0

Roller girl

rollergirlAstrid, 12 ans, est inséparable de sa meilleure amie, Charlotte… Jusqu’au jour où elle découvre le Roller Derby. Astrid devra alors apprendre à surmonter ses craintes et s’entraîner dur pour devenir une véritable Roller Girl. Leur amitié survivra-t-elle à l’entrée dans l’adolescence et à leurs goûts qui se révèlent de plus en plus différents l’un de l’autre?

Dès que j’ai vu ce livre à la librairie, j’ai tout de suite pensé aux romans graphiques de Raina Telgemeier (Soeurs, Drame, Fantômes et Souris que j’ai dévorés ces derniers mois). Il y a plusieurs ressemblances avec les livres de l’auteure américaine: une héroïne (blanche), à l’aube de l’adolescence, qui apprend à grandir, à se connaître et à surmonter les difficultés. Roller Girl suit un peu le même genre de trame narrative; il s’agit d’une histoire sur le passage à l’adolescence, sur l’amitié et sur la découverte de soi. Le style graphique n’est bien sûr pas le même, mais la mise en page est dynamique et les illustrations m’ont charmée.

Astrid ne s’intéresse pas au magasinage, aux garçons et au ballet comme son amie de toujours, Charlotte. Elle ne porte jamais de rose, préfère les sciences et le sport. Les deux amies vivent leur dernier été avant le collège (l’équivalent du secondaire 2) et réalisent au fil des jours qu’elles s’éloignent l’une de l’autre. Sans compter que sa pire ennemie, la méchante et superficielle Rachel, se lie d’amitié avec Charlotte… Astrid découvre le Roller Derby, un sport de patins (surtout féminin) où les coups sont permis, lors d’une sortie culturelle avec sa mère. C’est le coup de foudre. Et ce coup de foudre pour le sport, c’est surtout grâce à Rainbow Fight (en version originale: Rainbow Bite), une jammeuse (joueuse de Roller Derby qui compte les points) afro-américaine, musclée, les cheveux crépus et des chaussettes aux couleurs de l’arc-en-ciel aux pieds. Rainbow Fight est un personnage secondaire, mais c’est elle la force qui fait avancer l’histoire. Astrid l’admire et lui demande conseil sur le sport et sur la vie via des messages laissés Roller-Girl-1anonymement dans son casier. Elle accroche même le poster de sa joueuse étoile sur le plafond de sa chambre. Et un jour, peut-être, elle deviendra aussi douée qu’elle…

Cela m’a beaucoup touché de voir un personnage noir dans un rôle si fort, même s’il est secondaire. Rainbow Fight est un guide qui aide la jeune Astrid a se découvrir elle-même, à se surpasser et à faire les bons choix. Un modèle positif, donc, que j’ai adoré admirer autant qu’Astrid. Au final, Astrid en apprend beaucoup sur la vie grâce à Rainbow Fight (à moins que ce soit le contraire…? Je ne vous gâche pas la surprise, lisez cette bande dessinée au plus vite !)  Roller Girl est un roman graphique bourré d’émotions vives qu’on dévore d’un coup.

Coup de coeur !

* Ce livre est un bestseller du New York Times.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Victoria Jamieson & Seyres, Chloé
Maison d’édition404
Année de publication: 2016
ISBN: 9781443145930
Public cible: 11 ans et plus

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Publicités
0

Pense aux jours heureux

pense aux jours heureuxPense aux jours heureux… Ludovic se répète les paroles de cette belle chanson pour se consoler. Il pense à Fatouma, aux jours heureux quand ils étaient assis côte à côte à l’école et que tous les enfants parlaient d’eux en disant « Oh, les amoureux… ». Ils aimaient être ensemble, jusqu’à ce que tout bascule…

Mon avis

Ce petit roman de 64 pages raconte l’amitié entre un garçon et une fille de CM1. Ludovic aime beaucoup Fatouma, peut-être même plus que comme une amie, et Fatoume l’apprécie aussi beaucoup. Les chapitres, très courts, laissent peu de place au développement des personnages. Le récit se déroule sur une longue période – presque qu’un an – et tout se passe très vite. Fatouma vient du Sénégal et son origine ethnique est centrale au récit, alors que celle de Ludovic est tue. Le personnage de Ludovic est donc présenté comme allant de soi et comme étant universel, alors que le personnage de Fatouma est présentée comme s’il constituait une variation qui doit être justifiée. Or, la mention du pays d’origine de cette dernière – le Sénégal – et les illustrations montrent bien que Ludovic est blanc alors que Fatouma est noire. Ainsi, « L’Autre » est encore une fois un personnage noir, d’autant plus que ce personnage est réduit à son origine ethnique. Dommage. En somme, l’histoire est intéressante, mais manque de consistance. Extrait:

Je connais Fatouma depuis le CE1. Je ne l’ai pas aimée tout de suite. JE ne l’ai pas remarquée, au début. Dans notre école, des enfants noirs comme elle, il y en a d’autres, mais ce n’est pas la question. Je ne lui ai pas prêté attention parce que c’Est une fille timide. Pas exactement timide: discrète, plutôt. La différence? Une fille timide, on remarque sa timidité. Une fille discrète, on ne remarque rien, elle se laisse oublier. Les filles timides finissent par devenir pénible, elles font des manières, et on n’a plus envie de leur parler, alors que les filles discrètes, il y a comme un mystère en elles, qui donne envie de mieux les connaître. (p.11-12)

Auteur(s) / illustrateur(s) : Guy Jimenes
Maison d’édition: Oskar poche
Année de publication: 2011
ISBN: 9782350006727
Public cible: 7 à 11 ans.
Vous aimerez peut-être: Deux copines ont disparu, un roman qui raconte l’histoire d’une jeune fille qui doit quitter la France car elle a été mariée à un inconnu dans son pays d’origine.

Pour d’autres suggestions de lecture, suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

0

Annie et Willie

annie-et-willieAnnie et Willie ne sont jamais d’accord. Quand Annie veut de la crème glacée, Willie veut du gâteau. Quand Annie veut grimper à l’arbre, Willie veut patiner. Etc. Le texte simple de ce livre pour apprentis lecteurs célèbre les différences qu’il peut y avoir dans l’amitié. Ce sont d’ailleurs ces différences qui rendent l’amitié si belle. Sauf que lorsqu’il faut aller à la bibliothèque, Annie et Willie sont toujours d’accord !

Ma nièce de 6 ans et demi avait commencé la première année depuis 2 mois lorsqu’elle a lu ce livre presque qu’au complet. J’étais très fière d’elle ! Certains mots ne sont pas évidents pour elle, par exemple « Annie » (elle aura tendance à lire En-Ni-E car elle a commencé à apprendre les syllabes AN, OU, IN et EU à l’école). Aussi, comment savoir qu’il ne faut pas prononcer le T du mot « veut »? En ce sens, je me suis dit qu’un nouveau lecteur ayant 6 mois ou plus d’expérience en lecture pourra facilement lire ce livre. En attendant, les adultes sont là pour aider !

J’ai adoré Annie. Ces cheveux sont magnifiques, bouclés et ornés de barrettes rouges. Elle grimpe dans les arbres, aime explorer la nature et s’intéresse aux sciences. Et ses lunettes sont vraiment cools!

Le livre de 31 pages se termine par une liste de mots utilisés dans le livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Larry Dane Brimner, Rebecca McKillip Thornburgh
Maison d’édition: Scholastic
Année de publication: 2009
ISBN: 9780545981125
Public cible: À partir de 6 ans
Vous aimerez peut-être: Si vous lisez l’anglais, essayez Lauren McGill’s Pickle Museum.

Pour plus de suggestions lecture pour vos tout-petits, suivez-moi sur Facebook!

0

Ça joue vite et ça joue bien!

ca-joue-vite-et-ca-joue-bienÇa joue vite et ça joue bien ! est un livre tout petit et court qui raconte le déroulement rocambolesque d’un match de soccer. Le récit se déroule sur tout au plus une ou deux minutes. Mais quel plaisir de lire cette histoire et de prendre la voix sérieuse et enjouée d’un commentateur sportif! Ce livre a quelque chose de magique. Il offre tant de pistes d’exploitation ludiques ou pédagogiques:

– Il développe le vocabulaire de l’enfant en lien avec le soccer (ballon, but, remise en jeu, terrain, équipe, gradins, etc.)
– Il aide l’enfant à prendre conscience des diverses parties du corps
– Il apprend à l’enfant à nommer les parties précises de son corps (genou, coude, hanche, pied, talon, cuisse, dos, épaule, mollet, etc.)
– Il montre à l’enfant qu’il existe plusieurs verbes d’action (propulse, renvoyer, frapper, rebondir, accélérer, ricocher, etc.)
– Il apprend à l’enfant à déchiffrer les moments séquentiels d’une action (ex.: d’abord le coup d’épaule, ensuite le coup de hanche)… si bien que cet enchaînement improbable se solde en un buuuuuuut grandiose!

On ne s’ennuie pas même en lisant le livre plusieurs fois: La page de garde, faite d’un terrain de soccer, nous permet de jouer notre propre match avec nos doigts; chaque joueur a son numéro et son nom, on peut s’amuser à les chercher et à répéter leur contribution à la mise au jeu à la page 21; on peut inventer des histoires à chacun des personnages dans les gradins… Le livre utilise la répétition, mais le rythme est soutenu, il accélère, on frémit, on frissonne. J’ai adoré le ton pris par l’auteur, les mots choisis qui captent si bien l’attente impatiente d’une passe bien faite, les temps morts d’un ballon qui roule doucement sur le terrain, l’esprit d’équipe, l’excitation d’un tir au but… Et c’était drôle et « voir le tout au ralenti », donnant l’occasion à l’illustratrice de faire des petites cases à la manière d’une bande dessinée, le tout, sans texte, comme si c’était un vidéo.

À noter que les équipes sont mixtes et que garçons et filles ont autant de talent: exit le sexisme dans le sport! Le livre montre en outre plusieurs personnages non-blancs de manière positive. Un livre vraiment, vraiment bien, croyez-moi.

ca-joue-vite-et-ca-joue-bien-2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Richard Marnier & Aude Maurel
Maison d’édition: Frimousse
Année de publication: 2016
ISBN: 9782352412755
Public cible: 3 à 7 ans
Vous aimerez peut-être: L’Orange, folle de foot, une histoire sur le soccer qui se déroule en Afrique.

0

Cache-cache au palais

cache-cache princessesC’est aujourd’hui le grand bal au palais et la princesse Amélia n’a rien organisé! Heureusement, les princesses Lola et Emma sont là! Réussiront-elles à préparer la fête à temps? Rejoins-les et aide-les à chercher de belles décorations, de délicieuses gourmandises et les tenues qu’elles porteront pour le bal!

Voilà un livre cartonné en forme de château comprenant 100 rabats à soulever pour découvrir ce qui se cache derrière. De quoi s’amuser pendant des heures avec un livre! L’histoire est toute simple, mais il est amusant d’aider le personnage principal dans sa quête. Les illustrations aux couleurs pastel sont assez génériques, on sent bien que le tout a été fait par ordinateur pour une distribution de masse et que rien ne différencie réellement les personnages si ce n’est que la robe qu’elles portent, le style de leurs cheveux ou la couleur de leur peau. Il y a une princesse noire et un membre du groupe de musique qui est noir également. Leur présence est positive parce qu’elle rend visible les personnes de descendance africaine et antillaise. Cela dit, le tout est un peu fade à mon goût, mais ce livre peut facilement être offert en cadeau à un enfant qui aime le rose, les princesses et les brillants. Un  livre pour jouer, à la signature commerciale. Peut être utile.

Maison d’édition: Kimane éditions
Année de publication: 2015
ISBN: 9782368082775
Public cible: 3 à 6 ans.
Vous aimerez peut-être: L’anniversaire de la princesse Arabella, un livre d’images magnifique!

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!

0

Dis moi pourquoi… Nous n’avons pas la même couleur de peau?

dis moi pourquoi couleur peauAujourd’hui, dans la classe d’Anna est arrivée une nouvelle élève qui se prénomme Aifa. Elle a la peau noire et plein de tresses. « Maîtresse », demanda Anna, « pourquoi Aifa n’a pas la même couleur de peau que nous ? » A travers un récit original et de jolies illustrations, voilà une façon amusante et sympathique de trouver des réponses à toutes les questions que les enfants se posent.

Ce livre est plein de questions, mais aussi plein de réponses. Ce qu’on en retient, c’est qu’il n’y a pas que la couleur de peau qui nous rend différent. Il y a aussi la grosseur du nez, la couleur des cheveux, la taille, la corpulance, les goûts. Et plus important encore, il y a ce qui nous rend semblable: l’envie d’être aimé, le goût du chocolat, le besoin de jouer, etc.

Le livre aborde aussi la grandeur du monde: « Les hommes ont une couleur de peau différente selon l’endroit où ils vivent ou celui d’où vient leur famille ». Les images sont assez évocatrices et illustrent bien le propos. Cela dit, le point de vu est celui de personnes Blanches qui questionnent la négritude d’autrui et pas l’inverse. L’Autre, c’est la nouvelle élève Noire, si différente d’un « nous » sous-entendu, un « nous » blanc. Cette approche ignore le lectorat Noir qui ne se reconnaîtra pas nécessairement dans l’histoire.

Ensuite, il y a quelques irritants mineurs, comme la faute dans le titre, et l’utilisation de l’expression « les hommes » pour parler de l’humanité, comme si les femmes n’en faisait pas partie… Malgré tout, ce livre, assez bien fait, peut être utile pour aborder la question des différences ethniques et raciales.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Sara Agostini
Maison d’édition: Cyel
Année de publication: 2010
ISBN: 9782362610059
Public cible: 5 à 7 ans
Vous aimerez peut-être: De quelle couleur sera le bébé?

0

Une visite chez le coiffeur

une visite chez le coiffeurLes éditions Passe-temps ont mis sur pied la collection Escalire et offre des livres de lecture graduée. La collection contient 156 livres répartis sur 15 niveaux (lettres A à O). Le livre que j’ai lu est le E4, à lire en première année du primaire (CP – Classe préparatoire). Elle met en scène des personnages présents dans les titres précédents de la collection Escalire, dont Barbe Blonde, un pirate maladroit qui découvre les temps modernes. Dans cette histoire, on suit Émilie, une fille rusée au sens de l’humour aiguisé qui joue un tour à Barbe Blonde en le faisant à son issue teindre sa barbe en rose. Émilie n’est présente que sur quatre illustrations, mais c’est elle qui fait avancer l’histoire. La chute m’a un peu agacée; le gag, c’est de dire qu’un pirate avec une barbe rose, c’est tellement ridicule. Car un pirate est fort et viril, et le rose, « c’est pour les filles ». Personnellement, je ne vois pas trop l’intérêt de véhiculer ce genre de message sexistes aux enfants. Une barbe vert fluo, à pois, rayée ou multicolore aurait eu le même effet: ça ne fait pas sérieux pour un pirate, mais au moins, ça n’aurait pas été sexiste. À vous de juger si ce genre de message vous convient.

La collection Escalire est extrêmement bien montée, parfait pour soutenir votre enfant à l’apprentissage de la lecture. Les mots répétitifs sont en caractère gras, les phrases sont simples, la syntaxe est variée, les images sont séquentielles et ne comportent que les éléments importants. Enseignants et éducateurs, pourquoi ne pas vous procurer la collection pour votre classe?

Auteur(s) / illustrateur(s) : Pascal-Hugo Caron-Cantin & Dannie Pomerleau
Maison d’édition: Éditions Passe-temps
Année de publication: 2014
ISBN: 9782896306275
Public cible: 6 à 7 ans

Vous aimerez peut-être: Solani s’est endormie, une histoire courte pour lecteurs débutants.

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!