Le conte de Sidi

conte-de-sidiSidi est un jeune Mauritanien qui rêve d’apprendre à lire. Il quitte son village pour rejoindre la capitale. Là-bas, il fait la connaissance de Myriam et Olivier, avec lesquels il devient ami. « Sidi, Sidi, est-ce que tu connais des histoires? » leur demandent-ils. « Cric-crac, ouvrez grand vos oreilles et les yeux de vos coeurs! » répond Sidi, car il connaît bien des contes. N’est-il pas le petit-fils de Fatou la griotte? Mais il a aussi un grand rêve: découvrir les histoires mystérieuses qui se cachent dans les livres.       

C’est d’abord l’illustration de couverture qui m’a accroché l’oeil; celle-ci se déploie sur la première et la quatrième de couverture et montre un jeune garçon tout de bleu vêtu, l’air de vouloir nous raconter une merveilleuse histoire. Tout au long de l’album, les illustrations nous qui s’étendent parfois sur des doubles pages accompagnent avec justesse le texte sans l’étouffer. De nombreux détails graphiques se sont glissés ça et là; on s’amusera d’ailleurs à les identifier. Le texte et l’image se côtoient en un équilibre satisfaisant. Ce livre peut être utilisé à l’heure du conte auprès des élèves de 8, 9, 10 ou 11 ans avec lesquels on prendra le temps d’exploiter cet album. Très beau.

Auteur(s) : Annick Combier & Bénédicte Nemo
Maison d’édition: Cépages Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9791093266015
Public cible: À partir de 8 ans

Vous aimerez peut-être: À toi de lire Sarie !, l’histoire d’une petite fille qui appréhende la lecture à voix haute.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Mandela et Nelson

Nelson et mandelaPlus que trois jours avant le match contre les Allemands. C’est la première fois que l’équipe de foot de Bagamoyo, Tanzanie, va rencontrer une équipe européenne, avec des maillots et tout le grand jeu. En tant que capitaine, Nelson doit encore remettre le terrain en état, trouver des filets pour les buts et réunir tous les joueurs. Parmi eux, il y a Mandela, sa sœur jumelle, imbattable en défense. Leur père les a ainsi baptisés car ils sont nés le 9 mai 1994, le jour où Nelson Mandela est devenu le premier président noir d’Afrique du Sud. Mandela est très différente de Nelson. Elle se mêle toujours de tout et se bagarre à la moindre occasion. Mais dès qu’il est question de football, Nelson peut compter sur elle.

Je ne suis pas adepte de soccer. Heureusement, ce roman de 191 pages signé Hermann Schulz met en scène des personnages forts qu’on se plaît à découvrir, peu importe si ce sport nous intéresse ou pas. En prologue, il y a une liste des personnages de l’histoire, des lieux où celle-ci se déroule, ainsi que quelques mots courants en kiswahili. On y apprend notamment que « Mzungu » est un mot qui désigne tous les blancs, mais qui veut aussi dire « ceux qui ne comprennent rien » ! C’est Nelson qui raconte l’histoire et je n’ai pas senti l’adulte derrière ses mots; l’auteur parvient à se faire oublier et à laisser vivre et évoluer tous ses personnages librement.

Nelson est un garçon calme, alors que sa jumelle Mandela aime se bagarrer, papoter longuement et être au centre de l’attention. Leur père est analphabète et perd son emploi tôt dans l’histoire. Les villes où se déroulent l’histoire sont clairement nommées : Kikoka, Mlingotini, etc. (l’auteur ne se contente pas de parler de l’Afrique comme un tout homogène). L’équipe allemande est perçue par les jeunes joueurs de l’équipe de Nelson comme étant de « vrais joueurs », équipés de souliers et d’équipement spécialisés, alors qu’eux jouent pieds nus avec un ballon rafistolé sur des terrains vagues. Tout au long de ma lecture, j’attendais avec impatience le grand jour, le jour du match opposant l’équipe de Nelson et Mandela aux Allemands. Et même si c’est un homme blanc qui fait parler des personnages noirs, l’accent est mis sur le sport et les personnages sont présentés comme étant maîtres de leur destin, même s’ils sont conscients d’être moins privilégiés que les occidentaux. En somme, ce roman est bien écrit et intéressant, mais plaira surtout aux amateurs de sport. Une histoire réaliste et bien racontée !

« Je me tus. Dans notre équipe, il n’y en avait pas un seul qui soit dans une situation vraiment brillante. La majorité d’entre nous avaient du mal à se procurer des cahiers et des crayons pour l’école et dormaient par terre dans un coin de leur maison. Mais c’était particulièrement dur pour Saïd, avec son père malade et ses cinq frères et sœurs. Je n’aurais jamais imaginé que ce grand gaillard de Kassim se faisait du souci pour lui.  » (p.125)

* Prix Sorcières 2012

Auteur(s) / illustrateur(s) : Hermann Schulz
Maison d’édition: L’école des loisirsBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782211204415
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Bernabé est amoureux, un roman pour les 7 à 10 ans.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

For you are a Kenyan Child

for you are kenyan childImagine you live in a small Kenyan village, where the sun rises over tall trees filled with doves. You wake to the sound of a rooster’s crow, instead of an alarm clock and the school bus. Your afternoon snack is a tasty bug plucked from the sky, instead of an apple. And rather than kicking a soccer ball across a field, you kick a homemade ball of rags down a dusty road. But despite this, things aren’t that different for a Kenyan child than they would be for an American kid, are they? With so much going on around you, it’s just as easy to forget what your mama asked you to do!

A wonderful book full of the emotions of childhood and the reason of growing up. All children will be able to identify with the main character. Highly recommended. Presence of a few words in Swahili in the text (with translation).

* An Ezra Jack Keats New Writer Award

Author(s) / illustrator(s) : Kelly Cunnane & Ana Juan
Publisher: Ann Schwartz
Année de publication: 2006
ISBN: 978689861949
Target audience: 3 to 6 years old

FOLLOW MISTIKRAK! ON SOCIAL MEDIA

logo livreaddict  logo facebook

Bonnets rouges et bonnets blancs : Un conte antillais

bonnets rouges blancsQuatre frères sont perdus dans la forêt, abandonnée par leur mère trop pauvre pour les nourir. Marchant dans la nuit, ils frappent, sans le savoir, à la porte de Compère Diable… Le plus jeune frère, Quatavoume, trouvera-t-il un moyen de les sortir de là?

Le conte des enfant abandonnées dans la forêt est plutôt répandu, apparemment. On le connait en occident (surtout en France, mais aussi au Québec) sous le titre de « Petit Poucet ». Ici, il s’agit d’une version de la Guadeloupe, que j’ai beaucoup aimé. Et comme tous les contes créoles, « Cric » et « Crac » ponctuent le texte, comme un appel à la participation du public.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Praline Gay-Para & Rémi Saillard
Maison d’édition: Didier jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2014
ISBN: 9782278077847
Public cible: À partir de 4 ans

Vous aimerez peut-être: Ogre noir (un conte mettant en scène des garçons face à un orgre) ou Ti-Pinge (un conte haïtien).

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

La cuillère d’Aminata

cuillere aminataUn jour, Aminata perd une cuillère en faisant la vaisselle à la rivière, et se fait chasser de chez elle par sa marâtre. Commence alors un long et difficile périple pour la toute petite fille… Ses pas la guideront vers son destin, nous entraînant avec elle.

Voilà un livre jeunesse géant aux illustrations magnifiques et à la mise en page aérée. Un schéma en fin de livre illustre le trajet d’Aminata. Une belle leçon de vie est véhiculée par ce conte africain. Je recommande!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Cécile Arnicot
Maison d’édition: Magnard Jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2013
ISBN: 9782210989825
Public cible: 5 à 8 ans.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook