Tout un monde sous l’eau

SuTout un monde sous l'eaur l’eau je glisse, je me faufile à travers les nénuphars et les roseaux. Ma maman me fait découvrir le monde invisible des animaux qui vivent sous l’eau, les petits poissons et les écrevisses, les tortues et les grenouilles. Je suis émerveillé de découvrir ce monde mystérieux qui se cache, au fond de l’étang. Veux-tu me suivre à la découverte des animaux qui vivent sous l’eau ?

Le long format vertical de cet album se prête merveilleusement bien au propos; tantôt il évoque le niveau de l’eau, tantôt il montre en contre-plongée les profondeurs des mers. Ce va-et-vient entre la surface de l’étang et ce qui se passe sous l’eau donne place à des spectacles splendides, comme des castors qui plongent pour arracher de délicieuses racines, un héron qui chasse le poisson en plongeant soudainement sa tête sous l’eau, un pic qui picosse un pin s’élevant près de la berge, une loutre qui pêche des moules d’eau douce avec ses griffes, des têtard qui sont entrain de se transformer en grenouilles, ou encore une libellule fatiguée venue se poser sur le genou du garçon pour se reposer. Les deux personnages de l’histoire sont une mère et son fils, partis naviguer ensemble dans un petit canoë pour y découvrir ce qui vit sous l’étang. Le fait qu’ils soient noirs ne change rien à l’histoire. J’ai également aimé le fait que ce soit la mère qui accompagne son fils, déconstruisant du même coup de stéréotype que la science est une affaire d’hommes. Avec eux, on s’émerveille de la beauté de la nature, de l’équilibre de l’écosystème et on prend conscience de la nécessité de le respecter et de le protéger. Car la mère et son fils ne pêchent pas; ils rament et observent, sans déranger la nature.

À la fin de l’album, on retrouve une note de l’auteure qui nous explique ce que sont les étangs et les plants d’eau, ainsi que les animaux qui y habitent. elle nous parle d’écosystème, de producteurs (comme le planctons qui crée sa propre nourriture en utilisant la lumière du soleil, l’eau, le dioxyde de carbone et des nutriments), les herbivores (comme les poissons et les oiseaux), les carnivores (comme les hérons et les ratons laveurs), les décomposeurs (comme les bactéries et les champignons). Elle nous explique aussi comment les écosystèmes sont menacés par la pollution ou la détérioration de l’environnement, et nous présente en 5 pages documentaires chacun des animaux rencontrés dans l’histoire. Ce livre jeunesse est vraiment, vraiment excellent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Coup de cœur !

Auteur(s) / illustrateur(s) : Kate Messner & Christopher Silas Neal
Maison d’édition: Gründ Bouton acheter petit
Année de publication: 2017
ISBN: 9782324019524
Public cible:  7 à 12 ans.
Vous aimerez peut-être: Chez le même éditeur, il y a J’ai une petite sœur !.

Suivez Mistikrak! sur les réseaux sociaux

logo livreaddict  logo facebook

Publicités

9 réflexions sur “Tout un monde sous l’eau

  1. lespagesdesam dit :

    Découverte totale pour moi. Je suis complètement sous le charme de cet album que tu présentes. Je l’offrirai à mon neveu, qui est parfaitement dans la tranche d’âge 7-12 ans 😊
    Tu crois que tu pourrais nous mettre un petit aperçu des illustrations du livre ?

    Aimé par 1 personne

  2. altahine dit :

    Il a l’air magnifique cet album, hop, sur ma liste d’envies pour quand mes enfants seront un tout petit peu plus grands (quoique… presque 5 ans et un garçon à l’imagination débordante qui aime les documentaires, ça devrait le faire…) Merci pour cette présentation.

    Aimé par 1 personne

    • Mistikrak dit :

      Bonjour Altahine ! Avec accompagnement, je pense que ce livre pourrait être exploré à partir de 5 ans auprès d’un enfant qui a été éveillé à la lecture dès son plus jeune âge. Adaptez la lecture selon ses intérêts: parlez-lui des animaux, inventez des histoires, portez attention aux détails des illustrations, questionnez-le… puis, lorsqu’il sera plus grand, vous pourrez lui lire le livre, et ensuite, il pourra le lire tout seul ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. altahine dit :

    Au fait, je viens de découvrir en ligne (et vivant au Bénin je n’aurai pas l’occasion de le découvrir prochainement en bibliothèque ou en rayon) que Rémi Courgeon a publié en octobre « Tiens-toi droite! » (qui se passe à Djougou… au Bénin ! 🙂 ) Avez-vous la possibilité de le chroniquer ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s