Histoires pour garçons qui veulent changer le monde : Destins d’hommes géniaux qui ont fait la différence sans tuer de dragons

Histoires pour garçons qui veulent changer le mondeUne fabuleuse collection de 100 portraits d’hommes célèbres ou pas, d’aujourd’hui et d’hier, qui ont décidé de changer le monde en faisant preuve de compassion, de générosité et de confiance en soi.

Quand j’ai d’abord aperçu ce livre sur diverses plateformes de critiques de livres jeunesse, je n’ai pas pu m’empêcher de lever les yeux aux ciel. Je me suis dit: « Ben, voyons. Les garçon mènent déjà le monde. A-t-on besoin d’un livre qui ne parle que de ce que des hommes ont fait alors que leurs histoires sont déjà racontées partout au détriment de femmes qui ont aussi changé le monde, mais qui sont ignorées par l’Histoire ? Quelle pertinence pour un tel ouvrage ? » Mais bon, je me suis promis de le lire avant d’émettre une opinion dessus et de laisser à ce livre la chance de me convaincre de sa raison d’être.

J’ai donc découvert un livre finalement plutôt intéressant où l’on part à la rencontre de dizaines de garçon et d’hommes qui ont défié les stéréotypes de genre, qui ont mené une vie normale, qui ont surmonté leurs craintes, qui ont aidé les autres, qui ont défendu des valeurs de respect et de générosité, ou qui n’ont pas hésité à montrer à la face du monde que les hommes ont bien le droit de se montrer aussi sensibles que courageux. 

Il y a plusieurs hommes noirs dans ce livre, dont le président américain Barack Obama, l’écrivain rastafarien Benjamin Zephaniah, le sportif Dereck Redmond qui s’est blessé lors d’une épreuve olympique mais a tout de même tenu a terminer la course, Don McPherson, Frank Ocean, Frederick Douglass, Neil Degrasse Tyson, Mohamed Ali, Neil Degrass Tyson, le président sud-africain Nelson Mandela, ou encore John Carlos et Tommie Smith qui ont levé le poing lors des jeux olympiques de 1968 pour dénoncer l’inégalité raciale aux États-Unis, etc. Certaines histoires sont moins développées que d’autres mais dans l’ensemble, ce livre donne a voir un panorama de personnes inspirantes et qui ont osé faire les choses différemment. D’ailleurs, le titre anglais me semble plus approprié: « Stories For Boys Who Dare To Be Different », qui pourrait se traduire par « Histoires pour garçons qui osent être différents des autres ». Personnellement, j’aurais opté pour une traduction qui se rapproche davantage du titre original. Déjà, ça m’aurait moins rebuté au départ ! 😉

En quatrième de couverture, il est écrit « Vous ne trouverez ni super-héros ni princesse en détresse dans ce livre ! » Et c’est bien vrai. Tout lecteur de ce livre pourra s’y reconnaître et réalisera qu’avoir des supers pouvoirs ne sont pas nécessaires pour être une « super » personne !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Ben Brooks & Quinton Winter
Maison d’édition: Mazarine Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782863744970
Lectorat cible: À partir de 11 ans
Vous aimerez peut-être On n’est pas des super-héros, un livre féministe qui parle aux garçons.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict logo facebook

Publicités

Haïti : La perle nue

DécHaïti perle nue mémoire d'encrier.jpgouvrir un pays, comprendre les enjeux environnementaux, c’est saisir le lien entre la terre et les hommes. Haïti, pays à l’avenir balbutiant, mélange de tradition et d’incertitude, est une terre façonnée par des siècles d’histoire douloureuse. À travers l’exemple d’Haïti, cet ouvrage nous incite à une prise de conscience du rôle primordial de l’écologie aujourd’hui pour le monde de nos enfants demain.

J’ai emprunté ce livre dans une bibliothèque municipale. On ne trouve pas beaucoup de documentaires sur Haïti destiné aux enfants présentement sur le marché. Haïti : Perle nue offre beaucoup d’informations sur cette île des Caraïbes dans un documentaire richement illustré et entrecoupé de contes traditionnels. Le livre est divisé en cinq chapitres, en plus d’un avant propos, d’un glossaire et d’annexes pour en savoir plus : 1. Un environnement modelé par l’histoire; 2. Le bois et l’arbre; 3. L’eau douce et l’eau salée; 4. La faune et la flore; 5. De la campagne à la ville.

Le premier chapitre s’intéresse à l’île avant l’arrivée de Christophe Colomb, l’introduction de l’esclavage, la fin des Arawaks, la colonie française et l’indépendance d’Haïti. Le deuxième chapitre explique comment les forêts ont disparu du pays, les conséquences de la déforestation et les manières dont le bois est utilisé pour produire de l’électricité, pour créer une source de revenu pour les paysans et pour confectionner des œuvres d’art. Les troisième et quatrième chapitres survolent les ressources naturelle, la pénurie d’eau potable et les écosystèmes haïtiens. Enfin, le dernier chapitre aborde la question de la pollution, de la pauvreté et de l’urbanité en Haïti.

On retrouve également cinq contes haïtiens dans ce livre: « Dife Flanbo et Loraj Kale », « L’oranger magique » (un conte très populaire déjà publié aux Éditions 400 coups),  » « L’île de la Gonâve », « L’oiseau aux ailes bleues » et « Malice et les tambours du roi (Bouki et Malice sont également des personnages très populaires du folklore haïtien). Plusieurs mots ou expressions créoles ponctuent les contes. Même si les sections documentaires sont accompagnées de nombreuses photographies, les contes ne sont agrémentés que d’une ou deux vignettes.

Le livre se termine par une liste des dates importantes, ce qui est très utile pour se repérer dans le temps et connaître les événements marquants de l’histoire d’Haïti. Toutefois, les annexes sont de trop à mon avis car toute l’information qu’on y retrouve aurait pu être ajoutée à l’un ou l’autre des chapitres du livre. De plus, la typographie de cette section est très petite comparée à celle utilisée dans les chapitres; ce qui rend la mise en page très dense et quelque peu rédhibitoire. Parlant de mise en page, j’ai aimé que les photos soient accompagnées d’une légende explicative, parfois assez longue. Par contre, ces dernières coupent parfois un paragraphe en plein milieu d’une phrase et minent la fluidité de la lecture. On s’y retrouve tout de même, mais le va-et-vient entre deux pages est parfois un peu agaçant.

Cela étant dit, les jeunes qui liront ce livre en apprendront énormément sur Haïti: non seulement son histoire, mais aussi les raisons qui expliquent pourquoi le pays est aujourd’hui si pauvre et désorganisé. J’aurais aimé une petite section sur les écarts de richesse et l’absence d’une classe moyenne; cela aura été très intéressant. J’ai trouvé le ton utilisé parfois mal adapté aux enfants (mots difficiles, tournures du phrases trop littéraires, ou encore explications trop vagues ou compliquées). Les préados pourraient avoir un peu de mal à tout comprendre.

Les éditions Mémoire d’encrier nous offre malgré tout un livre documentaire très complet, nuancé et passionnant ! Plaira aussi aux adultes !

Mimi Barthélémy est une auteure, conteuse et metteuse en scène haïtienne
(1939-2013).

mimi bar

Auteur(s) / illustrateur(s) : Gérard Barthélémy & Mimi Barthélémy
Maison d’édition: Mémoire d’encrier / Vents d’ailleurs Bouton acheter petit
Année de publication: 2010
ISBN: 9782923713311 / 9782911412714
Public cible: 8 à 12 ans
Vous aimerez peut-être: Raconte Bouqui et Malice.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Princes des fatras

princes des fatrasSur l’île d’Haïti, la bande de Jeanjean, Cliff, James, Will et Flam grandit dans le quartier défavorisé de Cité Soleil. Pour contrer la pauvreté et l’ennui, ils ont trouvé une parade : le foot ! Un jour, M. BoB leur ouvre les portes de son club et la perspective de grands défis.Une bouleversante histoire d’amitié et une belle leçon d’humanité, alors qu’Haïti, frappé par un terrible tremblement de terre, étouffe sous l’accumulation des déchets, les fatras.

Le mystère entourant le personnage principal m’a intrigué dès les premières pages. On s’adresse directement au lecteur à la deuxième personne du pluriel, mais on en sait bien peut sur celui ou celle qui nous raconte l’histoire. Ce n’est qu’à la 87ème page qu’on nous révèle qu’il s’agit d’une fille, Gina. 87 pages où à aucun moment le genre de la narratrice n’a été révélé, perçu ou même supposé, malgré sa présence dans les illustrations. Un tour de force littéraire qui m’a grandement plu ! Lorsque Gina se révèle à nous, on découvre une jeune fille intelligente, sportive, pleine d’idées et ayant un esprit entrepreneuriat assez prononcé malgré ses 11 ans.

L’auteur, d’origine française, nous fait voyager dans Cité Soleil, une ville haïtienne délaissée, comme si nous y étions. Malgré la pauvreté, la violence et la malpropreté de la ville, on aperçoit à la lecture de ce roman une Haïti belle, fière, pleine de potentiel et culturellement riche. On nous fait découvrir le classique « Gouverneurs de la Rosée » du grand écrivain haïtien Jacques Roumain et la créativité des haïtiens. Le ton est juste, sans condescendance et sans prendre les haïtiens en pitié. Un roman captivant qui plaira aux enfants comme aux adultes ! À noter que certains mots créole ne sont pas traduits, mais ne minent pas la compréhension du texte. À lire au plus vite !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jean Claverie & Jean-Yves Loudes
Maison d’édition : Belin Éditeur
Année de publication : 2015
ISBN : 9782701193755
Public cible : 10 ans et plus

Vous aimerez peut-être: Jean Claverie a également écrit Mon frère et moi, un album surprenant. Jean-Yves Loudes a, quant à lui, publié La sanza de Bama.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

I have a dream : 52 icônes noires qui ont marqué l’histoire

52 icônes noires qui ont marqué l'histoirePartez à la rencontre de 52 icônes noires d’hier et d’aujourd’hui qui ont marqué le cours de l’histoire! Découvrez le parcours exceptionnel et parfois insoupçonné de grands meneurs et de militants comme Nelson Mandela et Michelle Obama, d’artistes réputés comme Beyoncé et Alexandre Dumas, de sportifs épatants comme Muhammad Ali et Usain Bolt et de scientifiques brillants comme Katherine Johnson. Leurs rêves et leur lutte pour l’avancement des droits des Noirs vous feront traverser les frontières, le temps et même l’espace! Ce livre encourage la prochaine génération à poursuivre ses propres rêves… quels qu’ils soient !

Ce livre est une lettre d’amour. Il débute par un mot des auteures où elles expliquent les raisons qui les ont poussées à écrire ce livre. L’illustratrice a travaillé sur cet ouvrage alors qu’elle était enceinte et cette expérience a cristallisé à ses yeux l’importance des livres mettant en avant des personnages auxquels sont petit garçon ressemblera. Les enjeux entourant la représentation dans les livres que nous lisons et les médias que nous consommons sont au coeur de la démarche des auteures:

Tous les enfants méritent de se voir représentés de façon positive dans les histoires. Voilà pourquoi nous mettons en avant le talent, les actions et les combats menés par les Noirs du monde entier, en nous adressant à des lecteurs de tous horizons. (p.3)

En tout, ce sont 60 personnalités qui sont présentées, dont Ava Duvernay, le couple Obama, Chimamanda Ngozi Adichie, Alexandre Dumas, Steve McQueen, George Washington Carver, Jessie Owens, Kofi Annan, Simone Biles, Malorie Blackman  et les soeurs William. Si des représentants du Nigéria, de l’Australie, du Royaume-Uni, de la Somalie, de Trinité-et-Tobago, de la France, de la Jamaïque, de l’Afrique du Sud, du Kenya et du Brésil ont une place dans ce livre, ce sont surtout des américains que l’on découvre. Au nombre de 33, ces derniers occupent plus de la moitié du contenu du livre. J’aurais aimé plus découvrir davantage de personnes venant d’ailleurs (par exemple, pour le Canada, Michaëlle Jean ou Viola Desmond !) Toutefois, le choix des personnalités est excellente et chacun y a sa place.

On retrouve à la fin du livre une galerie de talents où des photographies de chaque individu nous renvoie à la page où on peut lire sa biographie. Les illustrations aux couleurs éclatantes sont magnifiques et inspirantes. Fortement recommandé !

Coup de coeur !

Un livre pour souligner le mois de l’histoire des Noirs.

Jamia Wilson est une auteure américaine.

jamia wilson

Andrea Pippins vit à Stockholm.

andrea pippins

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jamia Wilson & Andrea Pippins
Maison d’édition: Petit homme Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782897541439
Public cible: À partir de 10 ans.
Vous aimerez peut-être: Pour en savoir plus sur l’explorateur Matthew Henson, lisez Vers les mers glacées du nord. Pour en savoir plus sur l’aviatrive Bessie Coleman, lisez Talkin’ about Bessie : The story of aviator Elizabeth Coleman. Pour en savoir plus sur Jean-Michel Basquiat, lisez L’enfant radieux. Pour en savoir plus sur Josephine Baker, lisez Josephine. Pour en connaître plus sur Wangari Maathai, lisez Mama Miti la mère des arbres.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Mes p’tits contes en créole (Éditions Auzou)

Avec cette collection bilingue, les enfants découvrent les contes qui vont les accompagner tout au long de leur vie. Les contes sont exclusivement en créole guadeloupéen et accompagnés d’illustrations colorées. On retrouve toutefois une version bilingue créole – français à la fin, plus condensée et ayant moins d’images. Un lexique (bilingue aussi) donne aussi la définition des mots plus difficiles. La mise en page est réussie et la reliure, solide. 

pouki nou ni on kannal an do an-nouTitre : Pouki nou ni on kannal an do an-nou
Auteur(s) / Illustrateur(s) 
: Jane Etienne & Marcela Calderon
Maison d’édition Éditions Auzou
Année de publication : 2017
ISBN : 9782733855041
Lectorat cible : À partir de 3 ans
Résumé : Petit Jean veut se marier avec la fille du Diable, mais ce dernier ne l’entend pas ainsi. Il demande alors à Petit Jean d’accomplir des épreuves difficiles pour obtenir la main de sa fille. Cette aventure laissera pour toujours une trace dans le dos du valeureux Petit Jean.

 

sétout cétouteTitre : Sétout
Auteur(s) / Illustrateur(s) : Jane Etienne & Louise Forshaw
Maison d’édition Éditions Auzou
Année de publication : 2017
ISBN : 9782733855034
Lectorat cible : À partir de 3 ans
Résumé : Cétout vit avec sa marraine et plein d’autres enfants. Mais un jour, il découvre que sa marraine est en fait la Diablesse. Il va alors faire preuve de courage et d’inventitié pour sauver tous ses compagnons, tout en comptant sur son fidèle ami le requin.

 

Il est tout à fait fantastique de pouvoir lire de livres jeunesse de cette qualité en créole. Non seulement les enfants pourront lire dans leur langue maternelle, mais ils découvriront aussi des contes issus des Antilles. Si le loup est un personnage central au bestiaire de la littérature jeunesse d’origine européenne, c’est plutôt le Diable qui joue le même rôle dans les contes antillais. Effroyable, méchant, stupide ou malhonnête, le Diable est une figure récurrente de la littérature jeunesse créole et a nourri depuis des siècles l’imaginaire de plusieurs peuples.

Dès l’âge de trois ans, n’hésitez pas à faire la lecture de ses livres à vos tout-petits. Puis, ils pourront les lire de manière autonome lorsqu’ils entreront à l’école. Les lecteurs autonomes y trouveront aussi leur compte ! D’ailleurs, de nombreux autres titres existent dans la collection « Mes p’tits contes en créole ». Fortement recommandé ! 🙂

 

Je remercie les éditions Auzou de m’avoir offert ces livres.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

[DÉCOUVERTE] Magazine Ti Racoonteur

ti racoonteur 3

Le magazine Ti Racoonteur a vu le jour en Guadeloupe.  Au travers de ses histoires, jeux et anecdotes, Ti racoonteur transmet l’importance des valeurs familiales et invite votre enfant à découvrir son environnement proche pour mieux le respecter. On retrouve dans chaque numéro trois personnages principaux (Jude, Mesmin et Dania, 3 ans) et leur famille. Ensemble, ils invitent le lecteur à partir à la découverte des îles tropicales. Les personnages humanisés sont magnifiquement illustrés et attachants. Petit bémol: j’aurais par contre aimé plus de diversité capillaire pour la petite famille de raton laveur (tous ont les cheveux lisses blonds, roux ou bruns). Cela dit, le design des personnages est réussi !

Chaque numéro est constitué de plusieurs sections amusantes dont une grande histoire, des jeux et des activités. Par exemple, dans le numéro d’octobre 2018, on apprend à faire pousser un ananas à la maison et on découvre un paysage propre aux Antilles: les cascades ! Les jeux de qualité aideront votre enfant à développer son sens de l’observation, à faire des déductions, à reconnaître et tracer les lettres de l’alphabet et les chiffres et à former des associations logiques.

Au delà du magazine, Ti Racoonteur, c’est aussi un site web complémentaire où l’on retrouve une foule d’information (dont les modalités d’abonnement!), une page Facebook où se réuni toute une communauté, ainsi que diverses animations qui se déroulent en Guadeloupe et en Martinique. L’équipe de Ti Racoonteur est formée de professionnels passionnés d’animations en tout genre et souhaite vous faire passer de bons moments en famille ! Une belle découverte. Pour s’abonner, c’est ici !

Je remercie l’équipe de Ti Racoonteur de m’avoir offert un exemplaire de ce magazine.

Créateurs : Karine Cécé, Marveen Kawamura, Véronique Séguin-Cadiche
Périodicité: 10 numéros par an.
Pays d’origine: France (Guadeloupe).
Public cible: 2 à 6 ans.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook

Les bananes

Je sais ce que je mange les bananesCrue, en gâteau ou purée, la banane se décline à volonté. Une fois dévorée, elle nous donne pleine d’énergie ! Mais avoir la banane, ça se mérite. Avant d’arriver dans nos assiettes, elle a fait un long voyage…

Publié dans la collection « Je sais ce que je mange », ce livre regorge d’informations sur la banane. Saviez-vous, par exemple, que la banane à l’état sauvage contient de nombreux et minuscules pépins, qu’il s’agit du fruit le plus consommé dans le monde, que le bananier n’est pas un arbre, mais bien une herbe géante qui pousse extrêmement rapidement et qu’il existe 1 500 variétés de bananes ?

Point positif: on aborde aussi les dangers de la culture intensive de la banane Cavendish et des insecticides. On mentionne aussi les ravages de l’utilisation intensive de pesticides notamment en Guadeloupe ou à la Martinique où une partie de la surface agricole a été contaminée.

Dans le texte, on fait notamment référence à Josephine Baker, même s’il ne s’agit pas d’une personnage récurrent. Plutôt, on suit une petite fille noire et un garçon blanc dans diverses scènes de la vie quotidienne avec des bananes.

À la fin du livre, on retrouve une variété de faits divers sur la banane dans de courts paragraphe à la typographie cursive. Les enfants pourront ainsi pratiquer leur lecture en lettres attachées ! Bref, ce livre est très informatif et offre une représentation des personnages noirs qui est normalisée. À noter que le point de vue est Français (on aborde les îles françaises mais pas vraiment les autres, on parle de l’Union Européenne mais pas de l’Amérique). Ce livre est aussi bien adapté à une exploitation en milieu scolaire !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Anne-Claire Lévêque & Nicolas Gouny
Maison d’édition: Les éditions du RicochetBouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782352632306
Public cible:  8 à 12 ans.
Vous aimerez peut-être: Les fruits du soleil, écrit par Dominique Mwankumi.

SUIVEZ MISTIKRAK! SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

logo livreaddict  logo facebook