux artistes n’ayant pas le même style, il manque de continuité entre les deux; j’aurais aimé retrouver quelques illustrations de Bug Rogers à l’intérieur du livre et des illustrations de Patrick Noze en quatrième de couverture ou dans les pages de garde.

J’ai adoré le passage sur le discours de Nelson Mandela à Montréal peu de temps après sa libération de prison et qu’on parle de la politique canadienne en lien avec la lutte de l’Afrique du Sud.

Joujou Turenne est une auteure et conteuse canadienne d’origine haïtienne.

joujou

Auteur(s) / illustrateur(s) : Joujou Turenne
Maison d’édition: Planète Rebelle Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9872924797099
Public cible: À partir de 9 ans
Vous aimerez peut-être: Nelson Mandela, un album magnifique illustré par Kadir Nelson.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Ruby tête haute

Ruby tête hauteL’histoire vraie de Ruby Bridges, l’une des premières enfants noires à intégrer une école pour Blancs aux États-Unis.

Le récit est bien mené. Une enseignante d’école primaire montre un tableau à ses élèves et leur demande ce qu’il évoque pour eux. On découvre ainsi l’histoire d’une jeune fille, Ruby Bridges,  qui a participé à l’âge de six ans (à sa manière et peut-être même sans le savoir) à la lutte pour les droits civiques. L’auteur entretient le mystère car la signification du tableau est révélée petit à petit.

La petite fille est la seule enfant noire de son école. Le jour de la rentrée, des Blancs manifestent contre l’intégration; la dureté de leurs propos et leurs visages crispés de haine sont des armes utilisés contre une fillette de six ans qui elle, confond toute cette agitation avec les célébrations carnavalesques du Mardi Gras. Les parents blancs en colère chantent des slogans racistes que la petite fille chantera elle aussi à la maison, entraînée par leur rythme accrocheur, mais ne comprenant pas la signification des paroles. C’est à travers sa naïveté, son courage et son inébranlable estime d’elle-même qu’on découvre un moment charnière de l’histoire américaine.

Le livre se termine par un dossier thématique sur le contexte socio-politique des années 1960, ainsi que la véritable histoire de Ruby Bridges. Ce livre peut être utilisé en classe pour apprendre une foule d’éléments historiques: le président Einsenhower, l’auteur John Steinbeck, ou encore le peintre Norman Rockwell. Un album grand format magnifique qui peut servir de porte d’entrée vers une discussion sur la tolérance et l’acceptation des différences.

Ruby tête haute 2

* Sélection du prix des Incorruptibles 2018.

Un livre jeunesse pour souligner le Mois de l’Histoire des Noirs.

Je remercie les Éditions des éléphants de m’avoir offert ce livre.

Auteurs / illustrateurs : Irène Cohen-Janca & Marc Daniau
Maison d’édition: Éditions Des éléphants Bouton acheter
Année de publication: 2017
ISBN: 9782372730327
Public cible: 11 ans et plus
Vous aimerez peut-être: Le bus de Rosa, un album pour les grands tirée d’une histoire vraie.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook