Les poupées

Qles poupées de luca bisaillonuand elle sera grande, Lucie voyagera. Elle dansera au son du tam-tam. Elle sera libre. Elle apprendra peut-être même à lire aux enfants ou soignera les malades, qui sait. Une chose est sûre : elle ne sera pas comme les adultes qu’elle connaît, ces gens prévisibles qui mettent les enfants dans des moules.

Les premières pages du livre ont su capter mon attention. On y découvre une petite fille blanche, Lucie, qui en sait déjà beaucoup sur les grands, par exemple qu’ils sont « extrêmement prévisibles. » Elle sait donc d’avance que sa tante Agathe lui offrira une poupée pour son anniversaire. Sauf que Lucie n’aime pas les poupées, pas plu qu’elle n’aime le rose et les robes. Lucie aime les livres, surtout ceux qui racontent des histoires de petites filles indépendantes et courageuses. Lucie aime aussi la géographie, l’aviation, les inventions, la science, marcher sous la pluie, grimper aux arbres, apprendre. En débutant ma lecture, je me suis dit « Ah, oui ! Un album féministe !  Allez, Lucie, détruis-moi les stéréotypes de genre! » Sauf que Les Poupées, ce n’est pas vraiment ça. Oui, Lucie n’est pas comme les autres filles, mais j’aurais tellement aimé que l’auteur creuse davantage ce sujet plutôt que de se perdre dans toutes les directions. Je m’explique. Lorsque la mère de Lucie lui dit « Mais toutes les petites filles aiment jouer à la poupée ! » et que Lucie s’étonne et répond « Je ne suis pas une petite fille alors ? » (p.8), sa mère est troublée et puis c’est tout. Lorsque Lucie explique que les « grands aiment les choses figées, et quand, par exemple, Lucie a besoin d’un nouveau vêtement ou d’une nouvelle paire de chaussures, samaman essaie toujours de l’influencer. « Tu ne préfères pas cette jolie robe avec des nœuds? », Lucie soupire et puis c’est tout. Lorsque Lucie tente de faire pousser des roses bleues car elle trouve qu’il n’y a pas assez de couleurs dans le jardin de sa mère, cette dernière dit: « Quelle drôle de petite fille j’ai là! » et puis c’est tout.

Ensuite, l’auteur brise le rythme du récit en racontant l’histoire d’une petite fille inventée, Kalina, qui vit en Afrique et qui n’a pas la chance d’avoir des poupées. 13 pages sur les 57 pages du livre lui sont consacrées, comme si c’était un livre à l’intérieur d’un autre. Kalina vit dans un village, sa maison est une case faire de terre séchée et de tiges de paille, elle va cherche de l’eau au puit, sa mère passe la majeure partie de sa journée à écraser des grains de mil pour faire de la farine, elle n’a pas de jouets car sa famille est trop pauvre pour lui en acheter et elle s’éclaire à la lumière d’une chandelle la nuit. Au final, Kalina confectionne elle-même une poupée avec de la paille, du coton, des feuilles de maïs et de la liane. Kalina aime beaucoup sa poupée et ne manifeste pas vraiment le désir d’en avoir une autre, plus occidentale. Toutefois, Lucie va quand même entreprendre d’envoyer toutes ses poupées à Kalina par la poste, sans succès.

les poupées 2

Je n’ai pas aimé ce livre à cause de son côté décousu, malgré la présence d’un texte de qualité, de propos intéressants et d’une mise en page dynamique. Dommage.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Françoise de Luca & Josée Bisaillon
Maison d’édition: Marchand de feuilles Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782923896700
Public cible: À partir de 7 ans.
Vous aimerez peut-être: Zékéyé fête Noël, un livre jeunesse.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

Tout un monde sous l’eau

SuTout un monde sous l'eaur l’eau je glisse, je me faufile à travers les nénuphars et les roseaux. Ma maman me fait découvrir le monde invisible des animaux qui vivent sous l’eau, les petits poissons et les écrevisses, les tortues et les grenouilles. Je suis émerveillé de découvrir ce monde mystérieux qui se cache, au fond de l’étang. Veux-tu me suivre à la découverte des animaux qui vivent sous l’eau ?

Le long format vertical de cet album se prête merveilleusement bien au propos; tantôt il évoque le niveau de l’eau, tantôt il montre en contre-plongée les profondeurs des mers. Ce va-et-vient entre la surface de l’étang et ce qui se passe sous l’eau donne place à des spectacles splendides, comme des castors qui plongent pour arracher de délicieuses racines, un héron qui chasse le poisson en plongeant soudainement sa tête sous l’eau, un pic qui picosse un pin s’élevant près de la berge, une loutre qui pêche des moules d’eau douce avec ses griffes, des têtard qui sont entrain de se transformer en grenouilles, ou encore une libellule fatiguée venue se poser sur le genou du garçon pour se reposer. Les deux personnages de l’histoire sont une mère et son fils, partis naviguer ensemble dans un petit canoë pour y découvrir ce qui vit sous l’étang. Le fait qu’ils soient noirs ne change rien à l’histoire. J’ai également aimé le fait que ce soit la mère qui accompagne son fils, déconstruisant du même coup de stéréotype que la science est une affaire d’hommes. Avec eux, on s’émerveille de la beauté de la nature, de l’équilibre de l’écosystème et on prend conscience de la nécessité de le respecter et de le protéger. Car la mère et son fils ne pêchent pas; ils rament et observent, sans déranger la nature.

À la fin de l’album, on retrouve une note de l’auteure qui nous explique ce que sont les étangs et les plants d’eau, ainsi que les animaux qui y habitent. elle nous parle d’écosystème, de producteurs (comme le planctons qui crée sa propre nourriture en utilisant la lumière du soleil, l’eau, le dioxyde de carbone et des nutriments), les herbivores (comme les poissons et les oiseaux), les carnivores (comme les hérons et les ratons laveurs), les décomposeurs (comme les bactéries et les champignons). Elle nous explique aussi comment les écosystèmes sont menacés par la pollution ou la détérioration de l’environnement, et nous présente en 5 pages documentaires chacun des animaux rencontrés dans l’histoire. Ce livre jeunesse est vraiment, vraiment excellent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kate Messner & Christopher Silas Neal
Maison d’édition: Gründ Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782324019524
Public cible:  7 à 12 ans.
Vous aimerez peut-être: Chez le même éditeur, il y a J’ai une petite sœur !.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

La journée catastrophe

moi-je-lis-en-ce1-la-journee-catastropheCe matin, le maître avertit les élèves : il va y avoir un exercice alerte-incendie, tout le monde devra se ranger rapidement. Mais lorsque l’alarme sonne, les choses ne se passent pas comme prévu. Les élèves ont bien du mal à respecter les consignes. Heureusement, grâce à un gâteau trop cuit, ils pourront s’améliorer !

Écrit par une enseignante, La journée catastrophe est un petit livre issu de la collection « Moi, je lis en CE1! » de la maison d’édition Auzou. Les phrases sont simples et les mots, faciles à lire et à comprendre. De format agréable, il contient de jolis rabats en début et fin de livre où on découvre les personnages de l’histoire. Samuel, un garçon noir champion en mathématiques, est le personnage principal. Il a eu peur de l’alarme de feu et redoute un deuxième exercice. À la fin de la journée, il fait preuve d’auto-dérision et plaisante sur la possibilité de réaliser un troisième exercice. Samuel évolue dans un milieu assez diversifié: même s’il est le seul noir, la moitié des enfants de sa classe sont non-blancs. On retrouve une section jeux à la fin du livre comprenant quatre questions de compréhension de lecture. Contexte français.

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) :  Clémence Masteau & Caroline Modeste
Maison d’édition : Auzou
Année de publication : 2018
ISBN : 9782733861066
Public cible : 7-8 ans

Vous aimerez peut-être : Chez le même éditeur, il y a Tous à l’eau !, pour les lecteurs débutants.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Bien fait pour le diable !

Bien fait pour le diableIl était une fois un homme qui portait un nom bizarre. On l’appelait El Bizarron. Le chapeau de paille vissé sur la tête, ce gars-là avait une carrure impressionnante et n’avait peur de rien ni de personne. Quand le diable lui-même lui proposa de travailler pour lui, en enfer, il accepta sans sourciller. Dans cette histoire, le plus effrayant n’est peut-être pas celui qu’on croit…

J’ai grandement apprécié la lecture et l’écoute de ce livre audio. J’y ai découvert la musique cubaine avec délectation. Étrangement, j’ai mieux aimé la narration de Bloch que dans La dernière colère de Sarabuga, de la même auteure. Le bruitage et la musique rend vivant le récit sur le CD d’accompagnement. Chaque plage du CD est indiquée en bas de page de l’album. On retrouve une carte de la région cubaine ainsi qu’un dossier très complet sur la musique de ce pays à la fin du livre, notamment afro-cubaine. À découvrir !

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Muriel Bloch & Bertran Bataille
Maison d’édition: Gallimard Jeunesse
Année de publication: 2007
ISBN: 9782070611355
Public cible: À partir de 7 ans
Vous aimerez peut-être: La dernière colère de Sarabuga, un livre audio aussi signé et raconté par Muriel Bloch.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Les mots d’Eunice

mots d'euniceEunice immigre au Canada avec son père et sa grand-mère. Sa mère ne peut pas les rejoindre tout de suite. Eunice va alors ressentir un tel manque qu’elle en perdra les mots. Incapable de parler. Blocage total. Jusqu’au jour où sa maman revient…

Le récit débute à l’été et se termine en hiver, tel que révélé très subtilement par les illustrations douces et naïves, presque inachevées qui colorent les pages jaunes de de cet album. Le récit oppressant nous submerge du désespoir d’Eunice, malheureuse d’être séparée de sa mère. Heureusement, l’histoire se termine sur une note d’espoir alors qu’un nouveau départ se dessine à l’horizon.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Gabriella Gendreau & Nahid Kazemi
Maison d’édition: Isatis Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782924769089
Public cible: 7 ans
Vous aimerez peut-être: À toi de lire, Sarie!, pour découvrir l’histoire d’une jeune sud-africaine qui a des difficultés de lecture.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Veux-tu être mon ami ?

Lveux-tu être mon ami molly potter’importance occupe une place importante dans nos vies et particulièrement dans celles des enfants. Elle leur apprend des compétences essentielles comme le partage, la négociation, l’empathie et la capacité de demander pardon dans les choses tournent mal. Ce livre est rempli de conseils pratiques qui aideront les jeunes à découvrir comme se faire des amis et comment gérer les difficultés relationnelles.

Ce livre est pensé pour être lu de manière autonome par l’enfant. On s’adresse directement à lui à la deuxième personne du singulier, la typographie est large, la table des matières est agrémentée de vignettes colorées et la mise en page est simplifiée. En douze sections informatives et abondamment illustrées (par exemple : qu’est-ce qu’un ami?, se faire des amis, de belles choses à dire, montrer à un ami que tu l’aimes, un moins bon ami, c’est quoi?, etc.), les enfants développeront leurs compétences sociables. Certains enfants ont de la difficulté à aller vers les autres. Ils ne savent pas quoi dire, comment se comporter, comme s’exprimer ou quoi faire pour s’intégrer à un groupe d’amis. Ce livre peut les aider à aller vers les autres, à se sentir capable et être aimé. Certaines sections comportent des indications simples et concises sur comment se montrer plus aimable et sociable, alors que d’autres invitent le lecteur à se questionner sur ses préférences personnelles (par exemple « Ton ami idéal serait-il plutôt du type ordonnée ou brouillon ? Bruyant et énergique ou calme et silencieux ? Qui aime les mêmes choses que toi ou qui a d’autres intérêts ?)

Plusieurs personnages de cet album à couverture souple sont racisés. En fait, il y a une grande diversité dans la manière dont ils sont illustrés, tant dans la couleur de la peau, la longueur et la texture des cheveux ou la corpulence. Certains ont des lunettes, d’autres sont en fauteuil roulant. Ainsi, chaque lecteur pourra se sentir représenté dans le livre d’une manière ou d’une autre.

Enfin, il est aussi possible de lire ce livre à deux, avec un adulte accompagnateur par exemple. Il peut être très pertinent de discuter avec votre enfant de ce qu’il ou elle a retenu à la suite de la lecture du livre. D’ailleurs, on trouve à la fin de l’album un petit guide à l’usage des parents où l’on explique pourquoi les amis sont importants, que faire quand une amitié enfantine tourne mal et que faire lorsque son enfant a besoin d’aide concernant une difficulté avec un ami. Je recommande fortement !

veux-tu être mon ami molly potter 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Molly Potter & Sarah Jennings
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9781443160049
Public cible: 7 à 10 ans.

Vous aimerez peut-être: Ne lâche pas !, un livre pour développer les compétences sociales des enfants.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Le costume de Malaika

Le costume de Malaika 2C’est le temps du carnaval. Le premier depuis le départ de la maman de Malaika pour le Canada. Celle-ci est partie dans l’espoir d’y trouver un bon emploi pour pourvoir aux besoins de sa famille. Elle avait promis qu’elle enverrait à Malaika de l’argent pour acheter un costume pour la fête, mais l’argent n’est pas arrivé. Malaika pourra-t-elle tout de même participer au défilé?

La mère de Malaika est au Canada pour y travailler. Malaika est un peu embêtée par cette situation et se demande pourquoi cela prend autant de temps pour recevoir de l’argent de sa mère car elle en a besoin pour faire son costume. Elle est aussi attristée de ne pas être près d’elle. Lorsqu’elle fait de la peine à sa grand-mère parce qu’elle a déchiré et n’a pas voulu porter le costume que cette dernière portait lorsqu’elle était petite, Malaika n’hésite pas à s’excuser. J’ai adoré le fait que ce soit Malaika qui nous raconte son histoire avec ses yeux d’enfant. Sa famille habite dans les Antilles, et l’illustratrice a fait un travail remarquable qui traduit bien la chaleur et les couleurs de cette région du globe. La négritude de Malaika est normalisée; non seulement parce qu’elle vit aux Antilles, mais aussi parce que son histoire ne tourne pas autour de la couleur de sa peau et elle n’est pas présentée comme étant « exotique ». C’est plutôt une histoire de famille, de célébrations et de séparation qui utilise un événement familiers aux Antillais: le carnaval.

Le costume de Malaika

Les costumes des enfants sont magnifiques et font référence à des personnages typiquement antillais: Jab Molassie (personnage de mascarade et démon acrobate dont le nom vient des mots « diable » et « mélasse »), Moko Jumbie (échassier d’Afrique occidentale dont la taille était traditionnellement associée à la capacité de voir le diable), Pierrot (personnage de mascarade muni d’un pistolet ou d’un fouet, connu pour ses longs discours et joutes verbales). On retrouve dans le texte plusieurs autres éléments typiquement antillais également: le kaiso, le manioc, l’obeah, le rastafarisme et le soca. Bien qu’il puisse être lu à un enfant dès l’âge de 4 ans, je vous recommande d’exploiter ce livre auprès des enfants de 7 ans et plus et qui pourront lire l’histoire par eux-mêmes. J’ai vraiment adoré cet album que je vous recommande vivement !

Nadia L. Hohn est une auteure canadienne. 

14492512_964216223724600_8612812729601854976_n(2)

Je remercie les éditions Scholastic de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / Illustrateur(s) : Nadia L. Hohn & Irene Luxbacher
Maison d’édition : Éditions Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication : 2017
ISBN : 9781443155861
Public cible : À partir de 7 ans

Vous aimerez peut-être : Kwela, Kwela Jamela !, un livre jeunesse qui aborde le thème de la couture mettant en scène une petit fille qui elle aussi fait des bêtises.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook