0

Mon frère et moi

mon frère et moiChaque été, au chalet familial, deux frères nagent vers un rocher et l’aîné le grimpe et saute. Il est maintenant temps que le plus jeune fasse, à son tour, le grand saut.

J’ai adoré cet album ! Il aborde avec tant de justesse la relation entre deux frères et comment un simple saut a fait grandir un petit garçon grâce aux encouragements de son frère. Le petit admire son grand frère et le moment est venu pour lui de prouver qu’il est tout aussi capable que lui. Pour se donner du courage, il sera tour à tour un chat pour grimper le rocher, un oiseau pour s’élancer dans les airs, puis un poisson pour plonger et nager gracieusement sous l’eau.

Vous le savez, j’ai un faible pour les récits du quotidien; celui-là est magnifique, touchant et tout en poésie. Les pages brunes rappellent le papier parchemin et les touches de couleurs crayonnées donnent un très bel effet, presque inachevé, à l’instar des personnages qui ont encore tant à découvrir du monde. Vraiment, vraiment excellent.

Coup de cœur !

Mon frère et moi 2

Je remercie l’auteur Yves Nadon et les Éditions D’eux de m’avoir offert ce livre.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Yves Nadon & Jean Claverie
Maison d’édition: Éditions Deux Bouton acheter
Année de publication: 2018
ISBN: 9782924645215
Public cible: À partir de 5 ans

Vous aimerez peut-être: Freedom summer, un autre de mes coups de cœur littéraires pour les enfants (en anglais) qui met en scène de jeunes garçons et qui se déroule durant la saison chaude.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités
0

Zut, Félix !

Zut FélixFélix, le champion des pirouettes, s’est cassé le bras. Il va porter un plâtre pendant plusieurs semaines. C’est dur à accepter. Bien sûr, sa famille, madame Édith et ses amis sont là pour l’aider. Mais Félix doit aussi apprendre à se débrouiller !

Ce livre est le troisième de la série La classe de Madame Édith, mais se lit très bien sans avoir lu les tomes précédents. Félix, le personnage principal, est un garçon noir et athlétique qui adore faire des acrobaties pour épater la galerie. Lorsqu’il se casse accidentellement le  bras, il pleure de douleur et est déçu de ne pas pouvoir montrer sa nouvelle pirouette à ses amis le lendemain. Ces derniers veulent tous l’aider, mais Félix aimerait être autonome! Il se demande comment faire plaisir à ses amis si gentils avec lui. Le récit met aussi en scène Rosalie, une camarade de classe très bavarde au teint foncé.

Ce roman de 93 pages est écrit en larges caractères avec empattement dans une mise en page aérée. Les phrases sont relativement courtes pour faciliter la compréhension du texte chez les jeunes lecteurs. Toutefois, certains mots ou phrases sont écrits en caractère gras ou encore en diagonale ; les lecteurs dyslexiques pourraient avoir de la difficulté à lire ces passages. J’ai noté une erreur de grammaire en page 60 (utilisation du mauvais auxiliaire avec le verbe pronominal se casser) et quelques québécismes (« aiguiser » un crayon plutôt que tailler un crayon). Cela dit, le texte est tout de même bien écrit et utilise la nouvelle orthographe française.

La morale de l’histoire est que tout le monde fait face à des difficultés et que chacun de nous doit trouver ses propres solutions pour avoir une vie agréable malgré tout !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Édith Bourget & Boum
Maison d’édition: Dominique et compagnie Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782897851095
Public cible: À partir de 6 ans
Vous aimerez peut-être: Bernabé est amoureux, un petit roman dont le personnage principal est un garçon noir.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Pendant que Maman fait la sieste

pendant que maman fait la siestePour apprendre à l’enfant à ne pas faire de bruit et à se contenir lorsqu’il attend que sa maman se réveille.

Ce petit livre aux pages rigides est écrit par Agnès Laura-Petit, une psychologue, psychomotricienne et psychanalyste spécialiste de l’enfance. On découvre aux fil des pages un petit garçon qui fait tout pour ne pas réveiller sa maman qui fait la sieste. La couverture de la maman devient un terrain de jeu imaginaire où les jouets prennent vie. Un récit doux qui se lit facilement aux bébés et aux très jeunes enfants. À découvrir !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jo Hoestlandt & Claire Frossard
Maison d’édition: FlammarionBouton acheter petit
Année de publication: 2015
ISBN: 9782081344464
Public cible: 2 à 5 ans

pendant que maman fait la sieste 2

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Oh ! si j’avais un dinosaure

oh si j'avais un dinosaureUne petite fille ne se contente plus de son chat. Elle rêve d’un dinosaure qui la porterait à l’école, dormirait avec elle à la sieste, ou même ferait, pour rire, peur à son papa. Elle s’imagine ainsi les tours qu’elle lui apprendrait, les sons qu’il ferait, la nourriture qu’il mangerait, de même que la réaction que ses copains, ses professeurs et ses parents auraient en le voyant. Elle termine la présentation de son compagnon idéal en confirmant qu’à son avis, les dinosaures sont les meilleurs animaux de compagnie.

Pour commencer, la couverture aux couleurs jaune et verte est extrêmement attrayante. Cela donne le goût d’ouvrir le livre ! Ensuite, la peau du dinosaure en relief sur la page de couverture. Puis, le titre, formulé comme un souhait: « Oh, si seulement j’avais un… un dinosaure??!! » En animation à la bibliothèque, avant même de commencer la lecture de l’album, déjà les enfants s’exclament: « Ça ne se peut pas ! », « Les dinosaures n’existent pas! », « Mais si, mais seulement dans les musées ! » « Mais non, ils sont dans la terre, il faut creuse longtemps pour les trouver! », « Moi, j’aimerais pas avoir un dinosaure, c’est trop gros. En plus, ça fait peur… », « Moi, j’ai même pas peur ! J’ai déjà lu des livres de dinosaures à ma garderie ! », « Pourquoi la fille, elle a un chapeau? », « Moi, j’ai mangé des céréales en formes de dinosaure ce matin, avec un peu de lait, mais j’aime pas le lait, mais ma maman me dit que c’est bon pour les os, même si j’ai pas besoin d’os, juste des muscles pour pouvoir courir plus vite et aussi… »

Vous voyez le genre. Les enfants ont beaucoup de conversation. Mais j’apprécie ces moments passés à faire des hypothèses sur ce que pourrait bien raconter un livre. Ça créé un suspense !

Avant de débuter l’histoire, les auteurs nous indiquent que les titanosaures sont les plus grands animaux connus ayant vécu sur Terre. Pour bien mesurer leur poids et leur taille, on les compare à quatre bus londoniens et à dix éléphants africains. Certains mots dans le texte sont remplacés par des illustrations, ce qui rend la lecture à deux vraiment dynamique. Cet histoire m’a totalement charmée. Idéale pour développer l’imagination des enfants, pour s’émerveiller et pour rire. J’adore la raconter à un groupe dans le cadre de mon travail. Vraiment, vraiment excellent ! Lisez-le vite !

oh si j'avais un dinosaure 2

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Gabby Dawnay & Alex Barrow
Maison d’édition: Actes sud junior Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782330073893
Public cible: 3 à 6 ans

Vous aimerez peut-être: Si vous recherchez les histoires du quotidien avec des dinosaures, je vous conseille l’excellent livre Un dinosaure à souper.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Madamy fête l’Aïd

Un aMamady fête l'aïdlbum simple, sur le thème de l’Aïd, à lire en famille, pour promouvoir le multilinguisme et favoriser l’ouverture d’esprit. Le texte, en cinq langues, est traduit en bambara, peul, soninké et wolof. On retrouve un alphabet détaillé pour chaque langue africaine en fin d’album. 

Des illustrations douces accompagnent le texte, composé de phrases brèves, en noir pour le français, en vert pour le bambara, en orange pour le peul, en violet pour le soninké et en bleu pour le wolof. Ce petit livre à couverture souple et au format carré permet aux tout-petits de découvrir le déroulement de la journée de l’Aïd chez les musulmans afin de favoriser l’ouverture d’esprit.

L’aïd el-Fitr marque la fin du Ramadan. Mamady célèbre avec ses parents, les membres de sa communauté, ses amis, sa famille et ses voisins. À travers ses yeux, on observe son père préparer l’aumône, on assiste au bain rituel, on participe à la prière à la mosquée et on ouvre des cadeaux. Un esprit de respect et de partage se dégage de cet album, et quel plaisir d’être témoin d’un moment du quotidien de Mamady ! Fraîchement publié chez Wagadou Jeunesse, une maison d’édition dont le nom rend hommage l’un des plus grands empire ouest-africain (l’empire du Ghana dit Wagadou en soninké), ce livre vulgarise et rend accessible à tous une coutume musulmane célébrée partout à travers le monde. J’ai trouvé tout à fait fantastique que la phonétique des langues bambara, peul, soninké et wolof soit détaillé à la fin du livre: cela incite le lecteur à s’intéresser et lire des langues africaines ! Au préscolaire, une lecture accompagnée s’impose. Les enfants d’âge scolaire seront aptes à lire ce livre de manière autonome.

Mamady fête l’Aïd est pour le moment disponible sur la page Facebook des éditions Wagadou Jeunesse, à la librairie Averrroes à Creteil et au magasin Forêts d’Afrique à Montreuil. Vous devez absolument mettre la main dessus !

Assida Traoré est une auteure française d’origine soninkée. 

Je remercie les éditions Wagadou Jeunesse de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Assida Traoré & Audrey-Sarah Boon
Maison d’édition: Wagadou JeunesseBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782901154006
Public cible: 3 à 5 ans
Vous aimerez peut-être: Le petit frère d’Amkoullel, un livre ce déroulant dans un village bambara du Mali.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

0

Fourchon

fourchonSa maman est une cuillère. Son papa est une fourchette. Lui, il est un peu des deux. Voici Fourchon ! Il a beau tenter de passer pour une cuillère, puis pour une fourchette, Fourchon n’est jamais choisi lorsque vient le temps de se mettre à table…

Publié dans la collection « Pamplemousse » aux éditions La Pastèque, cet album de Kyo Maclear et Isabelle Arsenault se démarque par son originalité. Il traite de la différence, quelle qu’elle soit, et chaque lecteur pourrait y voir quelque chose de différent. C’est d’ailleurs ce qui m’a plu dans ce livre car j’y vois une analogie avec la mixité raciale. Une maman cuillère et un papa couteau, c’est un peu comme une maman noire et un papa blanc ou vice-versa; c’est pareil et différent à la fois. Fourchon, quant à lui, a hérité des caractéristiques physiques de ses deux géniteurs: la rondeur de sa mère et les pointes de son père. Les enfants métisses pourront s’y identifier facilement.

L’album traite aussi du sentiment d’appartenance et du rejet. Fourchon est bien embêté de n’être pas « une seule chose » et les autres ustensiles le lui font bien sentir. Autrement dit, il détonne, comme les enfants noirs grandissant dans des environnements où il n’y a que des blancs, ou comme les personnes chrétiennes qui vivent dans des pays à majorité musulmane, ou comme des hispanophones discutant dans un café où la clientèle est presque exclusivement francophone… Bref, tous ces moments où certaines personnes ne sont pas tout à fait comme les autres. Malheureux, Fourchon se dit qu’il faut choisir: soit être une cuillère, soit être une fourchette, mais pas les deux en même temps. Il fera preuve d’inventivité en portant un chapeau melon pour se donner un air de cuillère, mais les fourchettes le jugent trop rond. Il tentera alors de porter une couronne de papier pour avoir l’air d’une fourchette, mais les cuillères le jugèrent trop pointu. À la lecture de ce passage, on peut se demander pourquoi Fourchon n’a pas choisi de porter le chapeau melon auprès des cuillères et la couronne de papier auprès des fourchettes. Je pense que là n’est pas vraiment la question; être accepté au sein d’un groupe parce qu’on porte un masque n’est pas ce que veut Fourchon. Il veut plutôt être accepté tel qu’il est. Ce passage démontre tout de même comment le rejet s’articule dans la société: être trop noir(e) pour les blancs ou trop blanc(he) pour les noirs, cela c’est bien sûr déjà vu, encore aujourd’hui ! La solution que propose les auteures n’est pas de trouver un groupe d’ustensiles qui ressemblent à Fourchon (car des instruments de cuisine qui ne ressemblent ni à cuillère, ni à des fourchettes, bien sûr qu’il y en a: les couteaux, les baguettes chinoises, le presse-ail, le rouleau à pâtisserie, la théière, le malaxeur, les verres à vins, etc.) Fourchon finira plutôt par trouver sa place dans la cuisine (c’est-à-dire le monde) en réalisant que parfois, on a besoin justement de quelque chose d’un peu plus rond qu’une cuillère, mais d’une peu plus pointu qu’une cuillère…

Les illustrations d’Isabelle Arsenault sont très belles, mais les couleurs choisies sont un peu fades et n’ont pas plu aux enfants à qui j’ai lu ce livre. Aussi, les pages 17-18 où l’on voit une éclaboussure de ce qu’on devine être de la sauce tomate accompagnée de fruits coupés et d’une moitié de poisson ont suscité des réactions négatives auprès d’eux: dégoût, peur, incompréhension. Les plus jeunes ont décroché à partir de ce moment-là, ne comprenant pas que « la chose malpropre » était un bébé, et encore moins pourquoi on le qualifiait de « chose » comme si c’était un objet. Les pages suivantes où la panique s’installe auprès des ustensiles tâchées de sauce rouge évoquent une scène de guerre ensanglantée. Ensuite, la scène où l’on aperçoit l’ombre de « la chose malpropre » effraie, certains enfants ont même pensé que Fourchon était en grave danger et ne comprenaient pas pourquoi il souriait à la fin. La morale de l’histoire est que Fourchon est en réalité parfait tel qu’il est. Bref, la force de l’album est un peu perdue dans la deuxième moitié un peu violente où les illustrations ne parvient pas à toucher le lectorat cible: les enfants.

Bref, aucun personnage noir n’est présent dans cet album jeunesse, même si un deuxième ou troisième niveau de lecture permet d’y voir des personnes métissées. À la toute fin, on découvre que la chose « malpropre » est un bébé blanc. Voilà donc un album au sujet intéressant et traité d’une manière intelligente et inventive, mais dont les illustrations, bien que magnifiques, semblent déplaire à certains enfants.

* Prix jeunesse des libraires du Québec

fourchon 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kyo Maclear & Isabelle Arsenault
Maison d’édition: La pastèque éditeur Bouton acheter petit
Année de publication: 2011
ISBN: 9782923841038
Public cible: 4 à 6 ans
Vous aimerez peut-être: Vous êtes à la recherche d’albums parlant de la différence avec des personnes non humains ? Essayez donc À la ferme… Le mouton un peu différent.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

2

Capitaine Jules et les pirates

capitaine-jules-piratesJules, Léo et Gaspard, trois courageux marins, construisent un galion au bord de la mer… Grâce au pouvoir de leur imagination, ils voyagent à travers le monde, affrontent un bateau ennemi et échappent de peu au naufrage. Voilà une histoire qui nous plonge dans la naïveté et la douceur de l’enfance. Je connaissais bien entendu déjà les auteurs grâce au sublime album « Chasse à l’Ours » que j’adore raconter à l’heure du conte. Capitaine Jules et les pirates, tout comme son prédécesseur, utilise beaucoup les illustrations en noir et blanc et en couleur pour rythmer le récit. Ici, les pages en noir et blanc mettent la table aux fabuleux paysages tout droit sortis de l’imaginaire des trois bambins. Les pages de garde, en noir et blanc, sont magnifique; sur la première, on voit la famille qui descend vers la mer, et sur la dernière, on la voit retourner vers leur voiture, épuisés. Un petit bijou d’album!

Utiliser ce livre en classe

L’album peut être lu à un enfant dès l’âge de quatre ans. Pour les enfants d’âge scolaire qui commencent l’apprentissage de la lecture, cet album offre plusieurs pistes d’exploitation pédagogiques:

  • Développer le vocabulaire autour des bateaux (galion, proue, équipage, coque, bouée, canons, vergue, grand mât, grand-voile, pavillon, navire, etc.)
  • Placer dans l’ordre les péripéties du récit.
  • Faire des inférences (la chemise est la voile, les seaux sont les canons… que va-t-il se passer lorsque le tout sera assemblé?)
  • Valider la compréhension du récit (qui sont véritablement les pirates? Quel est le trésor trouvé par Jules, Léo et Gaspard?)
  • Découvrir l’univers du livre (qui sont les auteurs? Dans quelle collection est publié le livre? Quel est la maison d’édition? Pourquoi certaines pages sont-elles en noir et blanc? Qu’est-ce que les pages de garde et que veulent-elles dire dans cet album?)

Invitez vos élèves à utiliser leur imagination, leur esprit artistique et leur dextérité pour construire eux aussi un bateau à l’aide de matériaux recyclés.

capitaine jules et les pirates 2

Auteurs : Peter Bently & Helen Oxenbury
Maison d’édition: École des Loisirs Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9782211227926
Public cible: À partir de 4 ans

Vous aimerez peut-être: Du même auteur, il y a Pas si vite, Songololo.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook