Sarah & Sac-à-Puces: Un poney dans l’ascenseur

Sarah et sac-à-puces poney dans ascenseurSarah vient d’emménager dans un immeuble avec sa mère. Elle essaie de se faire des amis mais les enfants refusent de jouer avec elle. Alors qu’elle s’isole, elle découvre un livre sur les Indiens et rêve d’avoir un cheval comme eux. Devant le refus de sa mère, elle cherche quelque chose de plus petit et trouve un étrange poney dans le magasin Bric & Broc…

Dans ce roman, on rencontre une petite fille qui tente de s’intégrer à un nouveau milieu. Les enfants, méchants et méfiants, lui disent de retourner d’où elle vient. Il y a plusieurs niveaux de lecture: Revenir d’où elle vient, est-ce son ancien quartier, ou bien quelque chose de plus profond, induit à cause de la couleur de sa peau? On ne le saura jamais, mais j’ai adoré cette liberté offerte au lecteur d’y voir ce qu’il veut bien voir; chaque enfant aura sa propre interprétation. Parents, pourquoi ne pas en profiter pour lire ce roman en même temps que vos enfants et de discuter avec eux de ce qu’ils ont compris de l’histoire ?

Le père de Sarah est absent. Où est-il ? On l’ignore. Mais Sarah le mentionne quand même lorsqu’elle dit aimer les Indiens car ils ont les cheveux noirs et lisses « comme les siens et ceux de son père ». Sarah est très belle avec son teint brun et sa tignasses frisottée. Sa maman, elle, est blanche et a les cheveux blonds. Ces informations nous sont données par les illustrations car la couleur de la peau n’est jamais mentionnée dans le récit. On pourrait même penser qu’il s’agit d’une simple histoire sur l’arrivée dans un nouvel appartement. Et puis, les amoureux des chiens seront servis, le chien de l’histoire est à croquer ! Ainsi, le roman traite avec légèreté de l’exclusion et de la discrimination, notamment à travers ce chien dont tous les enfants se moquent parce que ce n’est pas un poney et qu’il a d’ailleurs une drôle de tête. Quand ils découvrent que c’est surtout un bon compagnon, chien ou poney, soudain l’apparence n’a plus d’importance. Et à travers une aventure avec Sac-à-Puce, Sarah parviendra à s’intégrer elle aussi.

J’ai adoré le caractère de Sarah: fougueux, curieux, plein d’imagination. Elle ne baisse pas les bras et n’hésite pas à exprimer son mécontentement. Franchement, j’ai adoré ce roman qu’il vous faut lire au plus vite !

Coup de cœur ! 

 

Sarah et sac-à-puces poney dans ascenseur 2

 

Sarah et sac-à-puces poney dans ascenseur 3

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jan Birck
Maison d’édition: Alice éditionsBouton acheter petit
Année de publication: 2019
ISBN: 9782874263743
Public cible: À partir de 9 ans

Vous aimerez peut-être: Le roman Mandela et Nelson est aussi écrit par un auteur d’origine allemande.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

[LECTRICE INVITÉE] L’oiseau de Colette

L'oiseau de colettePauvre Colette, récemment déménagée dans un nouveau quartier, sa mère lui refuse un animal de compagnie. Mais lorsqu’elle cherchera à se faire de nouveaux amis, ce sera grâce à une perruche… imaginaire! Ce livre est le premier d’une série mettant en vedette les personnages de la bande du Mile-End. Chaque livre apportera de nouvelles aventures, de nouvelles couleurs et des univers propres à la personnalité de chacun.

L’avis d’Olympe, lectrice invitée : Elle s’appelle Colette et vient d’emménager dans un nouveau quartier de Montréal: Le Mile End. « Colette », un prénom atypique pour une enfant spéciale, bout en train, dégourdie et qui a de l’énergie à revendre! Une enfant attachante, au contact facile et à l’imagination débordante. Alors bien sûr, quand Colette a un souci, comme cet après-midi d’été, c’est tout le quartier qui se montre solidaire pour l’aider à retrouver son fameux compagnon… Alors même qu’ils ne connaissent pas encore cette nouvelle voisine, tous les enfants de la bande du Mile End vont contribuer à l’enquête. Colette s’applique pour décrire les moindres caractéristiques de son oiseau et le lecteur est embarqué lui aussi dans cette quête qui est l’occasion de découvrir le voisinage. On peut compter sur les doigts d’une main les couleurs utilisées pour les illustrations de ce beau livre. Et pourtant, elles prennent vie, au fil des pages, de façon étonnante. Cette belle aventure m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière page. Un livre à lire et à relire. Une petite fille de 7 ans est restée perplexe suite à cette lecture, car, je cite, « il y a un mensonge »… En effet, entre grande imagination et petit mensonge, il n’y a qu’un pas. Cette histoire est aussi l’occasion d’en discuter avec les enfants !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Isabelle Arsenault
Maison d’édition: Éditions de la PastèqueBouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782897770150
Public cible: À partir de 4 ans

L'oiseau de colette 2

 Merci Olympe !
Vous souhaitez donner votre avis sur un livre jeunesse ayant un personnage noir ?
Devenez vous aussi lecteur invité pour Mistikrak!

Lecteurs invités MistikrakÀ propos d’Olympe: Exploratrice, Olympe habite en France. Elle aime offrir des livres aux enfants et les considère comme des outils de transmission de valeurs et d’ouverture sur le monde. D’où la nécessité pour elle d’y retrouver des personnages à l’image de cette société plurielle qui nous entoure. Olympe porte autant d’importance à l’histoire et aux images qu’à l’objet. Tous les sens doivent être en éveil !

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

La famille Labougeotte

labougeotte
Les parents Labougeotte ont toujours voyagé. Maintenant qu’ils ont des triplés, ils ont décidé de s’installer. Encore faut-il trouver logement à leur pied !

Une famille au teint foncé et aux cheveux lisses passent leur temps à déménager. Appartement trop petit, trop grand, trop ensoleillé ou pas assez, trop bruyant… Ce livre capture une tranche de vie occidentale. C’est une histoire à rebondissements assez rigolote, à découvrir dès l’âge de 4 ans, ou encore à lire seul dès la première année. Il s’agit du huitième titre de la série Drôles de familles.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Pierrette Dubé, Estelle Bachelard
Maison d’édition: Dominique et compagnie Bouton acheter petit
Année de publication: 2015
ISBN: 9782897393175
Public cible: 4 à 7 ans

Vous aimerez peut-être: Une visite chez le coiffeur, un livre à lire tout seul.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

The Boondocks: Parce que je sais que tu ne lis pas le journal

boondocksCréée sur Internet en 1996, puis reprise dans un magazine étudiant, la série BOONDOCKS (littéralement: « quartier ennuyeux ») a mis moins de cinq ans pour conquérir les lecteurs de plus de 250 magazines et quotidiens américains. Les personnages d’Aaron McGruder consacrent l’irruption de la culture hip-hop dans le monde de la BD. Aucun sujet n’est passé sous silence: racisme, préjugés des noirs à l’égard des blancs, violence, drogue, lutte contre le terrorisme, fausses idées des blancs à l’encontre des noirs, problèmes d’éducation… Évitant toute complaisance, Aaron McGruder fait sauter tous les garde-fous de la bien-pensante!

Mon avis

Je fais une petite exception pour cette BD, qui s’adresse surtout aux adultes, mais qui peut être lue dès l’âge de 13 ans, car je voulais absolument la présenter sur ce blog. Riley, 8 ans, est rebelle et admire l’univers des gangs de rue et de la culture gangsta rap. Son grand frère, Huey, s’intéresse plutôt au Black Power, à la lutte contre le racisme et à la justice sociale. Les deux garçons quittent leur ville natale de Chicago pour déménager à Woodcrest, une banlieue ennuyante et blanche parce que leur grand-père, avec qui ils vivent, souhaite une vie tranquille pour sa retraite.

Boondocks1_3

La BD se présente comme une série de strips, à l’origine publié dans un journal. Le ton est parfois hilarant, souvent irrévérencieux. Riley et Huey, malgré leur jeune âge, parlent de tout, même si leurs opinions peuvent offenser. Cette version publiée chez Dargaud permet aux francophones de connaître la série, dont il existe une série télé non traduite en français (voir vidéo ci-bas). Les personnages sont des archétypes des différentes manières dont l’identité afro-américaine se présente; dans chaque personnage on peut reconnaître une personne que l’on connaît. Le grand-père, qui a vécu plusieurs évènements clés du mouvement des droits civiques; Thomas Dubois, le voisin coincé ayant professionnellement réussi dont le comportement rappelle celui d’un homme blanc de la haute société; Jazzmine, une naïve enfant métisse qui tente désespérément de nier son identité noire; et oncle Ruckus, un afro-américain qui idolâtre la culture esclavagiste (pour ne nommer que ceux là).

The Boondocks a le mérite de dire tout haut ce que bien des gens n’osent pas dire même tout bas. Aaron McGruder donne une voix sans complexe à la communauté afro-américaine et ne tente pas de plaire à la majorité. Pour cela, je lui lève mon chapeau.

Auteur(s) / illustrateur(s) : McGruder, Aaron
Maison d’édition: Éditions Dargaud
Année de publication: 2003
ISBN: 2871294542
Public cible: 13 ans et plus

Aaron McGruder est un auteur afro-américain.

aaron-mcgruder

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Peau noire peau blanche

peau noire blancheLe père d’Issam est noir et vient du Sénégal. Il est grutier et travaille sur les chantiers. Sa mère est blanche et française. Elle travaille à la maison. Issam, c’est le petit dernier. De chantier en chantier, on déménage souvent dans la famille. Être nouveau et black à l’école, ce n’est pas toujours facile et ça le rend triste, Issam. Sa maman n’a pas les réponses à toutes les questions mais ils aiment bien jouer ensemble à « pourquoi? parce que… parce que quoi? parce que que »… Parce que ça finit toujours par des rires ou des câlins. Quand toute la famille rentre au Sénégal, c’est souvent la mère qui est triste. Trop blanche là-bas, la maman d’Issam. Alors, quand elle demande pourquoi elle se sent étrangère, Issam est content de la consoler en lui disant : « parce que »…

L’histoire, racontée au « je » par Issam, est intéressante: un petit garçon Sénégalais trop noir pour la France, pour Paris, pour Marseille, et une maman française trop blanche pour le Sénégal. Issam est « tout noir » (p.1) et dans la cours de récré, on tente de lui voler son blouson, sa casquette, on ne veut pas jouer avec lui. Les autres enfants sont méchants à l’école, car ici, à Marseille, on « n’aime pas trop les beurs, ni les blacks. » Le Sénégal est présenté comme un terre salvatrice, où la famille pourra échapper aux discriminations vécues en France. Sauf qu’une fois arrivée là-bas, la maman pleure car les autres femmes la rejettent car elle est différente, blanche. Alors que le père trouve facilement du travail et qu’Issam peut enfin jouer librement, on réalise que d’autre difficultés les guettent.

Il y a beaucoup de non-dits dans cette histoire, ce qui est bien pour entamer une conversation sur les préjugés, les différences, l’injustice et le racisme. On s’attend d’un parent qu’il nous fournisse une réponse, surtout lorsqu’il s’agit de sujet délicats tels l’intimidation et le racisme, mais le petit jeu des pourquois entre la mère et le fils a quelque chose de rassurant pour chacun d’eux et renforce le lien qui les unit.

Colorées et naïves, les illustrations de Mireille Vautier pleines de couleurs primaires contrebalancent un récit assez dur sur le racisme. Même si place est laissée pour discutions, la morale du récit me semble un peu triste: notre monde est-il si clairement divisé en noir et blanc? N’existe-t-il pas de tons de gris? Ah! Déjà, voilà de quoi alimenter un débat avec des enfants d’âge scolaire. Un album jeunesse à explorer. Contexte français.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Yves Bichet & Mireille Vautier
Maison d’édition: Galimard Jeunesse
Année de publication: 2000
ISBN: 2070543358
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Même les mangues ont des papiers, un livre sur l’immigration.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Going North

51FZ7eeu60L__SX258_BO1,204,203,200_Leaving behind Big Mama, loving relatives, and the familiar red soil and cotton fields of Alabama, Jessie and her family are going north to Nebraska. They are pioneers searching for a better life, one with decent schools and jobs. But traveling through the segregated South is difficult for an African American family in the 1960s. With most public places reserved for « whites only, » where will they stop to get gas and food?

The illustrations, rich with warm colours and paint strokes, really make this book stand out. The story is a wonderful tale of growing up black in during the 1960s in southern United States. This book coul dbe used as a started point to a discussion about US history or race relations. The CD was pretty plain, I wished it would have included some sound effects like the sound of tires against the pavement, the « taw-whomp » of Big Mama chruning the butter, or the sound of crickets singing in a deep dark night, half-way through the road-trip. That said, the narration by the actor was great. I love historical everyday stories, and « Going north » is one of them. Very poetic.

Author(s) / illustrator(s) : Janice N. Harrington & Jerome Lagarrigue
Publishing company: Melanie Kroupa Books
Publication: 2004
ISBN: 0374326819
Target audience: 6 to 8 years old.

Did you enjoy this book? Let me know in the comments section!

2 amies pour la vie ! (1) Un mensonge gros comme ça !

deux amies vie mensonge grosCléo, une jeune fille du CM2 en banlieue parisienne (l’équivalent de la 5ème année au Québec et en Belgique), est bien embêtée par son devoir de français. En voici le sujet: « Décrivez en 15 lignes votre meilleur(e) ami(e). » Sauf que Cléo n’en a pas, de « meilleure amie »… Mensonge, rêve ou vérité? Cléo affirme à ses copines de classe que sa meilleure amie est une princesse. Elles la traitent de menteuse! Comme sortira-t-elle de ce mauvais pas?

L’histoire est classique: Une fille banale mais attachante avec ses soucis d’école. Deux chipies dans la cours de récré. De nouveaux voisins qui emménagent et le début d’une amitié avec la nouvelle qui, bien sûr, ira à la même école qu’elle. Un recette qu’on connait bien, mais qui fonctionne aussi très bien auprès des jeunes. Il sera intéressant toutefois de suivre les aventures des deux nouvelles amies dans de nouveaux titres de la série dont le premier tome met déjà les bases: Chloé Sy et sa famille semblent assez bien nantis, alors que la famille de Cléo beaucoup moins. Le père de Cléo n’est pas dans les parages et sa mère est gérante d’immeuble. La famille de Chloé est originaire de Dakar, au Sénégal. Le chien de Chloé semble jouer pas mal de tours pour pimenter la vie en appartement. Et les deux filles se voient déjà comme les deux meilleures amies du monde.

J’ai trouvé la représentation de la famille Sy positive et éloignée des clichés habituels. Le père se présente en veston cravate, la mère en habits mi-traditionels, mi-occidentaux. Ils sont souriants, sympas, polis et avenants. En attendant de lire la suite, je conseille ce petit roman pour les nouveaux lecteurs: 61 pages de bonheur pleines de couleur qui raviront les 8 à 10 ans. *Soupir* Pas facile d’être en CM2 / 5ème année ! 😉

Auteur(s) / illustrateur(s) : Anne-Marie Pol & Isabelle Maroger
Maison d’édition: Flammarion
Année de publication: 2015
ISBN: 9782081334083
Public cible: 8 à 10 ans
Vous aimerez peut-être: Dans le même genre, il y a Billie du Bayou: Le Banjo de Will, une histoire campée en Louisiane.

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!