J’ai mal à mes cheveux !

LJ'ai mal à mes cheveux Vanessa Yatchors d’aune séance de coiffure, Khadi s’interroge sur la nature crépue de ses cheveux. Pourquoi leur texture n’est-elle pas aussi lisse que celle de sa meilleure amie ? Sa mère lui fait comprendre avec douceur que chaque personne est unique et que les différences de chacun sont l’une des plus belles des raisons de s’ouvrir aux autres.

Les livres sur le soin des cheveux crépus sont rares. En tenant J’ai mal à mes cheveux !, on a l’impression de tenir une petite révolution dans ses mains. Quel bonheur de lire les récits de personnes afro-descendantes racontées par elles-mêmes. #OwnVoices ! Khadi est une petite fille comme beaucoup d’autres et il est facile de s’y identifier. Elle va à l’école, passe de bons moments avec sa mère, vit en France. Une fille ordinaire, quoi ! Et quelle joie qu’elle le soit, qu’elle ne soit pas représentée comme étant exotique ou « différente », comme c’est souvent le cas en littérature jeunesse. C’est une petite fille comme tout plein d’autres petites filles.

Le récit s’articule surtout autour du dialogue entre la mère et Khadi, et on sent bien que l’auteure veut faire passer un message (l’importance d’apprendre à s’occuper de ses cheveux et à les aimer au naturel). Mais compte-tenu de la rareté de ce genre de livre, ça ne m’a pas vraiment dérangé. Venessa Yatch admet d’ailleurs avoir écrit le roman qu’elle aurait voulu lire enfant. Je ne peux qu’admirer une auteure qui utilise ses mots pour dire les choses qui doivent être dites, et qui donne une voix aux petites filles noires. Bravo !

La mise en page un peu lourde manque parfois d’équilibre: le texte  domine les illustrations ou l’inverse. De plus, certaines pages sont plus difficiles à lire à cause du contrastre trop faible entre les lettres et le fond de couleur. Enfin, la reliure brochée est fragile, mais les pages sont en papier glacé. Rien de grave car si ce n’est pour la qualité matérielle, lisez ce livre pour ce qu’il représente et le message qu’il véhicule; celui de l’apprentissage et de l’acceptation de soi.

Venessa Yath est une auteure française.

Venessa Yatch

Haneek.s est une illustratrice originaire de la Guadeloupe. Elle vit à Paris. 

Haneeks

Auteur(s) / illustrateur(s) : Venessa Yatch & Haneek.s
Autoédition
Bouton acheter petitAnnée de publication: 2016
ISBN: 9782956110309
Public cible: 9 ans et plus

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

Le théorème de Mamadou

Le théorème de MamadouMamadou souffre de voir vieillir ses grands-parents, avec leur mémoire oublieuse, leurs dents qui tombent et il convainc ses camarades qu’aller à l’école est une perte de temps puisqu’on oublie tout quand on est vieux. Il remporte un franc succès auprès de ses amis mais le maître essaye de leur expliquer qu’on fait plein de choses inutiles dans un seul but : le plaisir.

L’auteur parvient à créer de superbes images avec les mots, ces dernières répondant aux illustrations de Jean Claverie en offrant au lecteur plusieurs niveaux de lecture. Ce va-et-vient entre les mots et les images donne toute sa force à cet album jeunesse adapté aux enfants du deuxième et troisième cycle du primaire.

J’apprécie les albums pour les grands de 8-9 ans et plus. À cet âge, les enfants sont encore très sensibles aux images et l’album devient un incroyable objet d’apprentissage me permettant d’aborder avec eux des sujets qui leur permettront d’exercer leur esprit critique tout en développant leur sensibilité à la culture. Dans Le théorème de Mamadou, les thèmes du vieillissement, de la perte de mémoire et de la mort sont abordés avec justesse, permettant d’entamer des discussions sur le rapport que nous avons au temps, sur la filiation et sur le sens de la vie. J’ai adoré ce livre, lisez-le vite avec vos grands !

« Moi, j’avais toujours la bouche ouverte avec une phrase à moitié dedans et à moitié dehors, comme une merguez. » (p.9)

Auteur(s) / illustrateur(s) : Azouz Begag & Jean Claverie
Maison d’édition: Seuil Jeunesse
Année de publication: 2002
ISBN: 2020500760
Public cible: 8 à 12 ans
Vous aimerez peut-être: Du même auteur, il y a Mon frère et moi.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Le conte de Sidi

conte-de-sidiSidi est un jeune Mauritanien qui rêve d’apprendre à lire. Il quitte son village pour rejoindre la capitale. Là-bas, il fait la connaissance de Myriam et Olivier, avec lesquels il devient ami. « Sidi, Sidi, est-ce que tu connais des histoires? » leur demandent-ils. « Cric-crac, ouvrez grand vos oreilles et les yeux de vos coeurs! » répond Sidi, car il connaît bien des contes. N’est-il pas le petit-fils de Fatou la griotte? Mais il a aussi un grand rêve: découvrir les histoires mystérieuses qui se cachent dans les livres.       

C’est d’abord l’illustration de couverture qui m’a accroché l’oeil; celle-ci se déploie sur la première et la quatrième de couverture et montre un jeune garçon tout de bleu vêtu, l’air de vouloir nous raconter une merveilleuse histoire. Tout au long de l’album, les illustrations nous qui s’étendent parfois sur des doubles pages accompagnent avec justesse le texte sans l’étouffer. De nombreux détails graphiques se sont glissés ça et là; on s’amusera d’ailleurs à les identifier. Le texte et l’image se côtoient en un équilibre satisfaisant. Ce livre peut être utilisé à l’heure du conte auprès des élèves de 8, 9, 10 ou 11 ans avec lesquels on prendra le temps d’exploiter cet album. Très beau.

Auteur(s) : Annick Combier & Bénédicte Nemo
Maison d’édition: Cépages Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9791093266015
Public cible: À partir de 8 ans

Vous aimerez peut-être: À toi de lire Sarie !, l’histoire d’une petite fille qui appréhende la lecture à voix haute.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Ti Sweety à la Barbade

Ti sweety à la barbadeCe premier livre de la série Ti Sweety, raconte comment Ti Sweety rejoint son ami Barbadien, Ti Coco, sur l’île de la Barbade, pour y vivre des aventures amusantes et découvrir la culture anglophone de l’île, tout en parlant anglais.

Ce livre constitue une belle découverte pour moi. Des livres pour apprendre l’anglais aux enfants, bien sûr, j’en ai vu passer plusieurs. Mais Ti Sweety a quelque chose de tout à fait original et nouveau: Elle est une petite antillaise et apprend l’anglais en visitant les îles anglophones des Caraïbes. Cette idée me paraît extraordinaire et je salue l’auteur d’y avoir pensé et d’avoir créé tout un univers autour de Ti Sweety. La fillette est curieuse, enthousiaste et avide d’apprendre. La couleur de sa peau est tout à fait normalisée, telle qu’elle l’est dans les Antilles. J’ai hâte de connaître la suite de ses aventures et de découvrir avec elle, sa famille et ses amis les prochaines îles qu’elle visitera !

Les illustrations de Tony Vivien captent bien les paysages de la Barbade. Pour y avoir été l’hiver dernier, Bridgetown (la capitale) est exactement telle qu’il l’a dessinée! C’était merveilleux de reconnaître aussi aisément des endroits réels. Avec un très jeune enfant de 3 à 4 ans, commencez par observer ensemble les images et jouer à « pointer et nommer » dans les deux langues. Lorsque l’enfant sera plus grand, vous pourrez lire ensemble les mots et compléter les jeux à la fin de l’album.

Malgré quelques coquilles au niveau de la syntaxe et de la ponctuation, ce livre aura une place de choix dans votre bibliothèque personnelle: Lire, s’amuser et apprendre, c’est facile avec Ti Sweety !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques idées d’activités à faire avec Ti Sweety en famille:

  • Visitez Bridgetow, et marchez là où Ti Sweety a fait le marché et a fait un tour de voiture.
  • Repérez La Barbade sur une carte et colorez le drapeau barbadien.
  • Comme Ti Sweety, utilisez des étiquettes pour identifier les objets du quotidien à la maison. C’est facile et amusant à faire, et cela encouragera vos enfants à lire et à se rappeler des mots en anglais !
  • Encouragez votre enfant à utiliser de jolies couleurs pour colorier le carnet de coloriage des images de l’histoire à la fin de l’album.
  • Complétez avec votre enfant les mots à trous dans la section jeux de l’album. Vous pouvez également inventer de nouveaux mots à trous sur les îles des caraïbes.
  • Utilisez la liste des pays anglophones et identifiez-les sur une carte. Faites la même chose pour les pays anglophones. Et, pourquoi pas, utilisez une couleur différente pour chaque langue afin de créer une carte linguistique visuelle !
  • Cuisinez le gâteau barbadien au maïs, raisins secs et cerises locales comme le fait la grand-mère de Ti Coco dans l’histoire.
  • Téléchargez en ligne le fichier audio d’accompagnement pour faciliter l’apprentissage des passages en anglais.

Édit du 17 janvier 2019: Ti Sweety à la barbade est maintenant disponible chez Renaud-Bray !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Audrey Jason & Tony VivienBouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9781387347957
Lectorat cible: 3 à 10 ans

Audrey Jason est une auteure guadeloupéenne.

audrey jason ti sweety

Tony Vivien est un illustrateur guadeloupéen. 

tony-vivien.png

Je remercie l’auteure Audrey Jason de m’avoir offert ce livre.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

École de Tibi

école de tibiAujourd’hui, c’est la première fois que Tibi va à l’école. Il faut faire des kilomètres à pied, mais le petit garçon est heureux, avec son beau cahier tout neuf et son style quatre couleurs. Il va apprendre des tas de choses… Même des choses auxquelles il ne s’attend pas…

Ce roman s’adresse aux bons lecteurs. Il y a environ une quarantaine de mots par page, mais aucun chapitre et de très courtes phrases. Tibi a très, très hâte d’aller à l’école. Son grand frère, lui, redoute un peu plus la rentrée scolaire. L’histoire se déroule au Sénégal et Tibi vit dans une case. Sa mère est allée à l’école jusqu’à l’âge de 9 ans car ses parents trouvaient qu’il n’était pas utile qu’une fille aille à l’école. Son père vit en France où il construit des autoroutes. Plus tard, Tibi veut devenir joueur de soccer professionnel. À l’école, il fait preuve d’une grande générosité en partageant des feuilles de son cahier avec les élèves qui n’ont pas de matériel scolaire. C’est le début d’un apprentissage nouveau. Un petit roman bien écrit avec une intrigue intéressante, mais dont la représentation des personnages noirs est tout de même assez stéréotypée. Peut plaire.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Zidrou & Frédéric Rébéna
Maison d’édition: Nathan Bouton acheter petit
Année de publication: 2013
ISBN: 9782092546949
Public cible: 7 ans et plus
Vous aimerez peut-être: Tibili, le petit garçon qui ne voulait pas aller à l’école. Ou encore, pour en apprendre plus sur le Sénégal, essayez Voyage au Sénégal.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

3 contes d’Afrique

les-classiques-du-pere-castor-3-contes-d-afriqueCe livre comprend 3 histoires précédemment publiées par le Père Castor chez Flammarion. L’oiseau de pluie raconte l’histoire d’un petit garçon qui décide de domestiquer un bel oiseau car il trouve son chant magnifique. Il décide de le mettre en cage afin de pouvoir écouter son chant tout le temps, près de lui. Seulement, une fois enfermé, l’oiseau malheureux ne chante plus… La morale véhiculée est sage, magnifiquement illustrée par le récit.

Une histoire de singe raconte comment le plus petit d’un groupe est parfois le plus futé et qu’il suffit de lui laisser une chance pour qu’il puisse prouver ses capacités. Je n’évalue pas les livres n’ayant que des animaux pour personages sur ce blog, mais comme cette histoire faisait partie d’un tout plus grand comprennant des personnages humains, je l’ai lu avec beaucoup de plaisir. Les enfants aimeront aussi cette histoire et ce petit singe auquel il pourront s’identifier.

J’ai déjà donné mon avis sur Épaminondas que je ne lirai pas à un enfant car il ne sera pas en mesure de comprendre le dvRngPPA6CLDFi4EgfiGgHd4HyQcontexte de publication de ce conte et la portée qu’il a eu (et continue d’avoir) sur les relations raciales en occident. Pour un adulte, au contraire, Épaminondas est un conte intéressant, surtout si on étudie (académiquement ou personnellement) l’Histoire ou à la Sociologie. Car en effet, on pourrait en faire une thèse…

Niveau format, je félicite Flammarion qui a fait de ce recueil de contes un produit de qualité, agréable à lire, à la couverture rigide, au papier glacé. Préface de Françoise Rachmuhl et Géraldine Faes. Biographie des auteurs en fin de livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Monique Bermond, May d’Alençon et Odile Weulersse (textes), ainsi que Kersti Chaplet (illustrations).
Maison d’édition: Flammarion
Année de publication: 2002
ISBN: 2081614065
Public cible: À partir de 5 ans

Pour plus de suggestions lecture pour vos tout-petits, suivez-moi sur Facebook!

À l’eau Mariétou!

eau mariétouYoupi ! Lundi, Mariétou va avec sa classe à la mer pour apprendre à nager. Elle parvient à convaincre son père de lui acheter le maillot de championne olympique de ses rêves, dans la boutique de Mama Bikini. Pourtant, une fois sur la plage, Mariétou est impressionnée : la mer est immense, les vagues sont grosses et font du bruit… Celle qu’on surnomme dans son quartier de Douala « Kissaitounapeurderien » aurait-elle peur de se jeter à l »eau?

Mariétou est une fille espiègle qui, c’est bien connu, n’a peur de rien. Elle avait si hâte d’aller à la plage se baigner, mais une fois là-bas, prend peur. Il est rare de voir un livre sur la vie du quotidien n’ayant que des personnages noirs. J’ai lu ce livre à une enfant de presque 6 ans. Elle a aimé les longues tresses d’un personnage figurant et les billes dans ses cheveux. Elle a dit qu’elle voulait avoir des cheveux comme ça! Elle s’est aussi intéressée à la sirène, elle ne savait pas que les sirènes pouvaient être méchantes. Dans l’histoire, Mamiwater, la sirène, chante pour entraîner au fond de l’eau les enfants qui s’éloignent trop de la rive. Nous avons quand même nuancé le propos en disant que certaines sirènes sont gentilles, comme Arielle (parce que Disney, on ne s’en sort pas…!). Le texte est très bien, même si j’ai dû changer quelques mots pour l’adapter au contexte québécois (par exemple, je lisais « éducateur » plutôt que « maître » pour faire référence au professeur d’école). Un excellent livre pour faire passer quelques règles de sécurité dans l’eau aux enfants. Nous avons « lu » le livre plusieurs fois, moi avec les mots de l’auteur et elle avec ses propres mots, en inventant une nouvelle histoire en se basant sur les images. Le format horizontal à l’italienne m’a plu. Très bien, ce livre!

En savoir plus sur l’auteure camerounaise, Marie-Félicité Ébokéa

marie-felicite-ebokea

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Félicité Ébokéa & Clémentine Sourdais
Maison d’édition: Éditions du Sorbier
Année de publication: 2010
ISBN: 9782732039718
Public cible: 4 à 7 ans

Vous aimerez peut-être: Dans L’amie, une petite fille s’aventure trop loin dans l’eau lors d’une journée à la plage. Dans Sirènes du monde, on découvre plusieurs histoires sur les sirènes.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!