Le costume de Malaika

Le costume de Malaika 2C’est le temps du carnaval. Le premier depuis le départ de la maman de Malaika pour le Canada. Celle-ci est partie dans l’espoir d’y trouver un bon emploi pour pourvoir aux besoins de sa famille. Elle avait promis qu’elle enverrait à Malaika de l’argent pour acheter un costume pour la fête, mais l’argent n’est pas arrivé. Malaika pourra-t-elle tout de même participer au défilé?

La mère de Malaika est au Canada pour y travailler. Malaika est un peu embêtée par cette situation et se demande pourquoi cela prend autant de temps pour recevoir de l’argent de sa mère car elle en a besoin pour faire son costume. Elle est aussi attristée de ne pas être près d’elle. Lorsqu’elle fait de la peine à sa grand-mère parce qu’elle a déchiré et n’a pas voulu porter le costume que cette dernière portait lorsqu’elle était petite, Malaika n’hésite pas à s’excuser. J’ai adoré le fait que ce soit Malaika qui nous raconte son histoire avec ses yeux d’enfant. Sa famille habite dans les Antilles, et l’illustratrice a fait un travail remarquable qui traduit bien la chaleur et les couleurs de cette région du globe. La négritude de Malaika est normalisée; non seulement parce qu’elle vit aux Antilles, mais aussi parce que son histoire ne tourne pas autour de la couleur de sa peau et elle n’est pas présentée comme étant « exotique ». C’est plutôt une histoire de famille, de célébrations et de séparation qui utilise un événement familiers aux Antillais: le carnaval. Les costumes des enfants sont magnifiques et font référence à des personnages typiquement antillais: Jab Molassie (personnage de mascarade et démon acrobate dont le nom vient des mots « diable » et « mélasse »), Moko Jumbie (échassier d’Afrique occidentale dont la taille était traditionnellement associée à la capacité de voir le diable), Pierrot (personnage de mascarade muni d’un pistolet ou d’un fouet, connu pour ses longs discours et joutes verbales). On retrouve dans le texte plusieurs autres éléments typiquement antillais également: le kaiso, le manioc, l’obeah, le rastafarisme et le soca. Bien qu’il puisse être lu à un enfant dès l’âge de 4 ans, je vous recommande d’exploiter ce livre auprès des enfants de 7 ans et plus et qui pourront lire l’histoire par eux-mêmes. J’ai vraiment adoré cet album que je vous recommande vivement !

Le costume de Malaika

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) : Nadia L. Hohn & Irene Luxbacher
Maison d’édition : Éditions Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication : 2017
ISBN : 9781443155861
Public cible : À partir de 7 ans

Vous aimerez peut-être : Kwela, Kwela Jamela !, un livre jeunesse qui aborde le thème de la couture mettant en scène une petit fille qui elle aussi fait des bêtises.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

Un mouton au pays des cochons

Un mouton au pays des cochonsUn mouton et son fils vivent au pays des cochons. Pas facile ! Pourquoi ? Parce que les moutons et les cochons ne s’aiment pas. Et pourtant…

Parler du vivre ensemble aux enfants, c’est possible avec Un mouton au pays des cochons. Le large format de l’album le rend aussi bien adapté à une lecture devant un groupe en bibliothèque ou en classe. D’ailleurs, les illustrations racontent à elles-seules une histoire. On y rencontre les habitants du pays des cochons, ce qu’ils font de leur journée, la manière dont ils vivent. Par exemple, le caractère d’Édouard, le gardien du square, est bien illustré par ses trois pages où on le voit regarder vers la rue, voir Martin le cochon tomber dans un trou, se retourner pour l’ignorer et ne pas lever le petit doigt pour l’aider. Ou encore cette truie qui a une conversation téléphonique mouvementée assise sur le banc d’un parc. Ou encore cette petite truie qui, le doigt dans le nez en entrant dans une boulangerie, est grondée par son père qui la surprend (elle lui tournera alors le dos pour continuer à se fouiller dans le nez !) Les enfants adoreront tous ces petits détails qui rendent ce livre si familier.

L’histoire nous est racontée du point de vue innocent et naïf du fils du mouton qui a beaucoup moins de mal que son père à se mêler à la société dans laquelle il est minoritaire. Lorsque son père aide son voisin Martin le cochon à se sortir d’une situation gênante, les deux ennemis commencent à discuter, parler autour d’une tasse de thé et finissent par se rendre compte qu’ils ont en fin de compte pas mal de choses en commun ! Ce sera le début d’une belle relation d’amitié entre les deux familles.

Pistes d’exploitation en milieu scolaire:

  • Où est la maman mouton ? Elle n’apparaît pas dans les photos de famille, mais il y a d’autres brebis dans au pays des cochons. Comment expliques-tu cela ?
  • Comment le cochon et le mouton ont-ils fini par bien s’entendre ? Et toi, que fais-tu pour te rapprocher des gens qui ne te ressemblent pas ?
  • Que remarques-tu dans le texte ? Y a-t-il des mots qui riment ?
  • L’illustrateur utilise beaucoup l’humour. Observe bien les images et trouves trois moments loufoques, drôles ou rigolos.
  • Trouve trois caractéristiques semblables entre les moutons et les cochons.
  • T’arrive-t-il d’avoir peur de ce que tu ne connais pas ? Que fais-tu pour dissiper cette peur ?
  • À ton avis, pourquoi les auteurs ont choisi de mettre en scène des moutons et des cochons plutôt que des personnes humaines ?
  • Alice Brière-Haquet et Pénélope Paicheler ont écrit et illustré d’autres livres. Retrouve-les à la bibliothèque de l’école ou la bibliothèque municipale !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Alice Brière-Haquet & Pénélope Paicheler
Maison d’édition: Éditions Amaterra Bouton acheter petit
Année de publication: 2007
ISBN: 9782732038926
Public cible: À partir de 7 ans
Vous aimerez peut-être: Vous êtes à la recherche d’albums parlant de la différence avec des personnes non humains ? Essayez donc À la ferme… Le mouton un peu différent.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Neïba Je-sais-tout : Un portable dans le cartable !

Neïba-Je-Sais-Tout Un portable dans le catableNeïba a une idée en tête : se procurer un téléphone portable pour se venger d’Alban Mortel, le garçon le plus agaçant de tout l’univers. À noter que Neïba n’a pas encore fait le tour du monde, mais comme elle n’a pas encore rencontré votre patron, partons du principe qu’elle a raison. Parviendra-t-elle à s’en procurer un ? Et puis : un téléphone, si jeune : est-ce vraiment bien opportun ?

J’ai beaucoup aimé ce roman ! L’histoire se déroule en contexte urbain, dans une ville comme bien d’autres, où il y a une école primaire comme bien d’autres et des enfants comme bien d’autres. Un récit du quotidien rassurant par sa capacité à peindre la vie de nos enfants racisés nés et élevés en occident.

Ah, le cellulaire ! Ma nièce de 8 ans déjà remarque que certains autres enfants en ont et demande pourquoi elle n’en a pas. L’auteure veut clairement passer un message ici par le biais de son personnage Neïba (un cellulaire à 9 ans, est-ce bien raisonnable ?), mais c’est amené avec douceur, ce qui ne rend pas le ton moralisateur. Le tout est léger et regorge d’humour.

Neïba a confiance en elle. Elle porte fièrement l’afro et lorsqu’un camarade de classe l’insulte en qualifiant ses cheveux d’horribles, elle le trouve idiot et doté de très mauvais goût (« Ils sont très beaux mes cheveux! » se dit-elle) (p. 21)

Vous avez remarqué comment les films pour enfants intègre de plus en plus de petits clin d’œil destinés aux adultes accompagnateurs ? Ces gags que les enfants ne comprennent pas, ces références qui les échappent, mais qui ne nuit en rien leur compréhension du film dans son ensemble. Et bien voilà un roman adressé aux enfants que les adultes peuvent lire avec intérêt et un sourire au coin des lèvres. Le cellulaire tant convoité est un I-Pomme ;), le nouveau cellulaire du papa de Neïba peut sentir le plat de ce soir et propose un choix de boissons pour l’accompagner (!), la maîtresse d’école qui lit du « Guillaume Museau » (en tant que bibliothécaire, j’admet avec éclaté de rire en lisant cela! Du Guillaume Musso, on me le demande 50 fois par jour dans le cadre de mon travail héhéhé). Un livre qui fait rire, ça fait du bien, non? Alors pourquoi ne pas lire ce livre en même temps que votre enfant ? Achetez-en deux et lisez ensemble ! Un enfant qui voit ses parents lire sera plus porté à adopter des habitudes de lecture. Et quoi de mieux que de lire le même lire et d’échanger dessus ensuite ?

Madina Guissé est une auteure française.

Madina Guissé 

Je remercie l’auteure Madina Guissé de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Madina Guissé
Maison d’édition: Publishroom Bouton acheter petit
Année de publication
: 2018
ISBN: 9791023608953
Public cible: 7 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Le premier tome de la série, Neïba-Je-Sais-Tout: Sais-tu garder un secret ?

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

C’est quoi… une étoile ?

C'est quoi une étoile usborne éditionsElles scintillent dans le ciel nocturne, mais une étoile, c’est quoi? Il est temps de s’y intéresser d’un peu plus près…

Dans ce petit livre carré tout en carton, un petit garçon noir se demande ce qu’est une étoile. Au début du livre, on l’aperçoit dans sa chambre, un livre sur les étoiles à la main. Un certificat de « l’étoile de la semaine » nous laisse supposer qu’il s’appelle Ben. À la page suivante, on voit Ben avec un homme qu’on devine être son papa et ceux-ci observent les étoiles avec l’aide d’un télescope. Ben est présent sur toutes les pages, toujours dans un contexte positif : ici en astronaute, là jouant dans le sable, ici pêchant en mer, là-bas pique-niquant avec ses amis. On ne connaît pas ses origines et c’est très bien ainsi; on voulait mettre en scène un personnage dans ce livre et on a décidé qu’il serait noir. Parce que les personnes noires existent aussi et s’intéressent aussi aux étoiles (oui, oui, je vous assure!)

Il y a plusieurs rabats à soulever dans le livre, dont certains dont on aurait pu se passer. Par exemple, il est écrit qu’une étoile est une « énorme boule de lumière… » et on soulève un rabat où est illustrée un hibou pour y lire « … très, très lointaine » accompagné du hibou qui s’envole. On comprend qu’on souhait probablement illustrer de manière ludique l’idée de la proximité, mais j’ai trouvé cela un peu boiteux. À contrario, d’autres rabats sont intéressants : dans un ciel étoilé, on soulève cinq rabats formant un pentagone pour y découvrir une énorme boule de gaz. Chaque rabat comporte un élément informatif : « Elle n’a pas du tout la forme d’une étoile! » ou encore « Elle est très, très chaude ».

À noter que certains rabats requièrent une dextérité assez fine pour être soulevés : même s’il est en carton, ce livre-jeux s’adresse aux enfants d’âge scolaire et non aux poupons. Voilà un livre documentaire pour s’initier aux sciences !

c'est quoi une étoile usborne éditions 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Katie Daynes & Marta Álvarez Miguéns
Maison d’édition: Éditions Usborne Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9781474944724
Public cible: À partir de 7 ans
Vous aimerez peut-être: Cache-cache au palais, un livre avec des rabats à soulever.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Abiola et la déesse des mers

LAbiola et la déesse des merses vacances scolaires battent leur plein. Nos trois amis Abiola, Francis et Hui Lin sont prêts à passer une journée inoubliable à la plage. Seulement, en proie à une peine familiale, Francis, boudeur, s’aventurera seul dans l’eau et… disparaîtra brusquement sans laisser de traces ! Où a-t-il pu passer ? Abiola et Hui Lin arriveront-elles à retrouver leur meilleur ami de toujours dans cet océan infini ?

Le livre débute avec une présentation du contexte géographique où on retrouve une carte de l’Afrique et du Bénin, un résumé de ce qui s’est passé dans le tome précédent, ainsi qu’une présentation des personnages. Abiola Osseni, espiègle, curieuse et gaffeuse, a 7 ans et demi et vit à Cotonou. Hui Lin, 8 ans, est une jeune fille intelligente, réservée et loyale de nationalité chinoise et béninoise. Francis, 8 ans, est un français fier, débrouillard et moqueur. On suit les trois amis lors d’une journée à la plage durant les vacances scolaires.

Abiola reçoit parfois des moqueries à l’école à cause de ses cheveux crépus en forme de nuage. Malgré tout, elle trouve les cheveux crépus magnifiques et n’hésite pas à complimenter une femme qui les porte fièrement. J’étais heureuse de retrouve la déesse des mers, Mamie Watta, dans un livre jeunesse adressé aux enfants autonomes en lecture. Ici, Mamie Watta a perdu son peigne duquel elle puisait ses pouvoirs. Abiola devra l’aider avec l’aide de ses amis !

Les chapitres très courts rendent la lecture agréable. Pour ne rien manquer, je conseille de lire les tomes précédents avant celui-ci. J’ai trouvé l’histoire un peu courte et incomplète; j’aurais voulu savoir tout de suite comment le peigne de Mamie Watta allait être retrouvé ! Malgré tout, ce livre plaira aux jeunes amateurs de fantastique.

À la fin du livre, il y a un dossier pour en apprendre davantage sur Mamie Watta.

Pistes pour une exploitation en classe

  • Identifie les personnages principaux de l’histoire.
  • Résume chacun des chapitres en une phrase.
  • Replace les événements de l’histoire dans le bon ordre.
  • Effectue une recherche à la bibliothèque ou sur internet sur la culture yoruba.

Iman Eyitayo est une auteure béninoise.

Iman Eyitayo

Mégane Cuvelier est une illustratrice réunionnaise.

Je remercie les éditions Plumes solidaires de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Iman Eyitayo et Mégane Cuvelier
Maison d’édition: Plumes solidaires Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9791096622153
Public cible: 7 ans et plus
Vous aimerez peut-être: Neïba-je-sais-tout, un livre jeunesse écrit par une auteure afrodescendante.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Neïba Je-sais-tout : Tu sais garder un secret ?

Neïba-Je-Sais-ToutNeïba est une petite fille de 9 ans drôle, curieuse et un peu mauvaise foi (mais c’est ce qui fait tout son charme). Le jour où elle apprend un secret sur son frère, Ibrahima, elle promet de ne pas le dévoiler, sans se douter des conséquences que cela pourrait avoir si elle le laissait filer…

Enfin un livre où le personnage principal est noir et où on ne parle à aucune moment du racisme, de l’esclavage ou de la pauvreté ! Neïba est une petite fille noire, mais cela ne change rien au récit. On ne raconte pas l’histoire d’une « fille noire », mais simplement l’histoire d’une « fille », une fille comme les autres, qui a des amis d’école, des voisins d’immeuble, un frère, deux parents présents. Une enfant comme les autres qui doit garder un secret, et comme pour bien des enfants, c’est difficile de garder un secret ! Dès les premières pages, la personnalité éclatée et attachante de Neïba charme. Elle s’adresse directement au lecteur comme un ami s’adresse à un autre. Parfois impertinente, mais toujours drôle, on s’amuse beaucoup à lire son histoire.

Malgré quelques coquilles, la plume de Madina Guissé est vivante, presque orale, et on se plait à lire ce roman plein d’humour. Les illustrations de Lyly blabla, lumineuses, m’ont beaucoup plu. On retrouve certains dialogues dans des phylactères et du texte en lettres attachées.

Bref, j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman. Madina Guissé est assurément une auteure à suivre ! Contexte français.

Madina Guissé est une auteure française.

Madina Guissé

Je remercie l’auteure Madina Guissé de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Madina Guissé
Maison d’édition: Publishroom Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9791023606102
Public cible: 7 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: Académie Grimm: Chaperon est perdue, un roman pour les enfants de 11 ans et plus.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

École de Tibi

école de tibiAujourd’hui, c’est la première fois que Tibi va à l’école. Il faut faire des kilomètres à pied, mais le petit garçon est heureux, avec son beau cahier tout neuf et son style quatre couleurs. Il va apprendre des tas de choses… Même des choses auxquelles il ne s’attend pas…

Ce roman s’adresse aux bons lecteurs. Il y a environ une quarantaine de mots par page, mais aucun chapitre et de très courtes phrases. Tibi a très, très hâte d’aller à l’école. Son grand frère, lui, redoute un peu plus la rentrée scolaire. L’histoire se déroule au Sénégal et Tibi vit dans une case. Sa mère est allée à l’école jusqu’à l’âge de 9 ans car ses parents trouvaient qu’il n’était pas utile qu’une fille aille à l’école. Son père vit en France où il construit des autoroutes. Plus tard, Tibi veut devenir joueur de soccer professionnel. À l’école, il fait preuve d’une grande générosité en partageant des feuilles de son cahier avec les élèves qui n’ont pas de matériel scolaire. C’est le début d’un apprentissage nouveau. Un petit roman bien écrit avec une intrigue intéressante, mais dont la représentation des personnages noirs est tout de même assez stéréotypée. Peut plaire.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Zidrou & Frédéric Rébéna
Maison d’édition: Nathan Bouton acheter petit
Année de publication: 2013
ISBN: 9782092546949
Public cible: 7 ans et plus
Vous aimerez peut-être: Tibili, le petit garçon qui ne voulait pas aller à l’école. Ou encore, pour en apprendre plus sur le Sénégal, essayez Voyage au Sénégal.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook