0

Neïba Je-sais-tout : Tu sais garder un secret ?

Neïba-Je-Sais-ToutNeïba est une petite fille de 9 ans drôle, curieuse et un peu mauvaise foi (mais c’est ce qui fait tout son charme). Le jour où elle apprend un secret sur son frère, Ibrahima, elle promet de ne pas le dévoiler, sans se douter des conséquences que cela pourrait avoir si elle le laissait filer…

Enfin un livre où le personnage principal est noir et où on ne parle à aucune moment du racisme, de l’esclavage ou de la pauvreté ! Neïba est une petite fille noire, mais cela ne change rien au récit. On ne raconte pas l’histoire d’une « fille noire », mais simplement l’histoire d’une « fille », une fille comme les autres, qui a des amis d’école, des voisins d’immeuble, un frère, deux parents présents. Une enfant comme les autres qui doit garder un secret, et comme pour bien des enfants, c’est difficile de garder un secret ! Dès les premières pages, la personnalité éclatée et attachante de Neïba charme. Elle s’adresse directement au lecteur comme un ami s’adresse à un autre. Parfois impertinente, mais toujours drôle, on s’amuse beaucoup à lire son histoire.

Malgré quelques coquilles, la plume de Madina Guissé est vivante, presque orale, et on se plait à lire ce roman plein d’humour. Les illustrations de Lyly blabla, lumineuses, m’ont beaucoup plu. On retrouve certains dialogues dans des phylactères et du texte en lettres attachées.

Bref, j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman. Madina Guissé est assurément une auteure à suivre ! Contexte français.

Madina Guissé est une auteure française.

Madina Guissé

Je remercie l’auteure Madina Guissé de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Madina Guissé
Maison d’édition: Publishroom Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9791023606102
Public cible: 7 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Académie Grimm: Chaperon est perdue, un roman pour les enfants de 11 ans et plus.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités
0

La ruelle

la ruelle« Élodie, je reviens. Attends-moi deux minutes. » Mais Élodie n’attendra pas son papa. Elle s’aventurera dans la ruelle. SEULE. Quelles découvertes y fera-t-elle ?

Les pages de garde nous font découvrir la ruelle qui s’étend derrière chez Élodie. On reconnaît facilement les ruelles montréalaises, avec leurs arbres matures, leurs jardins communautaires, leurs écureuils , leurs clôtures dépareillées, leurs sols couvert de jeux d’enfants et leurs cordes à linge. Dans la ruelle qui borde la maison d’Élodie, on y découvre les maisons des voisins : Aimée, chez monsieur Lagacé, Madame Lavoie, Monsieur Bélair, Monsieur Brochu, Madame Bernard et son bouvier, Monsieur Desjardins et les fourmis. Le lecteur s’amusera à se référer aux pages de garde pour se repérer dans l’histoire et imaginer lui-même tout ce qui se passe dans cette ruelle.

Le texte est écrit au présent et à la première personne du singulier. C’est en effet le point de vue d’Élodie que l’on découvre tout au long du récit. Élodie qui saute comme dans une marelle, Élodie qui tourne sur elle-même tel une toupie, Élodie qui explore, Élodie qui découvre. On la suit dans ce court moment de découverte où elle rencontrera une nouvelle amie. Leur rencontre d’ailleurs est savoureuse: elles se font des grimaces, puis éclatent de rire. C’est le début d’une nouvelle amitié. Élodie est Noire et vit une existence typiquement montréalaise. On ne mentionne rien sur ces origines. Élodie est simplement une petite fille qui vit dans une maison donnant sur une ruelle arrière. C’est tout.

Le format à l’italienne de cet album splendide rappelle, par sa longueur, la linéarité des ruelles montréalaises. Les auteurs ne s’empêchent pas quelques fantaisies en optant de manière impromptue pour une mise en page verticale; il faudra donc tourner l’album de sens pour continuer la lecture. Un récit du quotidien drôle et touchant par sa familiarité. Le texte, majoritairement en prose, intègre de manière harmonieuse des phylactères empruntés aux bandes dessinées lorsqu’il y a présence de dialogues, parfois en hors-champs. Je recommande vivement !

la ruelle 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Céline Comtois & Geneviève Després
Maison d’édition: D’eux Bouton acheter
Année de publication: 2017
ISBN: 9782924645161
Public cible: 4 à 11 ans.
Vous aimerez peut-être: Un petit garçon qui avait peur de tout et de rien, un livre jeunesse québécois.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

0

J’aime pas mes cheveux !

J'aime pas mes cheveuxLa quête ébouriffante d’une petite fille qui rêve d’avoir d’autres cheveux que les siens.

Les illustrations de Castellane, minimalistes sur fond blanc immaculé, sont faites de traits, des lignes, de ronds et de zigzages épurés qui représentent toute la diversité de la chevelure humaine. Ses traits se font parfois drôles, parfois poétiques, parfois réalistes. Ses personnages sont dépourvus de corps pour mettre bien en évidence leurs coiffures.

Le texte m’a également beaucoup plu. C’est depuis sa naissance que le personnage principal n’aime pas ses cheveux : même à travers son berceau d’hôpital, elle se comparait avec les autres bébés qui « avaient tous des cheveux plus longs, plus bouclés, plus blonds, plus roux, plus doux… ». Sa mère semble contribuer à ce malaise en tentant par tous les moyens d’améliorer les cheveux de sa fille, au grand désarroi de son mari. Éternellement insatisfaite de ses cheveux, le personnage principal envie les autres filles de la cours de récréation. Bref, elle aimerait n’importe quels autres cheveux que les tiens. Voilà une prémisse à laquelle plusieurs fillette noires peuvent (malheureusement) s’identifier. Plusieurs d’entre nous ont grandi en étant insatisfaite de la texture naturelle de nos cheveux.

Ici, tous les types de cheveux sont enviés, même les coiffures afro! Elle qualifie ses propres cheveux de « tignasse pleine de nœuds ». Alors sa mère lui confie qu’elle aussi a grandi en étant insatisfaite de ses cheveux et qu’elle-même rêvait aussi de « baguettes toutes raides, d’une touffe rasta, d’une boule afro », entre autres. Et, surprise, la grand-mère aussi a des problèmes de cheveux ! Ainsi, c’est sur trois générations qu’on découvre les relations diverses de femmes avec leurs cheveux. Au final, c’est en voyant la magnifique chevelure de sa grand-mère que le personnage principal fini par accepter les siens. Un livre très beau, même si j’aurais aimé qu’on célèbre un peu les cheveux du personnage principal vers la fin. Très bon, je recommande !

J'aime pas mes cheveux 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nathalie Azoulai & Victoire de Castellane
Maison d’édition: Albin Michel Jeunesse Bouton acheter
Année de publication: 2017
ISBN
: 9782226401120
Public cible: À partir de 8 ans

Vous aimerez peut-être: Mimi perd sa place, si les illustrations sur fond blanc immaculé vous plaisent.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Rien du tout !

rien-du-toutC’est l’été, Clara en a assez de son emploi du temps réglé comme une horloge. Elle, ce qu’elle souhaite, c’est pouvoir écouter le vent, compter les nuages, respirer la lavande et se perdre dans l’infini. Rien du tout! est un voyage onirique, une ode à la paresse et au repos qui emmènera petits et grands un peu plus près d’eux-mêmes.

Jusqu’ici, aucun livre des Éditions Isatis ne m’avait particulièrement accroché, mais j’ai eu un coup de coeur littéraire pour Rien du tout!, cet album d’une douceur infinie et d’une poésie apaisante. Le format, la poésie, ainsi que l’équilibre entre le texte et l’image m’ont rappelé certains de mes albums jeunesse préférés publiés chez La Bagnole. Le récit offre un champ lexical varié et imagé et apprend au lecteur à faire des inférences et des associations. Les plus grands remarqueront d’ailleurs la présence de personnages déjà rencontrés dans d’autres livres: Le Petit Prince de Saint-Exupéry et Alice au Pays des Merveilles de Carroll, même si ceux-ci ne sont pas explicitement nommés dans le texte.

Publié dans la collection Tourne-pierre, ce livre nous présente Clara, une fillette qui a décidé d’écouler lentement et sans tracas une belle journée ensoleillée. Le livre invite les enfants à prendre une pause en solitaire, à s’écouter, à se connaître, à découvrir le monde qui les entoure et à apprécier les petites choses de la vie qui sont présents à tout instant autour de nous mais que nous ignorons bien souvent. Les enfants d’aujourd’hui sont bien souvent constamment bombardés par toutes sortes d’exigences, ils ont un horaire du temps plus chargé qu’un président d’entreprise, et entre la pratique de hockey, la leçon de piano, le cours de danse, les devoirs, l’école, les sorties familiales et les obligations du quotidien, ils ont parfois peu ou pas de temps pour lâcher prise. Après la lecture de cet album, pourquoi ne pas dégager dans leur horaire une période intitulée « Rien du tout! » où ils pourront rêvasser et se détendre en toute tranquillité?

Pour la petite histoire, j’ai emprunté ce livre à la bibliothèque pour ma petite de 6 ans, mais c’est plutôt sa petite soeur de 3 ans qui redemandait sans cesse que je la lui lise ! Bien sûr, elle n’a pas tout compris, elle a surtout apprécié les petits animaux qui se cachent à chaque page et répéter les dialogues de Clara. Et puisque Clara lui ressemble comme deux gouttes d’eau, dès qu’elle a vu le livre, ma petite de 3 ans s’est faite toute gênée et heureuse: « C’est moi !!! » s’est-elle écriée, abasourdie. Du coup, je lui lisais parfois le livre en changeant le nom de Clara par le sien! Pour elle, c’était merveilleux de se voir dans un livre. Pour moi, c’était merveilleux qu’elle puisse être représentée dans un livre de qualité en tant que fille métissée. Cela dit, pour en profiter pleinement, je suggère quand même une lecture aux 5 ans et plus, tel que suggéré par l’éditeur. Mais qu’importe! La petite de 3 ans a aimé et puis je me dis, bah, ce livre grandira avec elle si je lui achète!

rien-du-tout2

Pistes de réflexion pour une exploitation de cet album en classe

  • Pourquoi Clara dit-elle qu’aujourd’hui, elle est un « lézard paresseux »?
  • Entoure seulement les verbes qui sont présents dans le texte (rêvasser, exploser, crier, observer, énerver, rester immobile, sauter, penser, etc.)
  • Fait la liste de tous les verbes dans le texte qui décrivent ce que Clara fait. (ex.: Rêvasser, observer, imaginer, entendre, rester immobile, respirer, penser, etc.). Que remarques-tu?
  • Décris une journée où tu ne ferais rien du tout!
  • Qui sont les deux personnages issus du « monde merveilleux » que Clara à découvert? Comment penses-tu qu’elle les a découvert?
  • Selon toi, c’est quoi, « rien »?
  • Rapport au temps: Combien de temps Clara est-elle restée à ne « rien faire »?
  • À quoi ressemble le père de Clara? Est-il décrit? Est-il illustré?

J’ai adoré cet album qui nous invite à ne rien faire du tout… et d’en profiter pleinement!

Coup de cœur!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Hélène Jarry & Amélie Dubois
Maison d’édition: Isatis Bouton acheter
Année de publication: 2016
ISBN: 9782924309872
Public cible: 6 à 8 ans
Vous aimerez peut-être: Mon grand rêve, un album merveilleux publié chez les éditions québécoises La Bagnole dont le personnage principal est une fillette rêveuse.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook 

0

Cours, Ayana !

cours ayanaPetite Éthiopienne, Ayana vit sur les hauts plateaux et court tous les matins avant d’aller à l’école. Elle rêve de devenir une championne de marathon et veut remporter la prochaine course d’Addis-Abeba à laquelle elle s’est inscrite. Peut-être gagnera-t-elle assez d’argent pour s’acheter des baskets et même pour aider sa famille ? 

L’histoire est simple, séparées en chapitres et abondamment illustrée. Ayana, le personnage principal, est une jeune fille déterminée et persévérante ayant de fortes valeurs familiales. Pour sauver son père, elle se sacrifie et manque le marathon d’Addis-Abeba auquel elle rêve de participer.

Ce petit roman réjouira les jeunes lecteurs de niveau avancé qui se réjouiront d’avoir lu un premier livre à chapitres. Attention, assurez-vous que vos lecteurs ont bien compris le récit car lire est une chose et comprendre ce qu’on lit en est une autre !

Je n’ai pas décelé de clichés dans ce livre, autre le fait qu’encore une fois, on nous présente un personnage noir africain et pauvre vivant en région rurale, comme cela se fait très souvent en littérature jeunesse. Pour l’originalité, on repassera.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Agnès Laroche & Vincent Boyer
Maison d’édition: Rageot
Année de publication: 2017
ISBN: 9782700252385
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Si vous cherchez d’autres petits romans avec une jeune fille aux cheveux naturels, lisez Une journée à la gomme. À la recherche d’un roman pour jeunes lecteurs de niveau avancé? Je vous conseille Raconte Bouqui et Malice.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Roller girl

rollergirlAstrid, 12 ans, est inséparable de sa meilleure amie, Charlotte… Jusqu’au jour où elle découvre le Roller Derby. Astrid devra alors apprendre à surmonter ses craintes et s’entraîner dur pour devenir une véritable Roller Girl. Leur amitié survivra-t-elle à l’entrée dans l’adolescence et à leurs goûts qui se révèlent de plus en plus différents l’un de l’autre?

Dès que j’ai vu ce livre à la librairie, j’ai tout de suite pensé aux romans graphiques de Raina Telgemeier (Soeurs, Drame, Fantômes et Souris que j’ai dévorés ces derniers mois). Il y a plusieurs ressemblances avec les livres de l’auteure américaine: une héroïne (blanche), à l’aube de l’adolescence, qui apprend à grandir, à se connaître et à surmonter les difficultés. Roller Girl suit un peu le même genre de trame narrative; il s’agit d’une histoire sur le passage à l’adolescence, sur l’amitié et sur la découverte de soi. Le style graphique n’est bien sûr pas le même, mais la mise en page est dynamique et les illustrations m’ont charmée.

Astrid ne s’intéresse pas au magasinage, aux garçons et au ballet comme son amie de toujours, Charlotte. Elle ne porte jamais de rose, préfère les sciences et le sport. Les deux amies vivent leur dernier été avant le collège (l’équivalent du secondaire 2) et réalisent au fil des jours qu’elles s’éloignent l’une de l’autre. Sans compter que sa pire ennemie, la méchante et superficielle Rachel, se lie d’amitié avec Charlotte… Astrid découvre le Roller Derby, un sport de patins (surtout féminin) où les coups sont permis, lors d’une sortie culturelle avec sa mère. C’est le coup de foudre. Et ce coup de foudre pour le sport, c’est surtout grâce à Rainbow Fight (en version originale: Rainbow Bite), une jammeuse (joueuse de Roller Derby qui compte les points) afro-américaine, musclée, les cheveux crépus et des chaussettes aux couleurs de l’arc-en-ciel aux pieds. Rainbow Fight est un personnage secondaire, mais c’est elle la force qui fait avancer l’histoire. Astrid l’admire et lui demande conseil sur le sport et sur la vie via des messages laissés Roller-Girl-1anonymement dans son casier. Elle accroche même le poster de sa joueuse étoile sur le plafond de sa chambre. Et un jour, peut-être, elle deviendra aussi douée qu’elle…

Cela m’a beaucoup touché de voir un personnage noir dans un rôle si fort, même s’il est secondaire. Rainbow Fight est un guide qui aide la jeune Astrid a se découvrir elle-même, à se surpasser et à faire les bons choix. Un modèle positif, donc, que j’ai adoré admirer autant qu’Astrid. Au final, Astrid en apprend beaucoup sur la vie grâce à Rainbow Fight (à moins que ce soit le contraire…? Je ne vous gâche pas la surprise, lisez cette bande dessinée au plus vite !)  Roller Girl est un roman graphique bourré d’émotions vives qu’on dévore d’un coup.

Coup de cœur !

* Ce livre est un bestseller du New York Times.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Victoria Jamieson & Seyres, Chloé
Maison d’édition404 Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9791032400517
Public cible: 11 ans et plus

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Où es-tu Iemanjá?

ou es tu iemanja« C’est la magie du Brésil que l’on retrouve dans le regard d’une petite fille à la veille de la nouvelle année, jour où tous célèbrent la déesse Iemanja… Leny Werneck est une bienfaitrice : elle offre aux enfants la mesure du monde et la vision de la beauté. »  Jorge Amado.

Leny Werneck est brésilienne. Elle a proposé à Philipe Davaine d’illustrer ses mots. Pour cela, il s’est envolé vers le Brésil et a vécu quelques temps dans l’île de Camila, la petite fille de l’histoire… Il en a rapporté ces couleurs magnifiques. Amnesty International s’associe à cet album qui invite à découvrir la richesse culturelle du Brésil.

Les illustrations de ce livre, d’une infinie précision, sont magnifiques. De magnifiques double-pages se déploient tout en longueur et constituent de superbes prises de vue panoramiques. Le texte nous transporte jusqu’au Brésil lors d’une tradition entourant le Nouvel An. Même s’il s’agit d’une fiction, on en apprend beaucoup sur les traditions brésiliennes, sur sa culture, sur ses influences et sur ses significations. Bien que les Africains envoyés au Brésil comme esclaves par les colonisateurs portugais aient été obligés de se convertir à la religion catholique, ils sont parvenus à conserver en secret leurs croyances (les dieux, appelés orixas) et leurs cérémonies. Un petit bijou de littérature!

Auteur : Leny Werneck & Philippe Davaine
Maison d’édition: Syros Éditions, Amnistie International
Année de publication: 2005
ISBN: 274850142X
Public cible: 6 ans et plus

Vous aimerez peut-être: Rêve noir d’un lapin blanc, un album signé par la brésilienne Ana Maria Machado.

Psst, Mistikrak est aussi sur FACEBOOK!