0

Kwela Kwela, Jamela!

kwela kwela jamelaMaman est très contente. Elle a acheté un beau tissu pour se coudre une nouvelle robe. Elle la portera pour le mariage de Thelma. Jamela en rêve déjà…

Jamela est une petite fille espiègle, pleine de vie, d’idées et de rêves. Elle me fait penser à Jamaica, une petite fille noire qui elle aussi a sa série de livres jeunesse. J’ai déjà lu quelques livres sur les aventures de Jamela et je la retrouve ici avec beaucoup de plaisir. Les paysages urbains sud-africains sont magnifiques, et les illustrations donnent vie au quotidien rempli d’amour de Jamela et sa mère.

Les enfants se reconnaîtront dans cette histoire car tous les enfants font des bêtises, souvent bien malgré eux. Ici, Jamela trouve le tissu qui servira à la confection de la robe de sa mère et l’abîme par accident. L’histoire m’a fait penser à Martine se déguise, que j’aimais beaucoup étant enfant. J’aurais sans doute adoré Kwela Kwela, Jamela! car contrairement à Martine, Jamela me ressemble physiquement et il est plus facile pour moi d’imaginer que nous avons une expérience commune en tant que personnes noires.

Niki Daly ne déçoit pas, comme toujours!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Niki Daly
Maison d’édition: Gautier-Languereau
Année de publication: 1999
ISBN: 2013907664
Public cible: 5 à 8 ans

Vous aimerez peut-être: Si cette histoire vous a plu, vous aimerez peut-être Madame Zia, qui raconte l’histoire d’une petite fille qui prend plaisir à se déguiser comme sa mère.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Publicités
0

Ayanda: La petite fille qui ne voulait pas grandir

ayanda fille grandirAyanda était une petite fille heureuse, toujours souriante. Un jour, une guerre terrible éclata. Une guerre insensée. Son papa, si doux, si gentil, fut forcé d’aller se battre. Il ne revint jamais. Le cœur d’Ayanda fut brisé. Son chagrin se transforma en colère, elle décida alors d´arrêter de grandir.

Dans cet album tout en poésie, on découvre le chagrin d’une petite fille jadis pleine d’entrain face à la guerre. Refuser de grandir pour ne pas devenir comme les adultes imparfaits que tous deviendront un jour, c’est symboliquement très fort. Refuser le système. Refuser les attentes qui nous enferment dans un moule. Refuser la guerre, les conflits. Et peut-être aussi, refuser de comprendre la guerre, car elle est incompréhensible; toute démarche pour tenter de la justifier est vaine. Ayanda refuse d’entendre tout ça. Ayanda veut rester simplement Ayanda, heureuse, souriante, dans un monde beau et rassurant. Le récit de Véronique Tadjo aborde avec délicatesse et justesse le désenchantement que vivront tous les enfants, à un âge plus ou moins précoce. Les illustrations de Bertrand sont un plaisir pour l’imagination et les tons ocres et couleurs chaudes donnent une chaleur inattendue à l’album. J’ai adoré la manière dont il a allongé les torses et les membres des personnages; cela donne beaucoup de dynamise aux illustrations. Et cette image sublime où la famille de Ayanda devenue géante tente de la faire littéralement rentrer chez elle, ses pieds dépassant inlassablement de la porte d’entrée…

ayanda-4

Les thèmes abordés sont durs, les images aussi. On fait explicitement référence à la guerre, à la mort, au deuil, à la cruauté. Les illustrations montrent des armes, des chars d’assaut militaires, la peur et la détresse sur les visages des personnages. Le père de Ayanda meurt à la guerre. Sa grand-mère meurt peu après de vieillesse. Sa mère est fortement malada et hospitalisée. Ayanda, réalisant qu’elle doit désormais s’occuper de son petit frère seule, décide de se laisser grandir, jusqu’à devenir une géante… On reproche à Ayanda-petite qu’aucun homme ne voudra l’épouser si elle refuse de grandir, mais Ayanda s’en soucie peu. On reproche à Ayanda-géante qu’elle ne trouvera jamais un mari à sa taille, mais ça lui est égale. Car Ayanda est une femme qui lutte. Elle lutte contre les oppressions, contre les massacres de la guerre, contre les attentes réductrice que la société a envers elle… Elle va même jusqu’à affronter, sans armes, des agresseurs armés pour sauver son village. Une femme forte, vous dites? J’ai A-DO-RÉ cet album, quel petit bijou de littérature.

Cet album serait parfait pour le cours d’éthique et culture religieuse, de morale, de philosophie ou de formation personnelle et sociale au niveau scolaire pour des élèves de 10-11-12 ans. Détrompez-vous; les albums d’images ne sont pas que destinés à la petite enfance! Enseignants et instituteurs, utilisez cet album en classe et questionnez vos élèves sur le sens de la guerre, sur le deuil, sur la perte de l’enfance; vous serez étonnés que même si jeunes, ils sont capables de développer un esprit critique.

Coup de <3!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Véronique Tadjo & Bertrand Dubois
Maison d’édition: Actes Sud Junior
Année de publication: 2007
ISBN: 9782742769995
Public cible: 7 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Rougejaunenoireblanche, un album jeunesse parfait pour développer le sens critique des jeunes enfants.

En savoir plus sur l’auteure franco-ivoirienne Véronique Tadjo

véronique Tadjo

Vous cherchez d’autres livres offrant une représentation positive de personnes noires? Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

0

J’ai une petite soeur!

j'ai une petite soeurAvoir une petite soeur est un évènement important dans la vie d’un enfant. C’est une nouvelle fantastique… et que de surprises à venir! Ce livre s’adresse directement aux futurs grands frères et grandes soeurs et les préparent à la venue du nouveau membre de la famille. Mais attention! Tout n’est pas pas toujours tout rose… Il faudra s’adapter. Le récit met en scène trois familles, l’une blanche, l’une asiatique, et l’une noire. Au format petit, ce livre tout-carton peut facilement être manipulé par les petites mains pas encore toute à faites au point niveau motricité fine… Le livre ce termine par une page où on peut écrire le nom de sa petite soeur à venir, ce qui nous tarde de lui apprendre et aussi coller une photo du nouveau-né avec sa grande soeur ou son grand frère. Mignon.

Auteurs(s) / illustrateur(s) : Sheila Sweeny Higginson & Sam Williams
Maison d’édition: Éditions Gründ
Année de publication: 2013
ISBN: 9782324004209
Public cible: 3-4 ans.

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!

0

Il faut ranger

faut rangerC’est l’automne, il fait beau dehors. Un garçon aimerait bien aller jouer dehors avec ses amis. Mais avant, il doit ranger sa chambre!

Pouvant être lu à un enfant dès l’âge de 3 ans, le livre peu aussi être lu par un débutant lecteur (5-6 ans). Une phrase simple par page. Illustrations attrayantes. Couverture souple.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Patricia Jensen & Anthony Lewis
Maison d’édition: Éditions Scholastic
Année de publication: 1990
ISBN: 0439942071
Public cible: 3 à 6 ans

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!