0

Kalita

kalitaUn jour, Hatiam s’enfonce dans la forêt. Soudain surgit une horrible vieille, puis apparaît une jeune fille aux yeux brillants comme des étoiles. La sorcière accepte que sa fille parte avec Hatiam, à une condition : Kalita ne devra plus jamais revoir sa famille. Mais pourquoi Hatiam se réveille-t-il avec trois plumes posées sur lui?

Le musée Dapper (Paris) nous offre ici un superbe livre jeunesse où planent le mystère et l’étrange. Ce récit, magnifiquement écrit et illustré, nous entraîne dans un pays africain, unique et pluriel à la fois, et nous fait découvrir certaines des us et coutumes du continent. Une fable fantastique, étrange et envoûtante qui traite de sorcellerie, d’amulettes, de pouvoirs et de croyances africaines et créoles. À lire.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Christiane Falgayrettes-Leveau & Philippe Davaine
Maison d’édition: Éditions Dapper
Année de publication: 2005
ISBN: 2915258163
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-êtreLe Grand Départ de Flanagan, un livre d’images pour les grands lecteurs.

Née en Guyane française, l’auteure Christiane Falgayrettes-Leveau est aussi à la direction du Musée Dapper depuis plusieurs années.

christiane falgayrettes-leveau

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

0

Lulu la très chic

lulu tres chicFais la connaissance de Lulu. Elle ADORE réaliser des métamorphoses en 10 minutes avec ses meilleurs amies, faire des listes et lire des magazines de potins sur les vedettes. Lulu participe à un concours. Voici sa liste :

  • – Essayer une nouvelle coiffure avec des tresses
  • – Préparer mon costume et mon maquillage
  • – M’énerver!!!

« Le club des filles du chemin du lotus : le club le plus amusant au monde! »

Quand j’étais enfant, il n’y en existait pas beaucoup (pour ne pas dire pas du tout) de livres dont les pages sont lignées tel un carnet, avec du texte dans une illustration d’écran de cellulaire, des messages textes, des notes dans la marge, des icônes et toutes sortes d’éléments qui rappellent le scrapbooking. Aujourd’hui, ce genre de livres pour enfants envahit les librairies. Je ne suis pas puriste; au contraire, j’aime bien! Je trouve que l’exercice se prête bien à la littérature jeunesse, surtout pour les romans de type « journaux intimes », ou les histoires narrées à la première personne. Cela rend la lecture encore plus personnelle: on dirait qu’il s’agit vraiment de Lulu qui a noirci les pages du livre elle-même. J’en profite pour mentionner l’excellente conception graphique d’Angela Jun pour Lulu la très chic. 88 pages de bonheur qui plairont aux enfants qui aiment le maquillage, la mode, la coiffure et la beauté des choses en général. Plus ça brille, mieux c’est. Sortons les paillettes!!

lulu tres chic 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kyla May
Maison d’éditionScholastic Canada
Année de publication: 2015
ISBN: 9781443145336
Public cible: 8 à 12 ans

Vous aimerez peut-être: Princesse Rosa et le mystère de la baleine, un roman à lire dès l’âge de 7 ans.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

0

Gabriel et Gabriel

gabriel gabrielGabriel a onze ans. Gabriel prend l’avion pour la première fois. Gabriel va au Brésil, passer des vacances chez sa marraine. Une fois arrivé, Gabriel rencontre Gabriel. Un garçon qui porte le même prénom, mais que tout différencie de lui : la couleur de sa peau, sa vie dans une famille modeste, sa familiarité avec les animaux et la nature. Cet été sera celui de leur rencontre, de leur amitié, et de la magie qui en naît… pour de vrai !

Mon avis

J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque dans le seul but de le lire et l’analyser pour ce blog qui recense les livres jeunesse ayant des personnages noirs ou métissés d’origine caribéenne ou africaine. Toutefois, je me suis laissée prendre par la beauté de l’écriture de Pauline Alphen. Les tournures de phrases sont jolies, les mots sont recherchés, l’intrigue est bien ficelée. Chaque phrase est si belle qu’on a le goût de les relire deux fois. Tout ça, jumelé aux courts chapitres, font en sorte qu’on ne peut s’arrêter de lire.

Maman a téléphoné, je lui ai dit que c’était pas juste, que je ne voulais pas qu’on m’appelle França. Je suis presque moitié-moitié comme elle, non? Elle a rigolé et a dit de ne pas m’inquiéter, qu’il y a des moitiés qui sont plus moitiés que d’autres, et des quarts qui valent des tout entiers.

L’histoire est aussi bien intéressante: Deux garçons au même prénom, l’un français d’origine brésilienne (« Gabriel-França »), l’autre brésilien (« Gabriel-Brasil »), l’un blanc, l’autre noir, et leur rencontre, inoubliable. Gabriel França tient un journal intime que l’on découvre ponctuellement dans le texte. Il est facile de s’identifier à eux deux. Gabriel França a entendu le brésilien toute sa vie, mais ne peut le parler. Gabriel Brasil est futé, vif, parfois jaloux. Leur amitié se dévoile de page en page, même si on sait que Gabriel França devra repartir en France un jour. black blonde hair

Enfin, le texte donne à voir une négritude différente de celle régulièrement présenté en littérature jeunesse: Un Noir aux cheveux naturellement blonds, c’est quand même moins commun qu’un Noi aux cheveux naturellement noirs. L’auteure ne tait d’ailleurs pas la mixité du peuple brésilien, qu’elle célèbre au contraire par cette rencontre entre ces deux garçons, ces deux Brésils, différents, formant l’identité plurielle du pays.

Plusieurs mots portugais dans le texte et présence d’un lexique en fin de livre pour les définitions et traduction françaises. Très belles illustrations en noir et blanc. Un très beau récit ponctué de poésie, à découvrir très vite. J’ai adoré.

Coup de <3!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Pauline Alphen
Maison d’édition: Hachette Romans
Année de publication: 2014
ISBN: 9782012044401
Public cible: À partir de 8 ans

Vous aimerez peut-être: Freedom summer, une histoire sur l’amitié entre un garçon blanc et un garçon noir au sud des États-Unis de 1964. Ou encore: L’enfant, le jaguar et le feu, un conte brésilien.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

0

Peau noire peau blanche

peau noire blancheLe père d’Issam est noir et vient du Sénégal. Il est grutier et travaille sur les chantiers. Sa mère est blanche et française. Elle travaille à la maison. Issam, c’est le petit dernier. De chantier en chantier, on déménage souvent dans la famille. Être nouveau et black à l’école, ce n’est pas toujours facile et ça le rend triste, Issam. Sa maman n’a pas les réponses à toutes les questions mais ils aiment bien jouer ensemble à « pourquoi? parce que… parce que quoi? parce que que »… Parce que ça finit toujours par des rires ou des câlins. Quand toute la famille rentre au Sénégal, c’est souvent la mère qui est triste. Trop blanche là-bas, la maman d’Issam. Alors, quand elle demande pourquoi elle se sent étrangère, Issam est content de la consoler en lui disant : « parce que »…

L’histoire, racontée au « je » par Issam, est intéressante: un petit garçon Sénégalais trop noir pour la France, pour Paris, pour Marseille, et une maman française trop blanche pour le Sénégal. Issam est « tout noir » (p.1) et dans la cours de récré, on tente de lui voler son blouson, sa casquette, on ne veut pas jouer avec lui. Les autres enfants sont méchants à l’école, car ici, à Marseille, on « n’aime pas trop les beurs, ni les blacks. » Le Sénégal est présenté comme un terre salvatrice, où la famille pourra échapper aux discriminations vécues en France. Sauf qu’une fois arrivée là-bas, la maman pleure car les autres femmes la rejettent car elle est différente, blanche. Alors que le père trouve facilement du travail et qu’Issam peut enfin jouer librement, on réalise que d’autre difficultés les guettent.

Il y a beaucoup de non-dits dans cette histoire, ce qui est bien pour entamer une conversation sur les préjugés, les différences, l’injustice et le racisme. On s’attend d’un parent qu’il nous fournisse une réponse, surtout lorsqu’il s’agit de sujet délicats tels l’intimidation et le racisme, mais le petit jeu des pourquois entre la mère et le fils a quelque chose de rassurant pour chacun d’eux et renforce le lien qui les unit.

Colorées et naïves, les illustrations de Mireille Vautier pleines de couleurs primaires contrebalancent un récit assez dur sur le racisme. Même si place est laissée pour discutions, la morale du récit me semble un peu triste: notre monde est-il si clairement divisé en noir et blanc? N’existe-t-il pas de tons de gris? Ah! Déjà, voilà de quoi alimenter un débat avec des enfants d’âge scolaire. Un album jeunesse à explorer. Contexte français.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Yves Bichet & Mireille Vautier
Maison d’édition: Galimard Jeunesse
Année de publication: 2000
ISBN: 2070543358
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Même les mangues ont des papiers, un livre sur l’immigration.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

1

Sirènes du monde

sirènes du mondeDes sirènes, bon. Ok. Elles vivent dans les fonds marins. Ok. Mais encore? Les aventures des sirènes relatées dans ce livre m’ont semblées vides de contenu. Il faut dire que chacune des histoires, très courte, ne permet pas d’entrer dans les détails. Des filles belles, minces et maquillées, cherchant leur amour éternel ou à être délivrées d’un quelconque malheur. Les sirènes de ce livre viennent du Canada, des États-Unis, de l’Afrique, du Royaume-Uni, de l’Écosse, de l’Inde, de l’Italie, de la Roumanie, de la Russie, du Japon, de l’Australie, de l’Antarctique et de la Polynésie. Les pays (ou les continents) d’où elles proviennent n’ont pas vraiment d’incidence sur leurs aventures, si ce n’est que pour offrir un contexte météorologique différent et véhiculer quelques clichés au passage.

Au niveau de la présentation matérielle, je ne vois pas trop l’intérêt de faire de ce livre un tout-carton et non pas un roman aux pages ordinaires. Ce format laisse supposer que le livre s’adresse aux poupons alors que ce n’est pas du tout le cas. Chaque double page présente une sirène différente. Les illustrations sont réussies, mais le texte – Oh!, le texte! – est écrit si petit qu’il faut presque utiliser une loupe pour y déchiffrer les lettres, d’autant plus que le contraste des couleurs est assez faible. Les pages de gardes sont inexistantes. Bref, je n’ai pas du tout aimé. Niveau sirènes, je préférerais autre chose. Vous avez des suggestions à me faire?

Auteur(s) / illustrateur(s) : Sybile & Katell Goyer
Maison d’édition: Auzon
Année de publication: 2013
ISBN: 9782733823866
Public cible: 8-9 ans.

4_ Les sirènes du monde

Vous aimerez peut-être: Princesses d’Afrique, une antologie pleine d’histoires sur les princesses (je vous assure que le format et la présentation matérielle est beaucoup mieux!).

Psst, Mistikrak est aussi sur FACEBOOK!

0

2 amies pour la vie ! (1) Un mensonge gros comme ça !

deux amies vie mensonge grosCléo, une jeune fille du CM2 en banlieue parisienne (l’équivalent de la 5ème année au Québec et en Belgique), est bien embêtée par son devoir de français. En voici le sujet: « Décrivez en 15 lignes votre meilleur(e) ami(e). » Sauf que Cléo n’en a pas, de « meilleure amie »… Mensonge, rêve ou vérité? Cléo affirme à ses copines de classe que sa meilleure amie est une princesse. Elles la traitent de menteuse! Comme sortira-t-elle de ce mauvais pas?

L’histoire est classique: Une fille banale mais attachante avec ses soucis d’école. Deux chipies dans la cours de récré. De nouveaux voisins qui emménagent et le début d’une amitié avec la nouvelle qui, bien sûr, ira à la même école qu’elle. Un recette qu’on connait bien, mais qui fonctionne aussi très bien auprès des jeunes. Il sera intéressant toutefois de suivre les aventures des deux nouvelles amies dans de nouveaux titres de la série dont le premier tome met déjà les bases: Chloé Sy et sa famille semblent assez bien nantis, alors que la famille de Cléo beaucoup moins. Le père de Cléo n’est pas dans les parages et sa mère est gérante d’immeuble. La famille de Chloé est originaire de Dakar, au Sénégal. Le chien de Chloé semble jouer pas mal de tours pour pimenter la vie en appartement. Et les deux filles se voient déjà comme les deux meilleures amies du monde.

J’ai trouvé la représentation de la famille Sy positive et éloignée des clichés habituels. Le père se présente en veston cravate, la mère en habits mi-traditionels, mi-occidentaux. Ils sont souriants, sympas, polis et avenants. En attendant de lire la suite, je conseille ce petit roman pour les nouveaux lecteurs: 61 pages de bonheur pleines de couleur qui raviront les 8 à 10 ans. *Soupir* Pas facile d’être en CM2 / 5ème année ! 😉

Auteur(s) / illustrateur(s) : Anne-Marie Pol & Isabelle Maroger
Maison d’édition: Flammarion
Année de publication: 2015
ISBN: 9782081334083
Public cible: 8 à 10 ans
Vous aimerez peut-être: Dans le même genre, il y a Billie du Bayou: Le Banjo de Will, une histoire campée en Louisiane.

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!

0

Dipoula, l’albinos: La vie Gabonaise

dipoula albinosMbolo je suis Dipoula ! “Mbolo” chez moi ça veut dire bonjour. J’habite sur le continent africain au Gabon. Sauf que je suis né Blanc… enfin, je veux dire… Noir… Mais les gens ne me voient pas comme un africain, vu que je suis albinos… Bref c’est un peu compliqué mais avec les copains de l’orphelinat on se moque de la couleur de peau et du coup on s’éclate comme des fous ! Même si des fois c’est pas du goût de la mère supérieure…

Avec Dipoula l’Albinos, on est dans du une page = un gag, une série de sketchs humoristiques, une série de tranches de vie sur la vie gabonaise. Les gags sont faciles et prévisibles, mais plairont aux amateurs du genre. À découvrir!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Pahé, Sti, L. B Devaud
Maison d’édition: Paquet
Année de publication: 2012
ISBN: 9782888904427
Public cible: À partir de 8 ans
Vous aimerez peut-être: Si vous voulez rire et lire quelques planches de BD au passage, lisez Toussaint Louverture.

Pour d’autres suggestion de lectures, suivez-moi sur Facebook !

En savoir plus sur Pahé, dessinateur gabonais

pahé