0

Frères

JFrères Kwame Alexander.jpgosh et Jordan sont jumeaux, tous les deux stars de leur équipe de basketball. Guidés par leur père, grand joueur retraité surnommé « Le Boss », les deux frères sont inséparables, dans la vie comme sur le terrain. À mi-chemin entre le slam et le vers libre, Frères, est un texte magnifique qui utilise avec finesse les règles du basket pour dire l’importance de la famille, de l’amour et du libre arbitre.

Une fois qu’on s’est habitué à la traduction française très européenne, ce roman pour adolescents signé Kwame Alexander ne peut que nous charmer.

Josh, le narrateur, énumère en page 22 ce qu’il aime de ses cheveux qu’il porte en dreadlocks. Je ne le dirai jamais assez, mais les cheveux ont une importance capitale pour les personnes afro-descendantes. Pour Josh, ses locks sont des ailes, façonnées mèches par mèches, et constituent une partie intégrante de sa personne. J’ai trouvé cela puissant.

Mes dreads : 5 raisons

5. Certains de mes rappeurs préférés en ont:
Lil Wayne, 2 Chainz et Wale.

4. Elles me donnent l’impression
d’être un roi.

3. Personne d’autre sinon
n’en a dans l’équipe, et

2. ça aide les joueurs à nous
distinguer, moi et JB.

Mais
la vraie raison, c’est que

1. un jour j’ai vu la
vidéo de papa
qui dunk par-dessus
un pivot croate de deux mètres douze
dans l’émission Les meilleurs dunks de tous les temps…
Il décolle — ses longs
cheveux torsadés se déploient
comme des ailes
qui le portent très haut
plus haut
que le cercle.

J’ai su ce jour-là
qu’à moi aussi il me faudrait
des ailes pour m’envoler

Au niveau de la représentation, on a ici deux garçons noirs américains qui jouent au basketball et qui se passionnent pour ce sport. Leur père est présent dans leur vie et s’occupe des tâches ménagères, tandis que leur mère est directrice adjointe de l’école secondaire où ils étudient. Leurs parents s’aiment et se respectent. Ils sont studieux. Josh récolte des A+ en cours d’anglais et rêve d’étudier à l’Université Duke. Premier de classe, il fait aussi du bénévolat à la bibliothèque. Leur mère leur répète sans cesse l’importance des études et les force à livre un livre chaque soir. Ces garçons ce permettent de pleurer lors des moments difficiles et c’est normalisé dans l’histoire. Josh et Jordan grandissent et prennent en maturité au fur et à mesure que le récit avance: Le terrain de basketball est pour eux un terrain d’apprentissage du sport, oui, mais aussi de la vie. Et malgré une rivalité dans la fratrie, Josh et Jordan ont une relation saine. Leur réactions opposées face à la maladie de leur père et l’histoire d’amour de Jordan avec une fille de l’école les éloignera au début, mais finira par les rapprocher.

Le texte en vers libre, déstabilisant au départ, se révèle être une manière fabuleuse de raconter cette histoire. Cette poésie se prête tout aussi bien aux matchs de basketball endiablés qu’aux conflits entre frères. L’auteur a choisi d’inclure une série de règles léguées par leur père qui, plutôt que d’alourdir le récit, lui profère sagesse et  profondeur.

Règle no 3

Ne laissez jamais personne
baisser le panier pour vous.
Les attentes des autres
dépendent de leurs propres limites.
Le ciel, voilà votre limite, mes garçons.
Visez toujours
le soleil
et c’est vous qui brillerez.

Les chutes à la fin des chapitres nous donnent le goût de continuer notre lecture. Difficile de poser ce livre ! Ce roman est excellent et plaira tant aux adolescents récalcitrants qu’aux mordus de lecture. Fortement recommandé !

* Newbery Medal

* Prix Coretta Scott King

Coup de cœur !

Kwame Alexander est un auteur noir américain.

Kwame alexander

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kwame Alexander
Maison d’édition: Albin Michel Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782226328502
Public cible: Ados
Vous aimerez peut-être: Les Boondocks: Parce que je sais que tu ne lis pas le journal.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités
0

Mon frère et moi

mon frère et moiChaque été, au chalet familial, deux frères nagent vers un rocher et l’aîné le grimpe et saute. Il est maintenant temps que le plus jeune fasse, à son tour, le grand saut.

J’ai adoré cet album ! Il aborde avec tant de justesse la relation entre deux frères et comment un simple saut a fait grandir un petit garçon grâce aux encouragements de son frère. Le petit admire son grand frère et le moment est venu pour lui de prouver qu’il est tout aussi capable que lui. Pour se donner du courage, il sera tour à tour un chat pour grimper le rocher, un oiseau pour s’élancer dans les airs, puis un poisson pour plonger et nager gracieusement sous l’eau.

Vous le savez, j’ai un faible pour les récits du quotidien; celui-là est magnifique, touchant et tout en poésie. Les pages brunes rappellent le papier parchemin et les touches de couleurs crayonnées donnent un très bel effet, presque inachevé, à l’instar des personnages qui ont encore tant à découvrir du monde. Vraiment, vraiment excellent.

Coup de cœur !

Mon frère et moi 2

Je remercie l’auteur Yves Nadon et les Éditions D’eux de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Yves Nadon & Jean Claverie
Maison d’édition: Éditions Deux Bouton acheter
Année de publication: 2018
ISBN: 9782924645215
Public cible: À partir de 5 ans

Vous aimerez peut-être: Freedom summer, un autre de mes coups de cœur littéraires pour les enfants (en anglais) qui met en scène de jeunes garçons et qui se déroule durant la saison chaude.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Akissi: Attaque de chats

akissi chatsPauvre Akissi ! Les chats du quartier la poursuivent pour lui prendre son poisson, son petit singe Boubou manque de finir à la casserole avec une bonne sauce graine, et elle n’est qu’un misérable margouillat aux yeux de son grand frère Fofana… Mais il en faudrait beaucoup plus pour décourager Akissi. Car cette petite fille-là est survitaminée, une aventurière, une championne du monde de la bêtise, un piment.

De Marguerite Abouet, j’ai lu Aya de Yopougon et Bienvenue, deux bandes dessinées pour adultes. Akissi s’inscrit dans la même veine que ses précédentes: on est dans le quotidien et on suit un personnage principal féminin ayant une personnalité forte. La série Akissi s’adresse à un lectorat plus jeune. Diverses tranches de vie y sont présentées, chacune étant introduite par une case en pleine page. Le ton est léger et humoristique. Les tours et bêtises d’Akissi peuvent paraître méchantes (tirer la queue du chat, jouer avec un bébé comme si c’était une poupée et l’amener seule en ville, etc.), mais l’intention n’est pas mauvaise. Il faut dire qu’Akissi a un caractère bien trempé: elle se bat, ment à son père et nargue son frère. Mais tous les enfants, à divers degrés, se chamaillent, ne disent pas toujours la vérité et ont des conflits avec leurs frères ou soeurs. Akissi ne se laisse pas faire et j’ai aimé cette facette de la personnalité du personnage.

Les illustrations sont vivement colorées, légèrement troubles et réussies. Les enfants aimeront sûrement cette série dont Attaque de chats est le premier tome. Le livre se termine par des « Pages Bonus » où on retrouve un lexique des mots et expressions africaines, ainsi qu’une recette de crottes de biques au coco! Amusant.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marguerite Abouet & Mathieu Sapin, d’après l’univers graphique de Clément Oubrerie Bouton acheter petit
Maison d’édition: Gallimard jeunesse
Année de publication: 2010
ISBN: 9782070628025
Public cible: 7 à 10 ans

Vous aimerez peut-être: Dipoula l’albinos: La vie Gabonaise, une bande dessinée humoristique sur le quotidien d’un jeune garçon en Afrique.

En connaître davantage sur l’auteure, Marguerite Abouet

abouet

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

The Boondocks: Parce que je sais que tu ne lis pas le journal

boondocksCréée sur Internet en 1996, puis reprise dans un magazine étudiant, la série BOONDOCKS (littéralement: « quartier ennuyeux ») a mis moins de cinq ans pour conquérir les lecteurs de plus de 250 magazines et quotidiens américains. Les personnages d’Aaron McGruder consacrent l’irruption de la culture hip-hop dans le monde de la BD. Aucun sujet n’est passé sous silence: racisme, préjugés des noirs à l’égard des blancs, violence, drogue, lutte contre le terrorisme, fausses idées des blancs à l’encontre des noirs, problèmes d’éducation… Évitant toute complaisance, Aaron McGruder fait sauter tous les garde-fous de la bien-pensante!

Mon avis

Je fais une petite exception pour cette BD, qui s’adresse surtout aux adultes, mais qui peut être lue dès l’âge de 13 ans, car je voulais absolument la présenter sur ce blog. Riley, 8 ans, est rebelle et admire l’univers des gangs de rue et de la culture gangsta rap. Son grand frère, Huey, s’intéresse plutôt au Black Power, à la lutte contre le racisme et à la justice sociale. Les deux garçons quittent leur ville natale de Chicago pour déménager à Woodcrest, une banlieue ennuyante et blanche parce que leur grand-père, avec qui ils vivent, souhaite une vie tranquille pour sa retraite.

Boondocks1_3

La BD se présente comme une série de strips, à l’origine publié dans un journal. Le ton est parfois hilarant, souvent irrévérencieux. Riley et Huey, malgré leur jeune âge, parlent de tout, même si leurs opinions peuvent offenser. Cette version publiée chez Dargaud permet aux francophones de connaître la série, dont il existe une série télé non traduite en français (voir vidéo ci-bas). Les personnages sont des archétypes des différentes manières dont l’identité afro-américaine se présente; dans chaque personnage on peut reconnaître une personne que l’on connaît. Le grand-père, qui a vécu plusieurs évènements clés du mouvement des droits civiques; Thomas Dubois, le voisin coincé ayant professionnellement réussi dont le comportement rappelle celui d’un homme blanc de la haute société; Jazzmine, une naïve enfant métisse qui tente désespérément de nier son identité noire; et oncle Ruckus, un afro-américain qui idolâtre la culture esclavagiste (pour ne nommer que ceux là).

The Boondocks a le mérite de dire tout haut ce que bien des gens n’osent pas dire même tout bas. Aaron McGruder donne une voix sans complexe à la communauté afro-américaine et ne tente pas de plaire à la majorité. Pour cela, je lui lève mon chapeau.

Auteur(s) / illustrateur(s) : McGruder, Aaron
Maison d’édition: Éditions Dargaud
Année de publication: 2003
ISBN: 2871294542
Public cible: 13 ans et plus

Aaron McGruder est un auteur afro-américain.

aaron-mcgruder

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Ne lâche pas!

ne lâche pasLéa apprend à nager et ce n’est pas facile. Elle pense à abandonner, mais elle veut pouvoir s’amuser dans l’eau cet été. Poursuivra-t-elle ses cours de natation?

Mon avis

Certains livres sont fait pour rêver, d’autres sont faits pour développer l’intelligence émotionnelle de vos enfants. Ne lâche pas! fait partie de la deuxième catégorie et aborde le thème de la persévérance. Ma nièce de 5 ans a commencé des cours de natation récemment. Au début, c’était difficile car elle avait peur de mettre sa tête dans l’eau. En voyant ce livre, j’ai pensé à elle. Léa a les même inquiétudes qu’elle, et en plus, elle lui ressemble avec ces cheveux frisés et son teint brun. En outre, l’histoire met en scène une famille à la peau foncée.

Narré à la première personne, ce tout petit livre se démarque par la qualité des conseils qu’il prodigue tant aux enfants qu’aux adultes qui les accompagnent. Le thème ici est la confiance en soi et le développement de l’intelligence émotionnelle. Un petit guide sur la deuxième de couverture explique aux parents/éducateurs comment lire ce livre avec des enfants, ainsi que comment développer l’intelligence émotionnelle et sociale. En troisième de couverture, une photographie montrant un garçon (noir) en train de lacer ses chaussures. Cette conclusion dans le monde réel amène l’enfant à verbaliser ses pensées (« que fait le garçon? Penses-tu qu’il va abandonner? ») et à identifier ses émotions (« quand as-tu essayé quelque chose qui était difficile? Qu’est-ce que tu as fait pour ne pas abandonner? »). J’ai beaucoup aimé! Seul point négatif: la présentation matérielle est d’assez piètre qualité (reliure agrafée et fragile, absence de pages de garde). Cela dit, c’est un livre minuscule à tout petit prix. Pourquoi ne pas l’acheter chez un libraire indépendant près de chez vous?

Auteur(s) / illustrateur(s) : Julia Giachetti & Juan Bautista Juan Oliver
Maison d’édition: Les Éditions Passe-Temps
Année de publication: Indéterminée
ISBN: 9782896304721
Public cible: 4 à 6 ans.
Vous aimerez peut-être: Dans la même collection, il y a Ma belle journée.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

You can do it too!

you can do it tooA toddler’s world is chock-full of fun things to learn… And who better to teach them to little brother than big sister.

A wonderful books full of colourful illustrations. Not often do we see black characters in children’s books. Books such as this one gives little black girls and little black boys to see a reflection of themselves in literature. Powerful. A very nice read.

Author(s) / illustrator(s) : Karen Baicker & Ken Wilson-Max
Publisher: Chronicle Books
Publication date: 2003
ISBN: 9781593540807
Target audience: Babies

You might like: Tickle, Tickle, or J’ai une petite soeur!, both are stories featuring black families with new-borns.

Learn more about Zimbawean author Ken Wilson-Max

ken wilson-max

Did you read this book to a child? Share your experience in the comments !

0

Bonnets rouges et bonnets blancs : Un conte antillais

bonnets rouges blancsQuatre frères sont perdus dans la forêt, abandonnée par leur mère trop pauvre pour les nourir. Marchant dans la nuit, ils frappent, sans le savoir, à la porte de Compère Diable… Le plus jeune frère, Quatavoume, trouvera-t-il un moyen de les sortir de là?

Le conte des enfant abandonnées dans la forêt est plutôt répandu, apparemment. On le connait en occident (surtout en France, mais aussi au Québec) sous le titre de « Petit Poucet ». Ici, il s’agit d’une version de la Guadeloupe, que j’ai beaucoup aimé. Et comme tous les contes créoles, « Cric » et « Crac » ponctuent le texte, comme un appel à la participation du public.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Praline Gay-Para & Rémi Saillard
Maison d’édition: Didier jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2014
ISBN: 9782278077847
Public cible: À partir de 4 ans

Vous aimerez peut-être: Ogre noir (un conte mettant en scène des garçons face à un orgre) ou Ti-Pinge (un conte haïtien).

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook