Moi aussi je suis triste

Moi aussi je suis tristeAs-tu déjà perdu ton jouet préféré ? Serais-tu triste sans ton animal familier ? Comment te sentirais-tu ? Tes yeux se rempliraient-ils de larmes ? L’histoire d’Omar et de Chloé t’apprendra comment on peut réagir quand on est triste. La collection Moi aussi, je… aide les enfants à comprendre ce qu’ils ressentent et, ainsi, à vivre plus sereinement de nouvelles émotions et de nouvelles expériences.

Les histoires de Chloé et d’Omar sont distinctes; il s’agit de deux cas de figure où un enfant s’est senti triste. Alors que Chloé a perdu son jouet préféré, Omar est contraint de se départir de son chat car sa mère en est devenue allergique.

Féminine et sociable, Chloé est une petite fille noire au teint foncé. Malheureuse de ne pas pouvoir apporter son jouet à l’école comme à l’habitude, Chloé est consolée par sa mère et se confie à ses amis dans la cour de récréation. Sept pages sont consacrées à son histoire dans cet album qui en contient 24. En plus de l’histoire d’Omar, on retrouve une section « Se sentir mieux » qui explique comment les deux personnages principaux sont parvenus à surmonter leur tristesse. On retrouve également en fin d’album un glossaire ainsi que des trucs et astuces pour aller plus loin où l’éditeur suggère des activités à faire avec les enfants pour les aider à comprendre le sentiment de tristesse et à explorer ensemble cette émotion à partir de l’histoire. Dans ce livre, Chloé n’a pas plus ni moins d’importance qu’Omar. Elle vit une situation du quotidien à laquelle plusieurs enfants pourront s’identifier. Elle est noire, oui, mais au fond, elle aurait pu ne pas l’être et cela n’aurait rien changé au récit. Ce genre de représentation est extrêmement positif : le personnage noir n’est ni exotique, ni représentatif de toute une population. Son existence n’est pas justifiée par la présence de difficultés raciales ou par la réduction de sa raison d’être à sa différence par rapport aux personnages blancs, comme c’est souvent le cas en littérature jeunesse. En fait, sa couleur de peau n’a absolument rien à voir avec ce qui lui arrive. Cela normalise sa présence en tant que personnage racisé dans un livre pour enfant. Bravo !

moi aussi je suis triste 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Moira Butterfield & Holly Sterling
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9781443152747
Public cible: 4 à 8 ans.

Vous aimerez peut-être: L’anniversaire de la princesse Arabella, un livre pour enfants avec pour personnage principal une fille noire au teint foncé.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

Prince Cradoc au royaume du chic

Prince Cradoc au royaume du chicLe prince Cradoc a beau être un prince, il n’en est pas moins extrêmement ringard, à l’image de son royaume, Craspec. Qu’elle n’est donc sa surprise quand il reçoit une invitation pour le bal du royaume du Chic voisin ! L’événement le plus couru de l’année où se montrent les nobles les plus élégants ! Cradoc en est certain : on ne l’a invité que pour se moquer de lui. Et… c’est exactement ce qui se produit. Mais quand Cradoc rencontre Francesca, princesse des Chics, il tient peut-être sa revanche. Car Francesca a beau être l’héritière du royaume le plus chic, elle est surtout un rat de bibliothèque qui aime passer ses journées en pyjama. Au grand dam de son père… Et ensemble, ces deux ringards-là pourrait bien avoir une jolie leçon de style à nous donner !

La totalité de ce roman qui se lit comme un conte est écrit en Alexandrin ! Ce tour de force donne lieu à une lecture, ma foi, plutôt agréable et drôle car le ton plutôt sérieux et protocolaire jure avec le propos plus léger, loufoque et farfelu. J’ai trouvé cette dichotomie tout à fait savoureuse ! De plus, le narrateur brise fréquemment le quatrième mur en s’adressant directement au lecteur. La typographie est variée et éclatée; les enfants dyslexiques auront du mal, les autres pourraient apprécier davantage.

Le père de Franscesca souhaite influencer sa fille, mordue de lecture et préférant son pyjama aux jolies robes, à être plus coquette. Ce ne sera pas chose facile car Franscesca a une forte tête ! On assistera alors à un clash des générations qui permettra du même coup à Franscesca de s’émanciper. Lorsque son père rencontrera le royaume des Cradoc, il sera bien obligé de constater que sa manière de vivre et celle qu’il souhaite imposer à sa progéniture, n’est pas universelle.

Cela étant dit, j’ai été dérangée par le fait que les dreadlocks soient non seulement perçus négativement, mais aussi considérés dans ce livre comme étant indicateurs de malpropreté:

« Sans oublier son bouc, ses tuniques frivoles,

Et pendues à ses lobes deux rangées de créoles.

Ses dreadlocks à l’aspect de vieille serpillère

Étaient enturbannées. Et piquées de primevères! » (p.24)

N’aurait-il pas suffit de mentionner que ses cheveux étaient emmêlés et sales, sans associer ses adjectifs aux dreadlocks ? Ce genre de représentation renforce les stéréotypes négatifs sur les dreadlocks qui, comme toute coiffure, ne sons pas plus sales que les autres lorsque bien entretenus. Ugh.

Auteur(s) / illustrateur(s) : Robert Paul Weston
Maison d’édition: Seuil Jeunesse Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9791023509144
Public cible: À partir de 12 ans

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

 

On est pas des super-héros / On n’est pas des poupées / Ni poupées ni super-héros

On n'est pas des super-hérosOn n’est pas des super-héros

Un album sur les stéréotypes sexistes où des garçons racontent entre autres qu’ils n’aiment pas se battre, aiment les câlins et sont admiratifs devant l’intelligence des filles.

Ce livre est une pépite d’or. C’est le livre tout désigné pour parler du sexisme auprès des enfants en s’adaptant à leur ton, leur vision du monde, leurs préoccupations. J’ai aimé qu’on s’adresse aux garçons, car il est faux de penser que le féminisme ne concerne que les femmes. Des personnages de toutes origines sont présent dans ce livre, dont un garçon noir. Le livre aborde un féminisme plutôt occidental, mais ne prétend pas non plus être universel dans les enjeux qu’il aborde. En fin d’album, une petite présentation du féminisme d’hier à aujourd’hui, avec un focus très français (d’ailleurs on n’a inclut que des hommes blancs dans les courtes présentations biographiques: Nicolas de Condorcet, Victor Hugo, Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Auguste Bebel, Friedrich Engels, François Poullain de la Barre, Michel Montaigne).

On n’est pas des poupées

On n'est pas des poupéesOn n’est pas des poupées s’attaque de manière frontale aux stéréotypes de genre, sans périphrases ni métaphores mais avec beaucoup d’humour, de tendresse et de fantaisie ! On n’y trouve pas de clichés, mais des clins d’œil au mouvement féministe, et des petites filles pétillantes qui, au fil des pages, fournissent aux jeunes lecteurs et lectrices des outils pour être soi-même, et non pas ce que les autres voudraient que l’on soit.

J’ai noté la présence de plusieurs personnalités connues dans ce livre, dont Angela Davis qu’on reconnait sur le chandail d’une fille qui a grimpé dans un arbre. Ce livre inclu lui aussi une courte présentation biographique de quelques figures féministes: Olympe de Gouges, Georges Sand, Louise Michel, Rosa Luxemburg, Virginia Woolf, Rosie la riveteuse, Simone de Beauvoir. Très bien fait, ce livre jeunesse rappelle aux filles qu’elles doivent être libres d’être ce qu’elles sont et de ne pas s’enfermer dans des stéréotypes.

Ni poupées ni super-héros

Ni poupées ni super-hérosParce qu’il n’est jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes Pour que filles et garçons puissent, ensemble, construire un monde antisexiste et égalitaire, On n’est pas des poupées et On n’est pas des super-héros, déjà parus dans cette collection, sont maintenant réunis en un seul livre. Ni poupées ni super-héros, en avant les super-égaux !

Après la lecture de On est pas des super-héros, puis de On n’est pas des poupées, j’ai trouvé dommage la séparation du lectorat: l’un vise les garçons et l’autre, les filles, un peu comme les collections de livres commercialisés pour un genre uniquement. Cette séparation m’a toujours dérangée car il oblige les enfants à choisir entre dragons et princesses, super-héros et animaux, licornes et voitures en fonction de leur genre. Dans Ni poupées ni super-héros, on retrouve une sélection de quelques-unes des pages des deux autres livres de la série, ce qui m’a beaucoup plu. Même si les deux autres livres ont aussi leur utilité, Ni poupées ni super-héros comble le besoin d’un livre jeunesse antisexiste que garçons et filles pourront consulter ensemble. Petit bémol: Ce livre n’ajoute aucun nouveau contenu aux précédents, dommage ! Très bon quand même ! Dans chacun des livres, on retrouve des enfants noirs ou racisés.

Donc au final, on achète lequel puisque le contenu est quasiment le même ? Achetez donc les trois. Ça vaut la peine !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Beauvois, Delphine & Claire Cantais
Maison d’édition: La ville brûle Bouton acheter petit
Année de publication: 2014 / 2013 / 2015
ISBN: 9782360120482  / 9782360120369  / 9782360120666
Public cible: À partir de 10 ans
Vous aimerez peut-être: Histoires du soir pour filles rebelles, 100 destins de femmes extraordinaires.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Harriet et la Terre promise

Harriet et la terre promise Jacob LawrenceVoici l’histoire d’Harriet Tubman, née esclave dans le Maryland vers 1820, et de son échappée héroïque vers le Nord et la liberté. Au risque de sa vie, elle est revenue dix-neuf fois pour mener plus de trois cents des siens jusqu’à la « Terre promise ».

Ce livre est une œuvre d’art. Jacob Lawrence l’a conçu en 1968 et l’a dédié aux femmes courageuses d’Amérique, et des 17 peintures originales, 2 ont disparu (« Slave at Work » et « The North Star »). Laissez-moi vous dire que cet album sublime plaira aussi aux adultes (après tout, le travail de Jacob Lawrence a été exposé au Philips Memorial Gallery, la Downton Gallery à New York et le Moma, et a été consacré comme artiste le plus prometteur des États-Unis. Il a d’ailleurs été honoré à plusieurs reprises, notamment par le National Institute of Arts and Letters. Son travail, son « cubisme dynamique » met en image la vie et l’histoire de la communauté afro-américaine, et le courage d’Harriet Tubman.

En lisant ce livre, prenez le temps d’observer longuement les peintures de l’auteur. Regardez les couleurs, admirez les techniques utilisées, réfléchissez à ce qu’elle représente et à la manière dont l’art transmet des messages. Interrogez-vous sur la place de l’art comme technique de lutte. Informez-vous sur le contexte d’où sont issues ses œuvres. Apprenez à connaître l’héritage de Jacob Lawrence (on retrouve à la fin de ce livre un texte d’introduction de l’auteur, ainsi qu’une biographie, ce qui est un bon départ). Mais creusez. Découvrez. Puis écrivez-moi pour qu’on en discute plus longuement. Un incontournable.

Coup de cœur !

* Le travail de Lawrence a été honoré par le National Institute of Arts and Letters.

Jacob Lawrence est un peintre et auteur noir américain.

Jacob Lawrence

Je remercie Ypsilone Éditeur de m’avoir offert ce livre. 

Auteur(s) / illustrateur(s) : Jacob Lawrence
Maison d’édition: Ypsilone Éditeur Bouton acheter petit
Année de publication: 2018
ISBN: 9782356540799
Public cible: À partir de 9 ans
Vous aimerez peut-être: Jean-Michel Basquiat: L’enfant radieux.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Le carnaval de Malaika

le carnaval de malaikaMalaika est heureuse de retrouver sa mère, même si cela signifie qu’elle doit déménager au Canada où tout est différent. Il y fait froid, les gens ont un fort accent et le Carnaval de Québec ne ressemble en rien à celui que Malaika aimait tant aux Caraïbes! L’adaptation à son nouvel environnement et à sa nouvelle famille risque d’être difficile…

Ce sont d’abord les illustrations qui m’ont charmée dans cet album à couverture souple. Faites de collages, elles sont dynamiques et vibrantes. La qualité de la mise en page est conforme à ce que nous a habitué les éditions Scholastic, et je n’ai pas été déçue !

Le récit est touchant, difficile parfois, et échappe à une interprétation unique. Bien qu’on devine que Malaika vient des Caraïbes, son pays d’origine est gardé secret. On ignore comment sa mère et son nouveau conjoint se sont rencontrés ni depuis combien de temps dure leur relation. Leur mariage arrive comme un cheveu sur la soupe et nous laisse perplexe, comme le perçoit Malaika de son regard d’enfant: Qui es cet homme ? Pouquoi partir ? Pourquoi une nouvelle famille ? Pourquoi un nouveau pays ? Tous ces non-dits ouvrent la porte aux interprétations et aux discussions avec les lecteurs. Cela rend également facile l’identification au personnage. En effet, même un enfant dont les parents sont séparés et qui doit vivre dans une famille reconstituée pourrait se reconnaître en Malaika même s’il ne partage pas l’expérience de l’immigration.

Le point de vue de la narratrice, tout à fait original, fait également en sorte que les personnages blancs soient perçus comme étrangers. Malaika ne connaît pas le Canada, et encore moins le Québec. Et, si elle parle français, l’accent québécois lui pose parfois quelques problèmes de compréhension ! Le Carnaval, elle connait, bien sûr, mais celui de la ville de Québec n’a rien à voir avec celui de son pays. Malgré tout, Malaika surmonte les difficultés et parvient à s’adapter à son nouvel environnement. Le dénouement est positif. Un très bel album !

le carnaval de malaika 2

Auteur(s) / illustrateur(s) : Nadia L. Hohn & Irene Luxbacher
Maison d’édition: Scholastic Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9781443164962
Public cible: 8 à 11 ans
Vous aimerez peut-être: D’un monde à l’autre ou encore Yozakura, fille du cerisier, deux albums jeunesse sur le thème de l’adoption.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Les vacances de Léa

Les vacances de Léa Belin éducationDans le train qui l’emmène en vacances, Léa fait de drôles de rencontres. Quelle aventure de croiser sur sa route des animaux sauvages et des samouraïs japonais ! Entre rêve et réalité, la petite fille va voyager de surprise en surprise.

Testé par des enseignants et des orthophonistes, Les vacances de Léa est publié chez Belin dans la collection Colibri. Cette collection est spécialement conçue pour les enfants dyslexiques et dysorthographiques avec 4 niveaux progressifs de difficulté du graphème, la longueur de l’histoire et la richesse du vocabulaire. Ce livre inclus deux histoires : Panique dans le train, ainsi que Mamie Kimono, chacune étudiant un graphème différent (QUE dans la première, et O dans la deuxième). Pour faciliter la lecture du texte, une grande attention a été portée à la lisibilité de la typographie, à l’espacement des lettres, des mots et des lignes. Tout dans ce livre est pensé afin d’aider les enfants ayant des difficultés en lecture: il y à même des activités d’échauffement permettant de s’entrainer à lire le graphème pour préparer la lecture.

Léa a le teint brun, tout comme ses parents et sa grand-mère. Elle sait faire face aux imprévus et on peut compter sur elle pour sauver une situation. Ses histoires sont loufoques et j’espère que la maison d’édition nous offrira de nouvelles aventures avec elle !

Auteur(s) / illustrateur(s) : René Gouichoux & Thérèse Bonté
Maison d’édition: Belin
Année de publication: 2017
ISBN: 9782410005677
Public cible: À partir de 8 ans
Vous aimerez peut-être: Alerte aux poux! La maîtresse se gratte!, un petit livre pour commencer à lire.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Toc toc toc, Papa, où es-tu ?

Toc toc toc, papa où es-tuChaque matin, je joue au même jeu avec mon père. TOC, TOC, TOC, il frappe à ma porte, je fais semblant de dormir, jusqu’à lui sauter dans les bras. Mais, un matin. Silence. Papa n’est plus là… Une histoire vraie, un album poignant sur l’absence du père salué par le New York Times.

Je dois absolument débuter cette critique en soulignant la qualité des illustrations de Bryan Collier. Faites de photographies, de collages et d’aquarelles hyper-réalistes, elles témoignent d’un minutieux  travail d’artiste. Tout s’emboîte parfaitement et les techniques mixtes se côtoient comme si elles étaient faites pour être ensemble tout en soutenant habilement le texte. Celle que je préfère, c’est celle où on voit une peinture du jeune garçon devant un miroir où son visage photographié est reflété dans un cadre en bois. Le texte, puissant, ira chercher auprès du lecteur quelques larmes par l’authenticité des émotions véhiculées. L’amour, l’attente, la déception, le manque, l’absence, le vide, l’oubli, l’incompréhension, la perte. En épilogue, l’auteur Daniel Beaty raconte comment la visite de son père en prison a été traumatisante pour lui et comment son absence a créé un énorme vide dans sa vie. L’illustrateur, qui a été touché par le texte de Beaty lorsqu’il l’a entendu sur scène, explique son processus artistique. Cet album fabuleux est à mettre entre toutes les mains.

* Salué par le New York Times.

* Prix Coretta Scott King 2014.

Coup de cœur !

Daniel Beaty est un auteur noir américain.

Daniel Beaty

Bryan Collier est un illustrateur noir américain. 

Bryan Collier

Auteur(s) / illustrateur(s) : Bryan Collier & Daniel Beaty
Maison d’édition: Little Urban Bouton acheter petit
Année de publication: 2016
ISBN: 9782374080123
Public cible: 8 à 12 ans.
Vous aimerez peut-être: Antoinette, aussi illustré par un auteur noir américain.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook