Tu ne manqueras jamais d’amour

tu ne manqueras jamais d'amourTu peux manquer de biscuits, tu peux manquer de lait, tu peux manquer de bas, tu peux manquer d’argent, d’idées et d’énergie… Mais tu ne manqueras jamais, au grand jamais, d’amour. On ne peut pas le mesurer dans un récipient. Il est impossible de l’épuiser complètement. L’amour n’est pas un jeu, on ne compte pas les points. On a beau en donner, il en reste toujours plein.

Voilà le genre de livre qu’il faut lire plusieurs fois pour en saisir toutes les subtilités. Les phrases, succinctes, soutiennent des illustrations abondantes d’éléments narratifs complétant le récit. Deux récits sont racontés en parallèles : celui d’une fille au teint foncé, de sa petite sœur encore en couches et de leur chat noir et brun, ainsi que celui d’un garçon roux, de son chien-saucisse et de son lapin. J’aime particulièrement exploiter ce genre d’album avec les grands lecteurs de troisième ou quatrième année, ou encore avec les lecteurs récalcitrants. Car oui, l’album n’est pas réservé à la petite enfance ! N’hésitez pas à en lire avec vos enfants d’âge scolaire. Le récit est tendre, les illustrations sont touchantes, parfois drôles. Un très, très bel album que je recommande vivement !

tu ne manqueras jamais d'amour 2

* L’auteure Helen Docherty est récipiendaire de plusieurs prix littéraires pour la jeunesse.

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Helen Docherty & Ali Pye
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9781443165334
Public cible: À partir de 4 ans
Vous aimerez peut-être: Je suis fou de Vava, un livre d’images à lire dès l’âge de 5 ans.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

J’en ai assez de la 1re année !

PaJ'en ai assez de la première année .jpgrfois, le changement est difficile, mais il peut aussi avoir du bon. Stella adore être dans la classe de Mme Cartier. Elle s’inquiète quand elle apprend le départ de son enseignante. Elle craint que la personne qui la remplacera ne sache pas comment s’y prendre. Stella décide d’écrire une lettre au directeur pour lui faire part de ses inquiétudes. Elle menace d’abonner l’école si ses exigences ne sont pas satisfaites. Une histoire touchante sur la relation privilégiée entre les enseignants et leurs élèves.

Les illustrations de Tom Goldsmith, faites au pinceau avec de l’encre et de l’aquarelle selon la technique du lavis, sont douces et colorées. Ses illustrations laissent suffisamment de place au texte sans briser l’équilibre entre les deux; chaque page se lit aisément et se regarde comme un tout.

Stella est le personnage principal du récit. Débrouillarde et obéissante, mais de nature inquiète, elle n’hésite pas à se confier à ses parents sur sa crainte de voir son enseignante quitter pour le reste de l’année scolaire. Ceux-ci ont une bonne écoute et tentent de la rassurer. La famille de cet album ressemble à n’importe quelle famille occidentale: ils mangent des repas équilibrés en famille, ont un chien de compagnie et affichent les dessins de leur enfant sur le réfrigérateur. Les auteurs nous donnent également beaucoup d’information sur Stella, se qui la rend encore plus réelle, comme si elle était une petite fille comme une autre que l’on pourrait rencontrer dans la cours d’école, à la bibliothèque ou au centre commercial. Elle aime dessiner (surtout des chats) et faire de la peinture, apprécie les bonnes blagues (-Toc toc toc. – Qui est là? – Jean. – Jean qui ? – J’en ai marre des devoirs ! 🙂 ), a encore un peu de difficulté à attacher ses lacets et aime lire des livres avec beaucoup d’images. Au fond, Stella est une fille noire et cela ne change absolument rien à l’histoire. Une représentation comme je les aime. Fortement recommandé !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nancy Wilcox Richards & Tom Goldsmith
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9781443139205
Public cible: 6-7 ans
Vous aimerez peut-être: Marilou casse-cou, aussi publié chez Scholastic.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Quelle tête !

quelle tête robert munschAshley adore ses beaux cheveux, mais il faut une ÉTERNITÉ pour les tresser. Peut-être que sa grand-mère pourra l’aider…

Vous le savez, j’adore Robert Munsch. Ses histoires sont inventives, originales, drôles, tordantes, superbement illustrées et un plaisir à lire et à relire. Il offre toujours une représentation positive de personnes racisées et ça me plait. Je vous le dit, l’un de mes objectifs de vie est d’avoir la totalité des albums de Robert Munsch !! 🙂 Dans Quelle tête!, on découvre l’histoire d’une petite fille noire, Ashley, qui, comme bien des petites filles noires dans la vraie vie, doit tresser ses cheveux pour les garder beaux et en santé, contrairement aux petites filles blanches, autochtones ou asiatiques qui peuvent sans trop de problèmes laisser leurs cheveux détachés 24h sur 24h. Il faut savoir que les cheveux dans la communauté noire, c’est politique, c’est communautaire, c’est identitaire, c’est historique, c’est social. Bref, c’est sacré. Et même si j’adore Robert Munsch, je me suis dit en voyant ce livre écrit par un homme blanc de classe moyenne « Isshhhh… J’espère que ce sera une représentation correcte et qu’il ne sera pas à côté de la track. » Eh bien non. Robert Munsch a encore réussi à nous offrir un album fantastique avec des péripéties loufoques et une finale savoureuse. YAY !!!

Au début de l’histoire, Ashley a les cheveux pleins de nœuds, si bien qu’un oiseau y a fait son nid ! C’est le moment de démêler tout ça et de se « tresser la tête » comme on dit chez moi. Deux heures plus tard, la voilà toute jolie, des billes blanches au bout de ses tresses et le sourire jusqu’aux oreilles. Mais Ashley n’est pas contente de devoir passer autant de temps entre les genoux de sa mère pour se faire coiffer. Avec la complicité de sa grand-mère, elle entreprend de tresser les cheveux de la mère d’Ashley ! Trois heures plus tard, la maman d’Ashley est aussi toute jolie avec des tresses. Mais la maman d’Ashley est mécontente que cela ait pris autant de temps (3 heures!). C’est le tour de… la maîtresse d’école qui passait par là ! Elle aussi se fera tresser les cheveux (cela prendra 6 heures) ! Et vous savez quoi ? Même le chat de compagnie d’Ashley décide de tresser les poils du chien de la famille. Le chat est HI-LA-RANT, caché à toutes les pages, en trait d’élaborer son plan machiavélique comme seuls les chats savent le faire. Bref, vous l’aurez compris, on est dans du Robert Munsch classique et on adore !!! Il parvient à dédramatiser une routine bien familière aux familles noires: le soin des cheveux crépus. Un tour de force.

Ai-je besoin de mentionner que vous devez absolument vous procurer ce livre pour votre bibliothèque personnelle ? Cliquez vite sur le bouton acheter ci-dessous et il vous sera envoyé par la poste. 😉

quelle tête robert munsch 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Robert Munsch
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9781443157407
Public cible: 4 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Du même auteur canadien, il y a l’excellent La magicienne ou le fantastique Maquillage à gogo ! 🙂

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Oh ! si j’avais un dinosaure

oh si j'avais un dinosaureUne petite fille ne se contente plus de son chat. Elle rêve d’un dinosaure qui la porterait à l’école, dormirait avec elle à la sieste, ou même ferait, pour rire, peur à son papa. Elle s’imagine ainsi les tours qu’elle lui apprendrait, les sons qu’il ferait, la nourriture qu’il mangerait, de même que la réaction que ses copains, ses professeurs et ses parents auraient en le voyant. Elle termine la présentation de son compagnon idéal en confirmant qu’à son avis, les dinosaures sont les meilleurs animaux de compagnie.

Pour commencer, la couverture aux couleurs jaune et verte est extrêmement attrayante. Cela donne le goût d’ouvrir le livre ! Ensuite, la peau du dinosaure en relief sur la page de couverture. Puis, le titre, formulé comme un souhait: « Oh, si seulement j’avais un… un dinosaure??!! » En animation à la bibliothèque, avant même de commencer la lecture de l’album, déjà les enfants s’exclament: « Ça ne se peut pas ! », « Les dinosaures n’existent pas! », « Mais si, mais seulement dans les musées ! » « Mais non, ils sont dans la terre, il faut creuse longtemps pour les trouver! », « Moi, j’aimerais pas avoir un dinosaure, c’est trop gros. En plus, ça fait peur… », « Moi, j’ai même pas peur ! J’ai déjà lu des livres de dinosaures à ma garderie ! », « Pourquoi la fille, elle a un chapeau? », « Moi, j’ai mangé des céréales en formes de dinosaure ce matin, avec un peu de lait, mais j’aime pas le lait, mais ma maman me dit que c’est bon pour les os, même si j’ai pas besoin d’os, juste des muscles pour pouvoir courir plus vite et aussi… »

Vous voyez le genre. Les enfants ont beaucoup de conversation. Mais j’apprécie ces moments passés à faire des hypothèses sur ce que pourrait bien raconter un livre. Ça créé un suspense !

Avant de débuter l’histoire, les auteurs nous indiquent que les titanosaures sont les plus grands animaux connus ayant vécu sur Terre. Pour bien mesurer leur poids et leur taille, on les compare à quatre bus londoniens et à dix éléphants africains. Certains mots dans le texte sont remplacés par des illustrations, ce qui rend la lecture à deux vraiment dynamique. Cet histoire m’a totalement charmée. Idéale pour développer l’imagination des enfants, pour s’émerveiller et pour rire. J’adore la raconter à un groupe dans le cadre de mon travail. Vraiment, vraiment excellent ! Lisez-le vite !

oh si j'avais un dinosaure 2

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Gabby Dawnay & Alex Barrow
Maison d’édition: Actes sud junior Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782330073893
Public cible: 3 à 6 ans

Vous aimerez peut-être: Si vous recherchez les histoires du quotidien avec des dinosaures, je vous conseille l’excellent livre Un dinosaure à souper.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Peter le chat debout

Peter le chat deboutUn matin, Phil trouve une boîte sur le pas de sa porte. Intrigué, il s’empresse de l’ouvrir. Aussitôt, le chat noir et blanc qui est à l’intérieur se dresse sur ses pattes arrière. Phil est étonné, mais ce chat debout lui réserve bien d’autres surprises. À la fois maladroit et rempli de prouesses, Peter saura faire rire et charmer les gens qui, d’ordinaire, ne supportent pas les chats !

Le voisin, un garçon noir, sonne à la porte du personnage principal pour l’inviter à jouer. Les deux garçons rencontrent alors un chat curieux qui se tient sur deux pattes. Nadine Robert nous offre avec ce livre jeunesse un texte drôle, répétitif où chaque mot compte, et aux péripéties inattendues que les tout-petits adoreront ! Peter, ce chat debout, nous rappelle qu’il ne faut pas se laisser influencer par les stéréotypes et qu’il faut être libre d’être simplement soi-même. Dans la tête d’un enfant (et des adultes aussi!), un chat, ça se tient à quatre pattes. Eh bien, pas Peter. Et il est un chat ! Ce livre est aussi approprié aux enfants qui commencent à lire (6-8 ans). Plaisir garanti !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nadine Robert & Jean Jullien Bouton acheter petit
Maison d’édition: Comme des géants
Année de publication: 2017
ISBN: 9782924332320
Public cible: 3 à 8 ans
Vous aimerez peut-être: À la recherche d’un autre livre humoristique pour les enfant de 3 à 5 ans ? Essayez Le machin. Vous aimez les livres de chats? Vous devez absolument lire Aubergine et Perdido !

peter le chat debout 2

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Antoinette

AntoinetteAntoinette a trois frères bouledogues, Rocky, Ricky et Bruno. Elle n’est ni la plus rapide, ni la plus intelligente, ni la plus forte. Sa maman lui dit qu’elle a forcément quelque chose d’extra particulier, mais en fait, Antoinette ne sait pas trop ce que c’est. Jusqu’au jour où…

Ce sont des chiens qui occupent la place centrale du récit. Les personnages humains, lorsque représentés, sont surtout non-blancs. Les enfants n’auront tout de fois aucune difficulté à se projeter dans la peau des chiots de l’histoire. La morale du récit informe le lecteur que tout un chacun a une qualité ou un talent particulier qui lui est propre. Certains sont intelligents, courageux, persévérants, alors que d’autres sont comiques, patients ou généreux. Les illustrations, véritable travail d’artiste, utilisent des techniques mixtes tels que le collage, la peinture ou estampe. Il existe dans cet album un équilibre parfait entre le texte et les illustrations, faisant de ce livre un petit bijou de littérature, idéal pour une heure du conte auprès des 4 à 8 ans.

* Gagnant du choix des parents 2017 de la maison d’édition Simon et Schuster.

Coup de cœur !

Christian Robinson est un illustrateur américain.

christian robinson

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kelly Dipucchio & Christian Robinson
Maison d’édition: Hélium Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782330075156
Public cible: À partir de 4 ans
Vous aimerez peut-être: Du même illustrateur, il y a Josephine.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Cassandra prend son envol

cassandra prend son envolCassandra a un don. Elle peut communiquer par la pensée avec les animaux, c’est la communication intuitive. Alors que sa mère est sur le point de se remarier et qu’elle ne s’entend pas vraiment avec sa future demi-sœur Juliette, Cassandra apprend que sa meilleure amie Sophie, va partir vivre en Angleterre, nouvelle qu’elle supporte mal, se sentant abandonnée. Elle décide en parallèle de ses problèmes personnels, de mettre son don à profit, accompagnée par sa chienne Miss Dolly, en aidant Dimitri, un petit garçon de 5 ans à retrouver son chat disparu.

Cette bande dessinée du quotidien raconte une histoire intéressante et originale, mais ponctuée de coupures maladroites au niveau du récit. Les scènes changent un beau milieu d’une page sans indication aucune. Le texte est bien écrit et les illustrations douces aux couleurs pastel s’harmonisent bien aux personnages joufflus à la bouille sympathique. Par contre, le manque de dialogue m’a un peu ennuyé. En effet, on aurait dit que Cassandra parle tout seule car il y a rarement un interlocuteur avec elle. J’ai trouvé ça un peu étrange.

Le personnage principal, Cassandra, est noire ou métisse et sa mère est blanche. On ne connaît pas son père et on ignore si elle est adoptée. Il faudra lire le deuxième tome pour en savoir plus. J’ai adoré le fait que Cassandra soit une adolescente ordinaire de 14 ans ayant la capacité de parler aux animaux. Elle ne fait pas pitié, n’est pas exotique ou une bête curieuse, comme c’est souvent le cas lorsqu’il y a la présence d’un personnage noir en littérature jeunesse. Cassandra a une vie de famille à laquelle bien des lecteurs pourront s’identifier. Elle prend confiance en elle tout au long du récit et gagne en maturité. J’ai hâte de découvrir la suite de ses aventures !

À la fin du livre, on retrouvera le « carnet secret de Miss Dolly », incluant un recette de biscuits pour chiens, un journal intime et de l’information sur comment décypter le comportement de son chien de compagnie. Sympathique !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Hélène Canac & Isabelle Bottier.
Maison d’édition: Miss Jungle Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782822221337
Public cible: 11 ans et plus
Vous aimerez peut-être: Félice et le flamboyant bleu, une bande dessinée dont le personnage principal est noir.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook