0

Tibouchina: Conte créole bilingue

1312349-gfTibouchina, c’est l’histoire d’une enfant de Guadeloupe. Maltraitée par une marâtre, Tibouchina décide de se faire aider par deux de ses amis de classe pour se sauver, « maronner ». Elle part à la recherche de sa vraie mère. Un voyage initiatique à travers l’Île, de la Basse-Terre à la Grande-Terre, une quête d’identité au cours de laquelle elle découvre la tendresse de Choubouloute, l’affection de Pipilite, la générosité de ceux et celles qui vont l’aider à échapper aux gendarmes à sa recherche.

Mon avis

Tibouchina est un très beau livre relié et au papier glacé. Les illustrations nettes aux couleurs franches et froides de Biscuit sont agréables et douces. C’est un genre qu’on aime ou pas, mais j’aurais bien aimé quelque chose de plus vif, de plus pimenté pour accompagner le texte de couleurs chaudes qui, pourquoi pas, aurait bien illustré la vie quotidienne des îles. Bref, le texte est bien raconté et les illustrations sont magnifiques, mais on dirait qu’elles ne vont pas ensemble. La mise en page est assez quelconque; certaines doubles page n’ont pas du tout d’images et le format carré du livre leur donne une lourdeur visuelle au texte. Aucune double page illustrée. Ce format m’a un peu dérangée. Est-ce un roman? Est-ce un livre d’images? Difficile à dire… Trop gros pour les enfants d’âge préscolaire, trop de mots pour débutants lecteurs, mais trop petit pour lecteurs de romans avancés qui n’aimeront peut-être pas non plus le format qui rappelle celui d’un album.

Le titre indique « Conte créole bilingue », mais il s’agit plutôt d’une série de petits contes qui se présentent comme les chapitres d’une même histoire. Le livre contient en réalité deux récits identiques, l’un en français, l’autre en créole guadeloupéen: les 44 premières pages constituent la version française, et la quarantaine de page suivante constituent la version créole. Le titre me laissait plutôt croire qu’il n’y aurait qu’un seul conte raconté simultanément en deux langues, mais ce n’est pas le cas. Il aura fallu dire: « Version créole incluse » ou quelque chose comme cela.

Le livre est beau et de qualité (super à offrir en cadeau!), on en apprend beaucoup sur la vie et la culture en Guadeloupe, mais le format ne me plaît pas. À lire quand même, car il ne s’agit que de mon opinion personnelle. D’ailleurs, le texte est magnifique, les histoires sont intéressantes et les illustrations sont belles!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Hector Poullet & Biscuit
Maison d’édition: Éditions Orphie
Année de publication: 2011
ISBN: 9782877637190
Public cible: 6 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Contes d’Haïti, un livre au format semble à celui de Tibouchina.

En savoir plus sur Hector Poullet, auteur guadeloupéen

Hector-Poullet

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Publicités
0

L’oranger magique : Conte d’Haïti

oranger magiqueIl y a bien longtemps, vivait une petite fille qui faisait la joie de ses parents. Hélas! le malheur, on le sait, arrive souvent sur la pointe des pieds… Et voilà Élise obligée de vivre avec une femme qui n’a vraiment rien d’une mère.

Voilà un conte d’Haïti sous forme d’album jeunesse qui plaira aux enfants. J’ai beaucoup aimé la mise en page variée et les illustrations aux traits épais. Récit réussi. Quelques passages créoles. À découvrir!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Célie Agnant & Barroux
Maison d’édition: Les éditions 400 coups
Année de publication: 2003
ISBN: 2895401381
Public cible: À partir de 6 ans

Vous aimerez peut-être: Bonnet rouges, bonnets blancs: Un conte antillais.

En savoir plus sur l’auteure canadienne d’origine haïtienne, Marie-Célie Agnant

marie célie agnant

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

0

Aïxa: Châteaux de sable

aixa sableAïxa vit heureuse dans son pays de soleil jusqu’au jour où elle doit le quitter pour des raisons qui lui sont difficile à comprendre. À son arrivée, trois semaines avant la Noël, elle est émerveillée par les milliers de sapins aux lumières scintillantes et de toutes les couleurs.

Fille d’un père noir et d’une mère blanche, la petite fille vit dans les caraïbes où elle écoule naïvement des jours ensoleillés entre l’école, le jeu, la vie de famille et les fêtes locales. Le livre début tel un album photo où la narratrice nous décrit les personnes photographiées, leur relation avec elle et ce que ce souvenir évoque chez elle. Toutefois, le récit se détache rapidement de cette formule lorsque les illustrations deviennent soudainement un accompagnement au texte, tel un conte. Ce changement de ton rend la lecture confuse.Les illustrations, douces et naïvement disproportionnées, fait tout de même échos de manière assez juste au texte à la première personne.

Le pays d’origine d’Aïxa n’est pas nommé. Martinique? Guadeloupe? Il ne s’agit pas d’Haïti puisque les quelques passages créoles ne sont pas de créole haïtien. Certaines coutumes, célébrations, évènements climatiques et conflits politiques dont il est question dans le livre existent toutefois dans plusieurs pays de la région (faire les courses au marché, les Tontons Macoutes, la plage, les cyclones, commencer les contes par « Krik! » / « Krak! », le kombit/koumbit/communauté, les palmiers, les longues soirées éclairées à la lampe à l’huile, etc.) De plus, la manière dont est abordé le thème de l’immigration est tout à fait juste.

Ce livre m’a rappelé ceux que mon père me lisait étant enfant. Voilà un beau livre malgré tout, que l’on peut lire à un enfant ou qu’un enfant peut lire seul. À découvrir!

 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Florence Bolté & Mentalo
Maison d’édition: Pirouli
Année de publication: 2000
ISBN: 2922754006
Public cible: 4 à 9 ans
Vous aimerez peut-être: Amé et les bons bonbons, un livre sur l’immigration.

Découvrez l’auteure canadienne Florence Bolté

florence bolté

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

2

La petite feuille et le sapin de Noël

20150518_095614 - CopieDepuis quelques jours, la petite feuille se rend compte que ses amis les sapins sont tristes. Ils se répètent, effrayés, que Noël arrive. La petite feuille se dit que Noël doit être quelqu’un de méchant pour que les sapins en aient si peur. Elle décide d’aller voir par elle-même ce que peut bien être ce terrifiant Noël, et elle découvre, éblouie, la magie de cette belle et grande fête… Mais que deviendra le sapin une fois la fête terminée?

Un texte simpliste contenant quelques mots créoles (haïtien) et accompagné d’illustrations de synthèse. La couverture souple et format broché offrent une faible qualité matérielle à l’album. Certaines illustrations ne sont pas en couleur; il aurait été intéressant d’utiliser un papier permettant le coloriage… Les petits aimeront suivre la petite feuille de page en page et découvrir avec eux le secret « de la Noël ». Une histoire parfaite pour la période des fêtes, mettant en scène une famille que l’on suppose haïtienne et un Père Noël noir. Très belle complicité entre les membres de la famille que visite la petite feuille, même s’ils ne sont que secondaires.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Tamara Durand & Chevelin Djasmy Pierre
Maison d’édition: Éditha, les éditions haïtiennes
Année de publication: Indéterminé
ISBN: 9789993595359
Public cible: 4 à 7 ans

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!

1

Raconte Bouqui et Malice

raconte bouquiDans ce receuil de contes, l’auteure fait revivre avec bonheur, pour le jeune public, les aventures hautes en couleur des deux plus populaires héros de notre folklore: Bouqui et Malice. Nonk Bouqui et compère Malich y sont campés dans des situations et décors typiquement haïtiens, qui contribuent grandement à la vraisemblance des récits. Comprend notamment: Le griot de Bouqui, Le mariage de Ti Da, Au carnaval de Port-au-Prince et La konbite de Malice.

Les histoires de Bouki et Malice sont ici adaptées à un lectorat plus âgé que les versions précédemment présentées sur ce blog. Parfait pour les enfants ayant atteint un bon niveau de lecture, ces histoires raviront les plus jeunes. Je connais peu les éditions Éditha, mais il est raisonnable d’avancer que ce livre a été créé en pensant d’abord à un lectorat haïtien; alors que la quatrième de couverture souligne qu’il s’agit d’une publication « réellement bienvenue… à un moment où les contes populaires haïtiens tiennent de moins en moins de place dans la formation de l’imaginaire de nos jeunes ». Écrit en grande majorité en français, certains courts passages en créoles non traduits peuvent miner la compréhension des lecteurs ne comprennant pas le créole haïtien. De courtes histoires faciles à lire.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Odette Roy Fombrun & Chevelin Pierre
Maison d’édition: Éditha, les éditions haïtiennes
Année de publication: Indéterminée
ISBN: 978993595885
Public cible: 7 à 12 ans

En savoir plus sur l’auteure haïtienne Odette Roy Fombrun

????????????????????????????????????

Avez-vous lu ce livre à un enfant? Partagez votre expérience dans les commentaires!

0

Cendrillon: A Caribbean Cinderella

cendrillon caribbeanYou may think you know this story I am going to tell you, but you have not heard it for true. I was there. So I will tell you the truth of it. Here. Now.

It was very nice to read this Caribbean version of Cinderella. Probably one of the few instances where racebending has a positive effect in children literature, making more visibility for people of color. I personnally have never seen a black Cinderalla portrayed in books, let alone a Caribbean Cinderella, and I read a lot. Wonderful illustrations and beautifully written, the story is told from the godmother’s point of view. Includes some french and creole (from Martinique) words.

Author(s) / illustrator(s) : Robert D. San Souci & Brian Pinkney
Publisher: Aladdin Paperbacks (Simon & Schuster)
Publication date: 1998
ISBN: 9782914692281
Target audience: 4 to 9 years old

Learn more about Brian Pinkney, award-winning illustrator

Brian-Pinkney-photo2

❤ this book!

Did you read this book to a child? Share your experience in the comments!

0

Sur les traces de Loubaye Dantor

loubaye dantorAuteur(s) / illustrateur(s) : Jean Fils-Aimé

Maison d’édition: Bayard Canada

Année de publication: 2015

ISBN: 9782895796671

Public cible: À partir de 13 ans

Résumé: Entre les jokes à l’école et les explications sur mes origines haïtiennes, j’ai l’impression d’être un alien. Mes parents auraient vraiment pu trouver mieux. C’est bien simple, je déteste ce prénom. Je supporte encore moins tout ce qu’il représente. Il me condamne à ne jamais m’éloigner de mes racines, alors que je suis avant tout Québécois. Je refuse d’être enfermé dans une culture, dont j’ignore presque tout. C’est un pays associé à la misère et aux catastrophes naturelles. Mais si cette île avait bien plus à m’offrir?

Mon avis: La littérature jeunesse manque de diversité ethnique et raciale. Quel vent de fraîcheur que de lire ce livre dont le personnage principal, né au Québec (Canada), est d’origine haïtienne. Une rareté dans le paysage de l’édition adressée aux enfants. Les questionnements de Loubaye sur son identité (est-il québécois ou haïtien?), le rejet de ses origines haïtiennes tout en ayant le sentiment de ne pas être totalement québécois… plusieurs ados de la deuxième génération d’immigration pourront s’y identifier. On en apprend un peu sur Haïti et sur sa richesse. Très court, ce livre est un « mini-roman pour adolescents », de petits livres de moins de 100 pages, à la mise en page aérée (on aime ou pas), qu’on lit en un trajet aller-retour en autobus ou en métro. Ce format plaira aux lecteurs récalcitrants. Le ton est parfois un peu trop calculé et les dialogues, peu naturels, rendant le récit mécanique. Quelques passages invraisemblables au niveau du récit. Malgré tout, voilà un livre à lire, si ce n’est pour montrer aux ados racisés qu’il existe des romans dont les personnages principaux les ressemblent, et qui se posent les mêmes questions qu’eux sur leur identité et sur leur place dans le monde. Certains passages sexistes. Quelques passages créoles (traduits en bas de page). Contexte québécois.

Je n’aime pas qu’on m’enferme dans une identité. Je me sens comme dans une cellule de prison. Ou une camisole de force. Je suis Haïtien d’origine, mais aussi un Québécois d’un genre nouveau. Je suis né ici. J’aime le rap, le hip-hop et le slam. On me considère comme un Noir. Je crois plutôt que je suis black. Voilà qui je suis vraiment. J’ai bien dit black! Noir, pour moi, c’est négatif et réducteur. Ça fait appel à la couleur de la peau.  Être black, c’est plus qu’une couleur. C’est un style de vie, une façon d’habiter le monde. (p.26)

Découvrez l’auteur et essayiste canadien Jean Fils-Aimé

jean fils aimé

Vous aimerez peut-être: Oublier Camille, un mini-roman pour ados sur un garçon qui doit apprendre à accepter sa mixité raciale et qui se questionne sur son orientation sexuelle.

As-tu lu ce livre ? Partage ton expérience dans les commentaires!