On est pas des super-héros / On n’est pas des poupées / Ni poupées ni super-héros

On n'est pas des super-hérosOn n’est pas des super-héros

Un album sur les stéréotypes sexistes où des garçons racontent entre autres qu’ils n’aiment pas se battre, aiment les câlins et sont admiratifs devant l’intelligence des filles.

Ce livre est une pépite d’or. C’est le livre tout désigné pour parler du sexisme auprès des enfants en s’adaptant à leur ton, leur vision du monde, leurs préoccupations. J’ai aimé qu’on s’adresse aux garçons, car il est faux de penser que le féminisme ne concerne que les femmes. Des personnages de toutes origines sont présent dans ce livre, dont un garçon noir. Le livre aborde un féminisme plutôt occidental, mais ne prétend pas non plus être universel dans les enjeux qu’il aborde. En fin d’album, une petite présentation du féminisme d’hier à aujourd’hui, avec un focus très français (d’ailleurs on n’a inclut que des hommes blancs dans les courtes présentations biographiques: Nicolas de Condorcet, Victor Hugo, Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Auguste Bebel, Friedrich Engels, François Poullain de la Barre, Michel Montaigne).

On n’est pas des poupées

On n'est pas des poupéesOn n’est pas des poupées s’attaque de manière frontale aux stéréotypes de genre, sans périphrases ni métaphores mais avec beaucoup d’humour, de tendresse et de fantaisie ! On n’y trouve pas de clichés, mais des clins d’œil au mouvement féministe, et des petites filles pétillantes qui, au fil des pages, fournissent aux jeunes lecteurs et lectrices des outils pour être soi-même, et non pas ce que les autres voudraient que l’on soit.

J’ai noté la présence de plusieurs personnalités connues dans ce livre, dont Angela Davis qu’on reconnait sur le chandail d’une fille qui a grimpé dans un arbre. Ce livre inclu lui aussi une courte présentation biographique de quelques figures féministes: Olympe de Gouges, Georges Sand, Louise Michel, Rosa Luxemburg, Virginia Woolf, Rosie la riveteuse, Simone de Beauvoir. Très bien fait, ce livre jeunesse rappelle aux filles qu’elles doivent être libres d’être ce qu’elles sont et de ne pas s’enfermer dans des stéréotypes.

Ni poupées ni super-héros

Ni poupées ni super-hérosParce qu’il n’est jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes Pour que filles et garçons puissent, ensemble, construire un monde antisexiste et égalitaire, On n’est pas des poupées et On n’est pas des super-héros, déjà parus dans cette collection, sont maintenant réunis en un seul livre. Ni poupées ni super-héros, en avant les super-égaux !

Après la lecture de On est pas des super-héros, puis de On n’est pas des poupées, j’ai trouvé dommage la séparation du lectorat: l’un vise les garçons et l’autre, les filles, un peu comme les collections de livres commercialisés pour un genre uniquement. Cette séparation m’a toujours dérangée car il oblige les enfants à choisir entre dragons et princesses, super-héros et animaux, licornes et voitures en fonction de leur genre. Dans Ni poupées ni super-héros, on retrouve une sélection de quelques-unes des pages des deux autres livres de la série, ce qui m’a beaucoup plu. Même si les deux autres livres ont aussi leur utilité, Ni poupées ni super-héros comble le besoin d’un livre jeunesse antisexiste que garçons et filles pourront consulter ensemble. Petit bémol: Ce livre n’ajoute aucun nouveau contenu aux précédents, dommage ! Très bon quand même ! Dans chacun des livres, on retrouve des enfants noirs ou racisés.

Donc au final, on achète lequel puisque le contenu est quasiment le même ? Achetez donc les trois. Ça vaut la peine !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Beauvois, Delphine & Claire Cantais
Maison d’édition: La ville brûle Bouton acheter petit
Année de publication: 2014 / 2013 / 2015
ISBN: 9782360120482  / 9782360120369  / 9782360120666
Public cible: À partir de 10 ans
Vous aimerez peut-être: Histoires du soir pour filles rebelles, 100 destins de femmes extraordinaires.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

Fatou Diallo, détective

Fatou diallo détectiveMoi, c’est Fatou Diallo, 9 ans et demi. Avec mon associé Max (oui, bon, c’est un hamster, on fait comme on peut !), bref, avec Max, nous avons créé l’agence de détective FDD. Dès qu’il y a une enquête à mener, un mystère à élucider, on m’appelle. Pour me trouver, c’est simple : cité des Violettes, bâtiment D, à côté de l’escalier.

Fatou sait marchander ! Elle sait ce qu’elle veut et elle ne travaille pas pour rien. Bref, elle connaît sa valeur. Elle n’a pas non plus la langue dans sa poche. D’origine sénégalaise, voilà trois générations que sa famille a immigré en France. Au début du roman, Fatou affirme : « Si je n’avais pas la peau noire, j’aurais sans doute rougi jusqu’aux oreilles de mon impertinence » (p.15). À la lecture de cette phrase, je me suis demandée s’il n’existait pas une autre manière de décrire les sentiments du personnage, une manière qui ne serait pas hégémonique. En effet, on prend la réaction physique d’une personne blanche pour décrire les sentiments d’une personne noire. Pourquoi ?

À la page 49, le voisin arabe de Fatou affirme ne pas être responsable du vandalisme qui a eu lieu dans l’immeuble, mais est persuadé qu’on va lui mettre ça sur le dos à cause de son origine ethnique : être Arabe en France fait de lui la tête de Turc idéale. À ses propos, Fatou répond « Oh, tu sais, ce n’est pas toujours drôle non plus d’avoir la peau noire… » (p.50) Enseignants: si vous lisez ce roman avec vos élèves, demandez-leur ce que Fatou aurait bien pu vouloir dire par là.

Chaque chapitre est une nouvelle enquête de Fatou que l’on s’amuse à suivre dans ses aventures. Le récit m’a intrigué, mais j’ai été agacée des petites pointes de sexisme laissées ici et là (par exemple, que le « foot » n’est pas un sport de fille). Bien sûr, ce sexisme existe dans la réalité, mais comme il s’agit d’une œuvre de fiction pour les enfants, je ne vois pas trop l’intérêt de réitérer ce genre de stéréotypes. La société se débrouille très bien pour nous les resservir à tout moment sans que les artistes s’y mettent aussi. Contexte français.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Emmanuel Trédez
Maison d’édition: Nathan Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782092558232
Public cible: À partir de 8 ans
Vous aimerez peut-être: Une enquête signée Betty, un roman où une fille d’origine africaine joue à la détective.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

20, allée de la Danse : La tournée au Japon

20 allée de la danse tournée au japonLes élèves de l’École de Danse vont partir au Japon ! Ils se donneront en spectacle dans plusieurs villes. Depuis qu’elle le sait, Maïna ne pense qu’à une chose: elle va enfin rencontrer Daisuke, un Japonais de son âge, avec qui elle correspond sur un site consacré aux figurines porte-bonheur. Daisuke par-ci, Daisuke par-là… Ses copains finiraient presque par être jaloux !

Sixième titre d’une série issue d’une partenariat inédit permettant de rendre compte fidèlement du quotidien des élèves de l’École de Danse de l’Opéra national de Paris, 20, allée de la Danse : La Tournée au Japon se lit très bien sans avoir lu les tomes précédents. En effet, l’auteure Élizabeth Barféty raconte ici une histoire qui se tient bien en elle-même sur une troupe de danse qui part en voyage en Asie. Dès les premières pages, les personnages nous sont présentés et les membres de la bande de Maïna nous semblent déjà familiers: Constance la brune sérieuse, Zoé la rousse malicieuse, Sofia la timide Italienne, Colas le blond secret et Bilal, le brun qui s’amuse de tout. Malgré leurs différences individuelles, j’ai trouvé les personnages secondaires assez unidimensionnels: Sofia n’est que timide, Bilal n’est que farceur, etc. Cela dit, je ne doute pas qu’à la lecture des autres tomes, chaque personnage gagnera à être reconnu avec plus de profondeur. Maïna est collectionneuse, martiniquaise et douce. Elle parle anglais et un peu de japonais. Elle sait gérer les situations stressantes avec calme et de manière réfléchie. Sa famille ne vit pas en France. Maïna s’interroge sur l’amour et sur sa relation avec Daisuke. D’ailleurs, la complexité des émotions rendent le récit vivant et réaliste. L’auteure nous fait vivre sa passion et son excitation pour la danse et le ballet. Chaque jour, elle fait ce qu’elle aime et elle a les meilleurs amis du monde. Et puis, une danseuse de ballet noire, on n’en voit pas tous les jours, pourtant elles existent et chamboulent les stéréotypes, dont celui, tenace, que le ballet est une danse « pour les blanches ». Pensons à Misty Copeland, Michaela DePrince ou à Alison Stroming.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Et quand le cours se termine, elle ressent une joie pure. Simple. « Je ne pourrais pas vivre sans danser », songe-t-elle en se rhabillant. Elle se fait souvent cette réflexion, mais ne cesse jamais de s’émerveiller. « J’ai tellement de chance !  » se dit-elle en se dirigeant vers une autre salle, où aura lieu le second cours de l’après-midi. » (p.24)

J’ai adoré l’atmosphère de camaraderie et l’amitié qui uni tous les membres de la bande de danseurs. Quel plaisir de partager avec Maïna sa fébrilité avant un spectacle, son excitation face aux costumes, son intérêt pour les pièces et les mouvements, les répétitions, les morceaux joués par les pianistes accompagnateurs, le voyage. À noter que les garçons font aussi du ballet et c’est tout à fait normal dans ce livre. J’ai voyagé en même temps que la troupe de danse au Japon en apprenant sur le Meiji-Jingu, un sanctuaire religieux de Tokyo, les ryokans, des auberges traditionnelles de Kyoto, les cerfs de Nara et le métro de Tokyo.

« Lors de son premier spectacle à l’École, sa peau de Martiniquaise lui avait brusquement rappelé sa différence. La couleur des collants « chair », le maquillage que les autres s’échangeaient… Rien n’était adapté à elle ! (…) Maïna sourit en vérifiant son apparence dans le miroir. Elle est habituée maintenant, elle sait mettre ses yeux en valeur pour que son visage soit le plus expressif possible sur scène, et aucune mèche rebelle n’oserait plus frisotter sur son chignon. Elle est prête à entrer en scène.  » (p.85-86)

On retrouve à la fin du récit deux pages informatives sur l’école de danse national de Paris, dont un paragraphe sur son caractère cosmopolite. Un roman très réussi qui nous fait vivre de belles émotions tout en nous faisant découvrir l’univers de la danse classique ! Je recommande !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Élizabeth Barféty & Magalie Foutrier
Maison d’édition: Nathan Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782092572573
Public cible: À partir de 9 ans
Vous aimerez peut-être: Lulu la très chic, un roman coloré pour les enfants.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

La faune et la flore des Antilles: Deux livres publiés chez Auzou

Avec les collections « Mon premier animalier » et « Mes premières plantes », les enfants découvrent les animaux, les fleurs et les arbres à travers des textes simples et de magnifiques photos. Le bananier, l’hibiscus, le palétuvier, le manicou, la queue en ciseaux ou le dynaste n’auront plus de secret pour eux !

 

La flore des antillesTitre : La flore des Antilles
Auteur(s) / Illustrateur(s)
: Jean-Pierre Chaville
Maison d’édition : Éditions Auzou
Année de publication : 2018
ISBN : 9782733858776
Public cible : À partir de 3 ans

 

Les animaux des antilles françaises
Titre
: Les animaux des Antilles françaises
Auteur(s) / Illustrateur(s)
: Patrick David
Maison d’édition Éditions Auzou
Année de publication : 2014
ISBN : 9782733832424
Public cible : À partir de 3 ans

 

J’apprécie beaucoup cette collection de documentaires simples et accessibles. Aujourd’hui, j’ai lu « Les animaux des Antilles françaises » et « La flore des Antilles » . Les livres ont une couverture matelassée et de jolies pages en papier glacé. Les photographies sublimes sont savamment choisies et de qualité. On y voit les sujets photographiées en détails et souvent en gros plan; les enfants adorent! On y retrouve toujours un sommaire au début du livre, ce qui est vraiment fantastique lorsqu’on désire faire une recherche sur un sujet (surtout auprès des enfants de première ou deuxième année du primaire !). Les enfants peuvent ainsi s’initier à l’utilisation d’un sommaire et à la recherche documentaire.  Le sommaire de « La flore des Antilles » inclus une traduction en créole, même si le texte du livre est en français. Particulièrement bien adapté pour une exploitation en classe, j’aime bien intégrer de temps en temps les documentaires de cette collection des éditions Auzou dans les boîtes à lire que je confectionne pour les enseignants dans le cadre de mon travail. Les enfants adorent, surtout au premier cycle du primaire ! Voici d’ailleurs un aperçu du catalogue 2018-2019 de la collection:

Auzou Premier animalier

Idée pour une exploitation en milieu scolaire

Mettez le nez dehors ! Rendez-vous avec vos élèves dans la cours de récréation pour observer la flore et la faune locale. Formez des groupes d’environ cinq enfants. Chaque groupe doit trouver une plante, un insecte ou un animal que vous allez par la suite photographier. N’oubliez pas de noter à quelle équipe appartiennent les photos ! Ensuite, travaillez ensemble pour faire une recherche sur les sujets photographiés par les enfants. Pendant ce temps, imprimez les photos. En grand groupe, formez un livre documentaire à la manière des livres des éditions Auzou que vous pourrez garder dans votre salle de classe ! Les enfants développeront leur sens de l’observation, les bases de la recherche documentaire, le travail d’équipe et même, si vous le voulez, des bases en photographie (ce projet pourrait en être un commun entre le cours de sciences, d’arts plastique et de français !) Enseignants, avez-vous utilisé ces livres avec votre groupe classe ?

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ces livres.

 

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Neïba Je-sais-tout : Un portable dans le cartable !

Neïba-Je-Sais-Tout Un portable dans le catableNeïba a une idée en tête : se procurer un téléphone portable pour se venger d’Alban Mortel, le garçon le plus agaçant de tout l’univers. À noter que Neïba n’a pas encore fait le tour du monde, mais comme elle n’a pas encore rencontré votre patron, partons du principe qu’elle a raison. Parviendra-t-elle à s’en procurer un ? Et puis : un téléphone, si jeune : est-ce vraiment bien opportun ?

J’ai beaucoup aimé ce roman ! L’histoire se déroule en contexte urbain, dans une ville comme bien d’autres, où il y a une école primaire comme bien d’autres et des enfants comme bien d’autres. Un récit du quotidien rassurant par sa capacité à peindre la vie de nos enfants racisés nés et élevés en occident.

Ah, le cellulaire ! Ma nièce de 8 ans déjà remarque que certains autres enfants en ont et demande pourquoi elle n’en a pas. L’auteure veut clairement passer un message ici par le biais de son personnage Neïba (un cellulaire à 9 ans, est-ce bien raisonnable ?), mais c’est amené avec douceur, ce qui ne rend pas le ton moralisateur. Le tout est léger et regorge d’humour.

Neïba a confiance en elle. Elle porte fièrement l’afro et lorsqu’un camarade de classe l’insulte en qualifiant ses cheveux d’horribles, elle le trouve idiot et doté de très mauvais goût (« Ils sont très beaux mes cheveux! » se dit-elle) (p. 21)

Vous avez remarqué comment les films pour enfants intègre de plus en plus de petits clin d’œil destinés aux adultes accompagnateurs ? Ces gags que les enfants ne comprennent pas, ces références qui les échappent, mais qui ne nuit en rien leur compréhension du film dans son ensemble. Et bien voilà un roman adressé aux enfants que les adultes peuvent lire avec intérêt et un sourire au coin des lèvres. Le cellulaire tant convoité est un I-Pomme ;), le nouveau cellulaire du papa de Neïba peut sentir le plat de ce soir et propose un choix de boissons pour l’accompagner (!), la maîtresse d’école qui lit du « Guillaume Museau » (en tant que bibliothécaire, j’admet avec éclaté de rire en lisant cela! Du Guillaume Musso, on me le demande 50 fois par jour dans le cadre de mon travail héhéhé). Un livre qui fait rire, ça fait du bien, non? Alors pourquoi ne pas lire ce livre en même temps que votre enfant ? Achetez-en deux et lisez ensemble ! Un enfant qui voit ses parents lire sera plus porté à adopter des habitudes de lecture. Et quoi de mieux que de lire le même lire et d’échanger dessus ensuite ?

Madina Guissé est une auteure française.

Madina Guissé 

Je remercie l’auteure Madina Guissé de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Madina Guissé
Maison d’édition: Publishroom Bouton acheter petit
Année de publication
: 2018
ISBN: 9791023608953
Public cible: 7 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Le premier tome de la série, Neïba-Je-Sais-Tout: Sais-tu garder un secret ?

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Alerte aux poux ! La maîtresse se gratte

alerte aux poux maîtresse se gratteLa maîtresse se gratte la tête… C’est sûr, elle a des poux ! Arthur et ses copains ont un super plan pour s’en débarrasser…

C’est dans la collection de premières lectures Folio Cadet de chez Gallimard que l’on retrouve ce livre destiné aux apprentis lecteurs. La meilleure amie du personnage principal s’appelle Anissa. La fillette noire est présente sur la page de couverture ainsi que sur douze pages de ce livre qui en contient une vingtaine. À noter que le personnage de la maîtresse d’école, amérindienne, est très stéréotypé. Contexte français.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Mathilde Bréchet & Amandine Laprun
Maison d’édition: Gallimard jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9782070589296
Public cible: 6 à 8 ans.

Vous aimerez peut-être: Dans la même série, il y a Vive la rentrée ! Même si j’ai un peu peur.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Uppercut

uppercut AhmedPlacé dans un internat pour garçons difficiles, Erwan est envoyé en stage dans un centre équestre, après une fugue. Ce garçon métis, né d’un père sénégalais et d’une mère bretonne, est habitué à se battre, à la moindre remarque sur sa couleur de peau. Et il rêve de devenir boxeur. Face à Gilbert, le directeur du centre, qui lance des blagues racistes sans même s’en rendre compte, il va devoir apprendre à ne plus réagir au quart de tour. Un beau portrait d’adolescent à la dérive trouvant enfin à canaliser sa violence.

On est plongé dans le récit dès les premières pages. En tant que lectrice noire, je me suis sentie très proche du personnage principal, surtout dans ses questionnements, ses doutes et ses craintes. Erwan est passionné de boxe, et surtout de boxe américaine. Il connaît sur le bout des doigts les parcours de Classius Clay, bien sûr, et de Rubin Carer, son idole. L’adolescent est très conscient de la couleur de sa peau: il sait qu’elle le suit partout, où qu’il aille et qu’elle teinte sa vision du monde. Né d’une mère bretonne et d’un père sénégalais, malgré son métissage, Erwan déplore le fait que c’est sa négritude qu’on voit en premier. Après tout, il « ne se balade pas avec un drapeau de la Bretagne dans le dos » (p.20). Le regard que lui lance un fermier blanc occupera d’ailleurs toutes ses pensées.

« Je n’ai jamais compris l’expression jeter un regard noir. Mais interpréter un violent regard de Blanc vers un Noir, oui. C’est ce que venait de faire Gilbert, le fermier. Dans la voiture qui nous ramenait au collège je me refaisais le film du moment passé au centre équestre. De l’arrivée presque insouciante à la poignée de main, ni franche ni vraiment accueillante. Et ces yeux pleins d’étonnement que j’ai traduits par des mots dans l’instant. Merde, ils m’amènent un bronzé. Vous vous rendez compte, un basané dans mes pattes! » (p.33)

L’auteur prend soin de ne pas résumer le racisme qu’aux insultes criées dans les bars ou dans la rue. Dans la première partie du récit se déploient les tentacules d’un racisme beaucoup plus complexe qui se manifeste par l’inégalité des chances, les préjugés, un système qui désavantage les personnes noires. Toutefois, dans la deuxième partie du récit, les insultes racistes sont nombreuses, sans que cela n’ajoute grand-chose au récit. Quelques exemples auraient été suffisants, afin de faire avancer le récit plus rapidement et ne pas perdre le rythme soutenu qui m’avait personnellement tant plus au début du roman.

« Au début de mon séjour à l’internat, il m’a simplement arraché le cœur un peu plus. Alors que souvent j’ai eu envie de détacher cette peau que le père Noël n’a pas. Cette peau qui a coûté la mort à neuf personnes, dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, au mois de juin 2015. Parce qu’elles étaient noires, un taré a décidé qu’elles devaient mourir. Le nom de la ville m’a sauté aux yeux, car c’est à Paterson que la vie de Rubin Carter a basculé. C’est là qu’avait eu lieu la fusillade au bar Lafayette. Dans l’Article de journal qui a attiré mon regard au CDI du collège, on dit qu’au procès, le Blanc qui les avait tués ne regrettait pas son geste. Il était écrit aussi que les juges venaient de le condamner à mort. » (p. 73)

J’ai lu ce roman en une fin de soirée chaude et humide, allongée sur ma galerie montréalaise. D’ici, la France me paraissait bien loin, tout comme les États-Unis auxquels Erwan voue une passion. Ils me paraissaient si loin, et en même temps si proches. Erwan est un personnage fictif, mais il existe aussi en chacun de nous.

Uppercut est un roman réussi, tant sur la forme que sur le fond. Des notes en bas de page qui donnent de l’information additionnelle sur les Black Panters, le KKK, l’expression « Mister Charlie », la chanson « Strange fruit » de Billie Halliday, ou la tuerie par un homme blanc dans une église afro-américaine de Charleston en 2015. J’aurais toutefois aimé plus de références au contexte français puisque c’est dans ce pays que ce déroule le récit. J’aurais aimé savoir ce qui a secoué les Noirs de France, des faits divers aux événements historiques. Les éditions de Rouergue ont également très bien choisi la page couverture; on y voit un garçon qui noue un ruban autour de sa main tel un boxeur professionnel, qui se prépare pour un combat. Pas que sur le ring; mais dans la vie aussi.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Ahmed Kalouaz
Maison d’édition: Rouergue jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782812614910
Public cible: 13 ans et plus.

Vous aimerez peut-être: L’arbre aux fruits amers, un roman pour les ados de 13 ans et plus.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook