Billie Jazz (tome 1) : Les auditions

Billie Jazz les auditions 1Amies depuis toujours, Billie et Maya partagent la même passion : la danse. Elles font partie d’une troupe et, quand elles ne dansent pas, elles passent leur temps à fabriquer des costumes et inventer des chorégraphies. Leur rêve de devenir danseuses semble enfin à portée de main quand elles apprennent qu’un nouveau programme, mêlant école et danse, verra le jour à la rentrée ! Mais pour faire partie des élèves sélectionnées, elles devront beaucoup s’entraîner et, surtout, se soutenir… Le parcours qui les mènera jusqu’au jour des auditions sera parsemé d’embûches, et il faudra plus que d’ingénieuses pirouettes pour en venir à bout.

Billie Jazz est une jeune fille dynamique et attachante. Le roman de Geneviève Guilbault m’a accroché dès les premières phrases. L’amitié entre elle et Maya est absolument adorable, tout comme l’amour naissant que Billie porte pour Julien, un danseur lui aussi. Au-delà de l’histoire d’amitié, Billie Jazz est aussi un beau récit sur la persévérance et la découverte de soi. Au niveau de la représentation, on n’offre aucun description physique de Billie, mais les illustrations la montre ayant un teint visiblement plus foncé que les autres et les cheveux frisés. La dynamique familiale est saine et Billie Jazz est toujours là pour aider les autres, même si elle s’y prend un peu maladroitement parfois.  La typographie utilisée est également très variée, et cela dynamise la lecture ! Les lecteurs s’habituent à lire un livre plutôt volumineux (plus de 320 pages !), mais le termineront rapidement.  En effet, le texte est écrit très gros: il y a moins de 100 mots par pages et de nombreuses illustrations en noir et blanc ponctuent le récit. L’auteure est québécoise et on retrouve plusieurs expressions locales dans le récit (« Ben voyons donc! », « Allô! » pour dire « Salut », « peinturer » des toiles, plutôt que « peindre » des toiles, « regarde-moi bien aller! », etc.). J’ai adoré et j’ai hâte de lire la suite !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Geneviève Guilbault
Maison d’édition: Boomerang
Année de publication: 2016Bouton acheter petit
ISBN: 9782897091255
Public cible: À partir de 10 ans
Vous aimerez peut-être: Les pointes noires, un romans pour les préados dont le personnage principal est une fille noire qui rêve de devenir danseuse classique.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Le club des Baby-sitters : Le langage secret de Jessica

Language secret de jessicaJessica est très occupée : elle prépare un ballet et doit garder un enfant pour le club. Ce dernier lui apprend la langue des signes.

Le personnage principal de ce roman pour enfants de 133 pages est une fille noire nommée Jessica. On l’a décrit comme sérieuse, persévérante et fidèle en amitié. Elle adore la danse classique et son petit frère, P’tit Bout. Très consciente de son identité raciale, Jessica sait que sa couleur de peau rime parfois avec discrimination. Cela dit, elle affronte toutes les difficultés qu’elle rencontre la tête haute et sans jamais baisser les bras. Dès les premières pages, c’est avec beaucoup de maturité qu’elle nous présente sa famille :

Voici les membres qui la composent: maman, papa, ma sœur Rebecca (que l’on appelle souvent Becca), huit ans, mon frère John Philip Ramsey Junior, surnommé P’tit Bout, et moi, Jessica Ramsey. J’ai onze ans. Ma famille est noire.
Je sais que cela paraît bizarre de l’annoncer comme ça. Si j’étais blanche, je n’aurais pas à préciser ma couleur de peau, parce que vous imagineriez que nous sommes blancs. Mais lorsqu’on l’on appartient à une minorité, les choses sont différentes. (p.12-13)

La famille de Jessica vivait auparavant au New Jersey, dans un quartier mixte, mais où tous les habitants de sa rue étaient afro-américains. Le déménagement à Stonebroke, la ville où se déroule l’histoire, a été un choc pour la famille: il n’y a pratiquement pas de famille noire dans cette ville. Ils sont les seuls Noirs du quartier et Jessica est la seule fille noire de toutes les classes de sixième du collège. À ce sujet, elle raconte:

Malheureusement, les choses ont été un peu difficiles pour nous. Je ne sais pas si c’est parce que les gens d’ici n’aiment pas les Noirs ou bien parce qu’ils n’en connaissent pas beaucoup, et que ça les rend un peu méfiants mais, ce qui est sûr, c’est qu’ils n’ont pas été très sympathiques avec nous au début. Les choses ont l’air de plutôt s’arranger (tout doucement).  (p.14)

J’ai apprécié que le sujet de l’origine ethnique soit ainsi abordé sans détour. Plusieurs lecteurs pourront s’y identifier, et ceux qui n’ont pas la même expérience de vie que Jessica pourront s’ouvrir à une réalité à laquelle ils n’auraient peut-être pas été exposés autrement. C’est incroyable de penser que ce roman ait d’abord été publié en 1998 et qu’il soit toujours aussi d’actualité ! On ne sent pas vraiment que l’histoire se déroule à une époque où le lectorat cible (les enfants de 9 ans et plus) n’étaient même pas encore nés! (Bon, il y a bien eu ce moment où le club des Baby-sitter attendent des appels sur le téléphone familial qui m’a fait un peu sourire!)

Même s’il s’agit du 16è tome de la série Le Club des Baby-sitters, « Le language secret de Jessica » se lit très bien sans avoir lu les tomes précédents. L’histoire s’intéresse à Jessica, à son rôle dans la troupe de danse de l’école, et à sa relation avec Matthew, le jeune enfant sourd qu’elle garde trois fois par semaine après l’école. Lorsque sa troupe de danse est en processus de choisir une danseuse étoile pour le ballet Coppelia, Jessica s’imagine qu’elle ne sera pas choisie car il n’y avait pas de Noirs dans les petites villes européennes du XIXè siècle, où se déroule l’histoire de ce ballet. Elle sera malgré tout choisie par la professeure de ballet. Jessica trouve encourageant que cette dernière se moque bien d’avoir une Swanilda noire et espère être à la hauteur.

On parle du handicap et de la surdité de manière franche et réaliste: d’ailleurs, la sœur de Matthew vit parfois difficilement la surdité de son frère car cela rend son intégration difficile à l’école. Lorsqu’une camarade du Club, Kristy, se plaint d’avoir eu de la difficulté l’été dernier alors qu’elle a déménagé dans un quartier où personne ne l’aimait car sa famille est pauvre, la petite sœur de Jessica s’étonne: « Personne ne t’aimait, toi ? (…) Mais tu es parfaite. Je veux dire tu n’es pas sourde ou autre chose. Et tu es blanche. » J’ai trouvé la réponse de Kristy à ce commentaire tout à fait à propos: Être blanc ne veut pas nécessairement dire bénéficier d’une vie facile à tous les niveaux. Être rejeté(e) peut arriver à tout le monde, même pour les plus petites choses, comme arriver en jean à une soirée habillée, et être injurié(e) fait toujours mal.

Le texte est merveilleusement écrit et on s’attache beaucoup à Jessica. La lecture de ce roman m’a donné le goût de me replonger dans les autres livres du club des Baby-sitters (eh oui, j’en ai lu quelque uns étant enfant ! La nostalgie y compte sûrement pour quelque chose hihi! 🙂 )

Auteur(s) / illustrateur(s) : Ann M. Martin
Maison d’édition: Gallimard JeunesseBouton acheter petit
Année de publication: 2018 (1998)
ISBN: 9782075104074
Public cible: À partir de 9 ans

Vous aimerez peut-être: 20, allée de la danse : La tournée au Japon, un roman pour les préados dont le personnage principal est une fille martiniquaise qui se passionne pour la danse classique.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

20, allée de la Danse : La tournée au Japon

20 allée de la danse tournée au japonLes élèves de l’École de Danse vont partir au Japon ! Ils se donneront en spectacle dans plusieurs villes. Depuis qu’elle le sait, Maïna ne pense qu’à une chose: elle va enfin rencontrer Daisuke, un Japonais de son âge, avec qui elle correspond sur un site consacré aux figurines porte-bonheur. Daisuke par-ci, Daisuke par-là… Ses copains finiraient presque par être jaloux !

Sixième titre d’une série issue d’une partenariat inédit permettant de rendre compte fidèlement du quotidien des élèves de l’École de Danse de l’Opéra national de Paris, 20, allée de la Danse : La Tournée au Japon se lit très bien sans avoir lu les tomes précédents. En effet, l’auteure Élizabeth Barféty raconte ici une histoire qui se tient bien en elle-même sur une troupe de danse qui part en voyage en Asie. Dès les premières pages, les personnages nous sont présentés et les membres de la bande de Maïna nous semblent déjà familiers: Constance la brune sérieuse, Zoé la rousse malicieuse, Sofia la timide Italienne, Colas le blond secret et Bilal, le brun qui s’amuse de tout. Malgré leurs différences individuelles, j’ai trouvé les personnages secondaires assez unidimensionnels: Sofia n’est que timide, Bilal n’est que farceur, etc. Cela dit, je ne doute pas qu’à la lecture des autres tomes, chaque personnage gagnera à être reconnu avec plus de profondeur. Maïna est collectionneuse, martiniquaise et douce. Elle parle anglais et un peu de japonais. Elle sait gérer les situations stressantes avec calme et de manière réfléchie. Sa famille ne vit pas en France. Maïna s’interroge sur l’amour et sur sa relation avec Daisuke. D’ailleurs, la complexité des émotions rendent le récit vivant et réaliste. L’auteure nous fait vivre sa passion et son excitation pour la danse et le ballet. Chaque jour, elle fait ce qu’elle aime et elle a les meilleurs amis du monde. Et puis, une danseuse de ballet noire, on n’en voit pas tous les jours, pourtant elles existent et chamboulent les stéréotypes, dont celui, tenace, que le ballet est une danse « pour les blanches ». Pensons à Misty Copeland, Michaela DePrince ou à Alison Stroming.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Et quand le cours se termine, elle ressent une joie pure. Simple. « Je ne pourrais pas vivre sans danser », songe-t-elle en se rhabillant. Elle se fait souvent cette réflexion, mais ne cesse jamais de s’émerveiller. « J’ai tellement de chance !  » se dit-elle en se dirigeant vers une autre salle, où aura lieu le second cours de l’après-midi. » (p.24)

J’ai adoré l’atmosphère de camaraderie et l’amitié qui uni tous les membres de la bande de danseurs. Quel plaisir de partager avec Maïna sa fébrilité avant un spectacle, son excitation face aux costumes, son intérêt pour les pièces et les mouvements, les répétitions, les morceaux joués par les pianistes accompagnateurs, le voyage. À noter que les garçons font aussi du ballet et c’est tout à fait normal dans ce livre. J’ai voyagé en même temps que la troupe de danse au Japon en apprenant sur le Meiji-Jingu, un sanctuaire religieux de Tokyo, les ryokans, des auberges traditionnelles de Kyoto, les cerfs de Nara et le métro de Tokyo.

« Lors de son premier spectacle à l’École, sa peau de Martiniquaise lui avait brusquement rappelé sa différence. La couleur des collants « chair », le maquillage que les autres s’échangeaient… Rien n’était adapté à elle ! (…) Maïna sourit en vérifiant son apparence dans le miroir. Elle est habituée maintenant, elle sait mettre ses yeux en valeur pour que son visage soit le plus expressif possible sur scène, et aucune mèche rebelle n’oserait plus frisotter sur son chignon. Elle est prête à entrer en scène.  » (p.85-86)

On retrouve à la fin du récit deux pages informatives sur l’école de danse national de Paris, dont un paragraphe sur son caractère cosmopolite. Un roman très réussi qui nous fait vivre de belles émotions tout en nous faisant découvrir l’univers de la danse classique ! Je recommande !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Élizabeth Barféty & Magalie Foutrier
Maison d’édition: Nathan Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782092572573
Public cible: À partir de 9 ans
Vous aimerez peut-être: Lulu la très chic, un roman coloré pour les enfants.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Josephine

josephineIn exuberant verse and stirring pictures, Patricia Hruby Powell and Christian Robinson create an extraordinary portrait for young people of the passionate performer and civil rights advocate Josephine Baker, the woman who worked her way from the slums of St. Louis to the grandest stages in the world. Meticulously researched by both author and artist, Josephine’s powerful story of struggle and triumph is an inspiration and a spectacle, just like the legend herself.

One of my favorite types of children books are biographies. The format, large and full of illustrations, makes it a pleasure to read. Children learn about real people, about history and about politics while having fun reading and discovering new books. Josephine is one of those books : realistic, informative, pleasant, fun. Black stories are not often put in the forfront. School teaches you about amazing people such as Abraham Bell, James Dean and Coco Chanel, but more rarely about amazing people such as Viola Desmond, Josephine Baker and Elizabeth Coleman. Needless to say, black female role models are important to black girls and their families. This book is a must read.

Author(s) / illustrator(s) : Patricia Hruby Powell & Christian Robinson
Publishing company: Éditions Scholastic
Publication date: 2014
ISBN: 978452103143
Target audience: 9 to 13 years old

Love this book!

* Bologna Ragazzi Nonfiction Honor 2014

* Robert F. Sibert Informational Book Award, Honor

* Coretta Scott King Book Award, Illustrator, Honor

Christian Robinson is an american illustrator.

christian robinson

A children’s book to celebrate Black History Month.

You might also like: Queen of the scene or, Lili Rose veut être gentille for all the little girls who strive to be the center of attention and are confident enough to say they’re the best.

FOLLOW MISTIKRAK! ON SOCIAL MEDIA

logo livreaddict  logo facebook

J’ai le rythme dans la peau!

rythme peauLe rythme est partout! Au cours d’une promenade au parc, une petite fille enjouée énumère les parties de son corps où le rythme se faufile et se laisse emporter par la musicalité de ce qui l’entoure.

Eh ben, quel condensé de bonne humeur! Il livre court qui donne le goût de bouger! Le personnage principal, une fillette noire ayant deux afro-puffs mignons comme tout, marche la tête haute, toujours le sourire aux lèvres et les yeux qui brillent. Sa mère et elles forment un duo dont la complicité est belle à voir. Une phrase par page. Peut être lu par un débutant lecteur. Illustrations à la peinture à l’huile sur toile (je crois) débordant de couleurs vives sur fond de paysage urbain et multiculturel. Pour toutes les petites filles qui aiment mordre dans la vie à pleines dents. J’ai adoré, et ma petite nièce aussi! Elle s’est mise à inventer sa propre histoire en regardant les images.

Coup de cœur!

Connie Schofield-Morrison est une auteure noire américaine.

Connie Morrison

Auteur(s) / illustrateur(s) : Connie Schofield-Morrison & Frank Morrison
Maison d’édition: Éditions Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2015
ISBN: 9781443143011
Public cible: À partir de 4 ans

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook