Mes p’tits contes en créole (Éditions Auzou)

Avec cette collection bilingue, les enfants découvrent les contes qui vont les accompagner tout au long de leur vie. Les contes sont exclusivement en créole guadeloupéen et accompagnés d’illustrations colorées. On retrouve toutefois une version bilingue créole – français à la fin, plus condensée et ayant moins d’images. Un lexique (bilingue aussi) donne aussi la définition des mots plus difficiles. La mise en page est réussie et la reliure, solide. 

pouki nou ni on kannal an do an-nouTitre : Pouki nou ni on kannal an do an-nou
Auteur(s) / Illustrateur(s) 
: Jane Etienne & Marcela Calderon
Maison d’édition Éditions Auzou
Année de publication : 2017
ISBN : 9782733855041
Lectorat cible : À partir de 3 ans
Résumé : Petit Jean veut se marier avec la fille du Diable, mais ce dernier ne l’entend pas ainsi. Il demande alors à Petit Jean d’accomplir des épreuves difficiles pour obtenir la main de sa fille. Cette aventure laissera pour toujours une trace dans le dos du valeureux Petit Jean.

 

sétout cétouteTitre : Sétout
Auteur(s) / Illustrateur(s) : Jane Etienne & Louise Forshaw
Maison d’édition Éditions Auzou
Année de publication : 2017
ISBN : 9782733855034
Lectorat cible : À partir de 3 ans
Résumé : Cétout vit avec sa marraine et plein d’autres enfants. Mais un jour, il découvre que sa marraine est en fait la Diablesse. Il va alors faire preuve de courage et d’inventitié pour sauver tous ses compagnons, tout en comptant sur son fidèle ami le requin.

 

Il est tout à fait fantastique de pouvoir lire de livres jeunesse de cette qualité en créole. Non seulement les enfants pourront lire dans leur langue maternelle, mais ils découvriront aussi des contes issus des Antilles. Si le loup est un personnage central au bestiaire de la littérature jeunesse d’origine européenne, c’est plutôt le Diable qui joue le même rôle dans les contes antillais. Effroyable, méchant, stupide ou malhonnête, le Diable est une figure récurrente de la littérature jeunesse créole et a nourri depuis des siècles l’imaginaire de plusieurs peuples.

Dès l’âge de trois ans, n’hésitez pas à faire la lecture de ses livres à vos tout-petits. Puis, ils pourront les lire de manière autonome lorsqu’ils entreront à l’école. Les lecteurs autonomes y trouveront aussi leur compte ! D’ailleurs, de nombreux autres titres existent dans la collection « Mes p’tits contes en créole ». Fortement recommandé ! 🙂

 

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ces livres.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

Mon premier imagier : Français, anglais, créole guadeloupéen

Cover GDG_Maths.inddCet ouvrage pédagogique et ludique permettra à chaque enfant de se familiariser avec les 1000 mots les plus courants, d’apprendre à lire l’anglais et le créole guadeloupéen et de s’amuser à observer les similitudes et les différences entre les langues.

Ne cherchez plus d’imagier trilingue pour vos enfants. Auzou a publié en 2017 un magnifique imagier pour apprendre l’anglais et/ou le créole guadeloupéen ! Pour faciliter la recherche, on retrouve au début du livre un index des mots anglais et guadeloupéens. Les illustrations sont très belles et évocatrices. Les êtres humains, lorsque représentés dans le livre, sont souvent noirs. Chaque lettre de l’alphabet est représentée par une couleur; ainsi, les mots français débutant par D ont un fond de page bleu marine, les mots français débutant par E ont un fond de page rose. Ce sera donc facile pour les enfants de se repérer à l’intérieur du livre. La mise en page dynamique donne également le goût de simplement feuilleter ce livre sans nécessairement chercher un mot en particulier. Un livre excellent qu’il vous faut avoir dans votre bibliothèque familiale ! Je recommande !

À noter que les éditions Auzou ont également publié un imagier trilingue pour le créole réunionnais et le créole guyanais.

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / Illustrateur(s) :  Collectif
Maison d’édition : Éditions Auzou
Année de publication : 2017
ISBN : 9782733847435
Public cible : 8 ans et plus

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Moins que rien

Moins que rienÉliette frissonne. Elle a froid malgré la tiédeur de la nuit tropicale. Peut-être a-t-elle de la fièvre. Elle n’est qu’une petite « lapourça » et personne ne prend vraiment soin d’elle. Elle pense à son étoile filante. Elle croit aux signes. Quelque chose va se passer. Quelque chose de tellement fort que sa mère retrouvera du travail et un peu de dignité. Et Éliette pourra enfin retourner chez elle, là-bas, derrière les montagnes violettes de l’Artibonite.

L’avant-propos du roman nous informe qu’Haïti est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde et où des milliers d’enfants sont des domestiques livrés aux caprices de leurs maîtres. Le ton est ainsi donné; on ne s’attendra donc pas à une représentation positive de ce pays et on suppose que le récit ne s’intéressera qu’au travail domestique des enfants plutôt qu’à la richesse de ce pays. Les enfants domestiques sont une réalité et il est aussi important d’en parler. Mais compte-tenu qu’Haïti reçoit généralement une couverture médiatique plutôt négative, j’aurais aimé lire une histoire autre que celle-là. Eh bien ! Ce sera pour un autre roman.

La plume d’Yves-Marie Clément est claire et concise, et raconte les atrocités que subit Éliette. On s’attache rapidement à elle et à ses malheurs dans cette ville qui, ironiquement, s’appelle Ville Bonheur. Le texte comprend quelques mots en créole non traduits, dont la célèbre berceuse d’Haïti que l’on chante avant l’heure du dodo :

Dodo ti pitit manman, do-o-do ti pitit papa. Si ou pa dodo krab la va mange. Si ou pas dodo krab la va mangé !

J’aurais aimé une traduction des mots et expressions créoles; le lecteur aurait ainsi pu se familiariser un petit peu avec la culture haïtienne. Un dossier sur le contexte du roman à la fin du livre aurait aussi été intéressant. Dommage. L’histoire se termine tout de même sur une note d’espoir.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Yves-Marie Clément
Maison d’édition: Talents hauts Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782362662331
Public cible: À partir de 11 ans

Vous aimerez peut-être: Le retour du petit mousse, un roman jeunesse se déroulant en Haïti.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Tibouchina: Conte créole bilingue

1312349-gfTibouchina, c’est l’histoire d’une enfant de Guadeloupe. Maltraitée par une marâtre, Tibouchina décide de se faire aider par deux de ses amis de classe pour se sauver, « maronner ». Elle part à la recherche de sa vraie mère. Un voyage initiatique à travers l’Île, de la Basse-Terre à la Grande-Terre, une quête d’identité au cours de laquelle elle découvre la tendresse de Choubouloute, l’affection de Pipilite, la générosité de ceux et celles qui vont l’aider à échapper aux gendarmes à sa recherche.

Mon avis

Tibouchina est un très beau livre relié et au papier glacé. Les illustrations nettes aux couleurs franches et froides de Biscuit sont agréables et douces. C’est un genre qu’on aime ou pas, mais j’aurais bien aimé quelque chose de plus vif, de plus pimenté pour accompagner le texte de couleurs chaudes qui, pourquoi pas, aurait bien illustré la vie quotidienne des îles. Bref, le texte est bien raconté et les illustrations sont magnifiques, mais on dirait qu’elles ne vont pas ensemble. La mise en page est assez quelconque; certaines doubles page n’ont pas du tout d’images et le format carré du livre leur donne une lourdeur visuelle au texte. Aucune double page illustrée. Ce format m’a un peu dérangée. Est-ce un roman? Est-ce un livre d’images? Difficile à dire… Trop gros pour les enfants d’âge préscolaire, trop de mots pour débutants lecteurs, mais trop petit pour lecteurs de romans avancés qui n’aimeront peut-être pas non plus le format qui rappelle celui d’un album.

Le titre indique « Conte créole bilingue », mais il s’agit plutôt d’une série de petits contes qui se présentent comme les chapitres d’une même histoire. Le livre contient en réalité deux récits identiques, l’un en français, l’autre en créole guadeloupéen: les 44 premières pages constituent la version française, et la quarantaine de page suivante constituent la version créole. Le titre me laissait plutôt croire qu’il n’y aurait qu’un seul conte raconté simultanément en deux langues, mais ce n’est pas le cas. Il aura fallu dire: « Version créole incluse » ou quelque chose comme cela.

Le livre est beau et de qualité (super à offrir en cadeau!), on en apprend beaucoup sur la vie et la culture en Guadeloupe, mais le format ne me plaît pas. À lire quand même, car il ne s’agit que de mon opinion personnelle. D’ailleurs, le texte est magnifique, les histoires sont intéressantes et les illustrations sont belles!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Hector Poullet & Biscuit
Maison d’édition: Éditions Orphie
Année de publication: 2011
ISBN: 9782877637190
Public cible: 6 à 9 ans

Vous aimerez peut-être: Contes d’Haïti, un livre au format semble à celui de Tibouchina.

En savoir plus sur Hector Poullet, auteur guadeloupéen

Hector-Poullet

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

L’oranger magique : Conte d’Haïti

oranger magiqueIl y a bien longtemps, vivait une petite fille qui faisait la joie de ses parents. Hélas! le malheur, on le sait, arrive souvent sur la pointe des pieds… Et voilà Élise obligée de vivre avec une femme qui n’a vraiment rien d’une mère.

Voilà un conte d’Haïti sous forme d’album jeunesse qui plaira aux enfants. J’ai beaucoup aimé la mise en page variée et les illustrations aux traits épais. Récit réussi. Quelques passages créoles. À découvrir!

Auteur(s) / illustrateur(s) : Marie-Célie Agnant & Barroux
Maison d’édition: Les éditions 400 coups
Année de publication: 2003
ISBN: 2895401381
Public cible: À partir de 6 ans

Vous aimerez peut-être: Bonnet rouges, bonnets blancs: Un conte antillais.

En savoir plus sur l’auteure canadienne d’origine haïtienne, Marie-Célie Agnant

marie célie agnant

Suivez Mistikrak! sur FACEBOOK!

Aïxa: Châteaux de sable

aixa sableAïxa vit heureuse dans son pays de soleil jusqu’au jour où elle doit le quitter pour des raisons qui lui sont difficile à comprendre. À son arrivée, trois semaines avant la Noël, elle est émerveillée par les milliers de sapins aux lumières scintillantes et de toutes les couleurs.

Fille d’un père noir et d’une mère blanche, la petite fille vit dans les caraïbes où elle écoule naïvement des jours ensoleillés entre l’école, le jeu, la vie de famille et les fêtes locales. Le livre début tel un album photo où la narratrice nous décrit les personnes photographiées, leur relation avec elle et ce que ce souvenir évoque chez elle. Toutefois, le récit se détache rapidement de cette formule lorsque les illustrations deviennent soudainement un accompagnement au texte, tel un conte. Ce changement de ton rend la lecture confuse.Les illustrations, douces et naïvement disproportionnées, fait tout de même échos de manière assez juste au texte à la première personne.

Le pays d’origine d’Aïxa n’est pas nommé. Martinique? Guadeloupe? Il ne s’agit pas d’Haïti puisque les quelques passages créoles ne sont pas de créole haïtien. Certaines coutumes, célébrations, évènements climatiques et conflits politiques dont il est question dans le livre existent toutefois dans plusieurs pays de la région (faire les courses au marché, les Tontons Macoutes, la plage, les cyclones, commencer les contes par « Krik! » / « Krak! », le kombit/koumbit/communauté, les palmiers, les longues soirées éclairées à la lampe à l’huile, etc.) De plus, la manière dont est abordé le thème de l’immigration est tout à fait juste.

Ce livre m’a rappelé ceux que mon père me lisait étant enfant. Voilà un beau livre malgré tout, que l’on peut lire à un enfant ou qu’un enfant peut lire seul. À découvrir!

 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Florence Bolté & Mentalo
Maison d’édition: Pirouli
Année de publication: 2000
ISBN: 2922754006
Public cible: 4 à 9 ans
Vous aimerez peut-être: Amé et les bons bonbons, un livre sur l’immigration.

Florence Bolté est une auteure canadienne.

florence bolté

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

La petite feuille et le sapin de Noël

20150518_095614 - CopieDepuis quelques jours, la petite feuille se rend compte que ses amis les sapins sont tristes. Ils se répètent, effrayés, que Noël arrive. La petite feuille se dit que Noël doit être quelqu’un de méchant pour que les sapins en aient si peur. Elle décide d’aller voir par elle-même ce que peut bien être ce terrifiant Noël, et elle découvre, éblouie, la magie de cette belle et grande fête… Mais que deviendra le sapin une fois la fête terminée?

Un texte simpliste contenant quelques mots créoles (haïtien) et accompagné d’illustrations de synthèse. La couverture souple et format broché offrent une faible qualité matérielle à l’album. Certaines illustrations ne sont pas en couleur; il aurait été intéressant d’utiliser un papier permettant le coloriage… Les petits aimeront suivre la petite feuille de page en page et découvrir avec eux le secret « de la Noël ». Une histoire parfaite pour la période des fêtes, mettant en scène une famille que l’on suppose haïtienne et un Père Noël noir. Très belle complicité entre les membres de la famille que visite la petite feuille, même s’ils ne sont que secondaires.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Tamara Durand & Chevelin Djasmy Pierre
Maison d’édition: Éditha, les éditions haïtiennes
Année de publication: Indéterminé
ISBN: 9789993595359
Public cible: 4 à 7 ans

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook